femme2L’homme est contemporain des révolutionnaires, mais a sévi de l’autre côté du Rhin. A son actif trois œuvres incompréhensibles pour le commun des mortels :

L’homme est contemporain des révolutionnaires, mais a sévi de l’autre côté du Rhin. A son actif trois œuvres incompréhensibles pour le commun des mortels :

  • 1781 : la critique de la raison pure ;
  • 1788 : la critique de la raison pratique (la morale selon Kant) ;
  • 1790 : la critique de la faculté de juger (le beau selon Kant).


A lire sur le même sujet


La morale selon Kant et en un mot.

Kant ou l’art de séculariser la morale chrétienne

Jusqu’à Kant, la morale, du côté grec, était calquée sur l’harmonie du cosmos (cosmos = harmonie), constatée béatement par les premiers astronomes (chaque chose est à sa place et c’est très bien comme ça) et, du côté chrétien, était dictée par Dieu (tu dois faire ceci ou cela), sans explication et sans possibilité d’appel.

A l’époque des Lumières, l’harmonie grecque en a pris un sérieux coup, la terre étant ramenée au statut de cailloux quelconque errant dans le cosmos par ailleurs infini, où tout recoin en vaut bien un autre. La morale chrétienne est également ébranlée pour des raisons similaires. Que reste-t-il pour établir une morale ? Kant décide de partir de ce qu’il connait le mieux : lui. Ou, plus généralement, de l’homme. Mais pourquoi une morale humaine ? Qu’y a-t-il de si spécifique chez l’homme pour justifier qu’il ait le droit à une morale dont les animaux peuvent très bien se passer ? Kant cherche alors ce qui différencie l’homme de l’animal. Et il trouve la réponse chez Rousseau. L’animal est, dès sa naissance, ou au bout de quelques jours, ce qu’il sera toute sa vie. L’homme est de son côté en perpétuelle évolution. L’animal ne peut s’écarter de son logiciel naturel qui lui impose un comportement, du premier au dernier jour de sa vie.

Rousseau explique ainsi qu’un chat se laissera mourir de faim sur un tas de graines bien grasses. L’homme, de son côté, est tellement libre qu’il peut s’écarter de son logiciel jusqu’à mettre sa vie en jeu. Il peut ainsi se détruire à l’alcool ou la drogue en toute connaissance de cause. Voilà la différence : la liberté ! Celle de s’écarter de son instinct naturel. La preuve ? Si l’homme n’était pas libre, il répéterait les mêmes gestes depuis la nuit des temps, comme le font les poules depuis les Égyptiens (par exemple) jusqu’à nos jours. Si on pouvait voyager dans le temps et remonter à l’époque des pharaons, bien malin serait celui capable de distinguer une ruche d’alors et celle qui produit le miel d’aujourd’hui. Regardons maintenant, Paris, la ville que je connais le mieux et comparons-la à Lutèce, voire aux premiers campements préhistoriques. Un rapport ? Aucun ! Car l’homme a appris, a modifié son comportement pour soulager son existence. Il le peut car il est libre. Aussi, l’animal n’a-t-il pas besoin de morale, car cette dernière est livrée avec son système d’exploitation qui ne subit aucune mise à jour.

L’homme, au contraire, fait ses propres mises à jour. Il est libre d’adapter son système d’exploitation aux circonstances. Mais, revers de la médaille, il est libre de faire le bien ou de faire le mal. Il lui faut donc une morale : CQFD ! Pour Kant, la morale chrétienne n’est pas satisfaisante car intéressée : on fait le bien pour garantir son avenir, parce que Dieu nous terrorise, car on a peur des flammes de l’enfer, parce que l’on espère rejoindre les siens… Bref, c’est une morale, aux yeux de Kant (et aux miens), sans aucune valeur. Premier impératif donc, la morale doit être désintéressée : Elle nécessite donc un effort de notre part car l’intérêt nous habite, partout et tout le temps : « l’intérêt parle toute sorte de langue et joue toute sorte de personnage même celui du désintéressé » LA ROCHEFOUCAUD. La morale doit donc être impérative, car contre nature, contre nos penchants naturels à l’égoïsme. Des fins non-négociables, comme la protection des faibles,doivent s’appliquer à tous, sans discussion : ils sont des impératifs catégoriques.

En conclusion, Kant retombe sur la morale chrétienne mais en faisant l’économie du Christ.

Publicités

Joindre la conversation 10 commentaires

  1. […] plaidé pour un régime parlementaire où les lois seraient faites par le peuple, pour le peuple. Kant fut également novateur en proposant de définir la morale en partant de l’homme (et non en […]

    J'aime

    Réponse
  2. […] MESLIER eurent l’audace de postuler que Dieu n’existait pas. D’autres (VOLTAIRE, KANT) plus tempérés, avancèrent qu’il ne s’occupait guère des affaires humaines. Bref, […]

    J'aime

    Réponse
  3. […] un précurseur de la pornographie ? Un philosophe bien sûr. Il fut le négatif intégral de Kant, développant une philosophie de la liberté intégrale, sans contrainte, sans loi, sans préjugé […]

    J'aime

    Réponse
  4. […] a lu Kant, et notamment le concept de chose-en-soi. Lorsque l’homme regarde un cube, il ne voit jamais que […]

    J'aime

    Réponse
  5. […] un précurseur de la pornographie ? Un philosophe bien sûr. Il fut le négatif intégral de Kant, développant une philosophie de la liberté intégrale, sans contrainte, sans loi, sans préjugé […]

    J'aime

    Réponse
  6. […] une vitesse, une position. Elle devient matière. Bref, pour répondre au problème posé par Kant sur la chose en soi, on peut dire qu’en l’absence d’observateur, la chose […]

    J'aime

    Réponse
  7. […] où les lois seraient faites par le peuple, pour le peuple, dans le seul intérêt général. Kant fut également novateur en proposant de définir une morale et donc une justice humaniste (en […]

    J'aime

    Réponse
  8. […] parliamentary system where laws are made by the people, for the people, the sole general interest. Kant was also innovative in proposing to define a moral and therefore a humanist justice (from the man) […]

    J'aime

    Réponse
  9. […] a precursor of pornography? A course philosopher. He was the negative integral ofKant , developing a philosophy of full freedom, without constraint, without law, without prejudice and […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Kant, Les lumières, Philosophie

Mots-clefs

,