Albert SPEER (1905-1970) est un personnage ambiguë, complexe. La lecture d’Au cœur du troisième Reich ne permet décidément pas de répondre à la question qui nous brûle toutes les lèvres : a-t-il participé à l’horreur nazi en idéologue du régime ou en simple technicien, seulement préoccupé des questions de pure logistique ? Il n’était pas membre du parti nazi. Il aurait tenté de mettre fin aux jours d’Hitler. Lorsque tout fut perdu, Il refusa de mettre en œuvre la politique de terre brûlée commandée par le Führer… Mais il a aussi, par sa redoutable efficacité, par l’utilisation de milliers de prisonniers de guerre, des Russes notamment, à prolonger (inutilement ?) la guerre, en maintenant à flots l’industrie de l’armement.

Arrêté par les américains en 45, il a connu le procès de Nuremberg : il fut condamné à 20 ans de prisons ; 20 ans qui lui permirent notamment d’écrire ses mémoires, Au cœur du troisième Reich, une chronologie des événements, vue de l’intérieur, dans les conciliabules, aux côtés d’Himmler ou de Goebbels, de Goering ou de Borman, dans le sillages d’Hitler, de ses débuts comme chef de parti (1933), à l’écrasement de Berlin sous les bombes russes.

Parmi les nombreux livres portant sur le troisième Reich, peu entrent ainsi dans ses plus fins rouages.

Au cœur du troisième Reich est en outre une des rares « version des vaincus » (il y en a d’autres comme les minutes du procès Eichman) ; et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit des mémoires d’un des plus hauts dignitaires du troisième Reich ; le personnage que l’on voit, en compagnie d’Hitler, sur le Trocadéro, lors de sa première et dernière visite de Paris !

 

 

Publicités

Joindre la conversation 7 commentaires

  1. […] J’ai lu pour vous Au coeur du Troisième Reich d’Albert SPEER […]

    J'aime

    Réponse
  2. […] J’ai lu pour vous Au coeur du Troisième Reich d’Albert SPEER […]

    J'aime

    Réponse
  3. […] J’ai lu pour vous Au coeur du Troisième Reich d’Albert SPEER […]

    J'aime

    Réponse
  4. […] J’ai lu pour vous Au coeur du Troisième Reich d’Albert SPEER […]

    J'aime

    Réponse
  5. […] On ne se sentait pas en confiance avec les méthodes de Morell. Le docteur Brandt demanda à ses confrères et un consensus se dégagea sur le caractère risqué et addictif de ses protocoles qui n’avaient jamais fait l’objet de validation scientifique. Hitler était comme envoûté par le docteur Morell de telle sorte qu’il n’avait à son encontre aucun esprit critique. Albert Speer […]

    J'aime

    Réponse
  6. […] Mohnke, le général Helmut Weidling, l’aide de camp personnel du Führer Otto Günsche, Albert Speer le ministre de la production de guerre,  Ernst-Günther Schenck un médecin-professeur SS, ses […]

    J'aime

    Réponse
  7. […] et Albert Speer (architecte et ministre de la production de guerre du Reich). […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

CATÉGORIE

Histoire, Histoire du Nazisme, Nazisme

Mots-clés

,