kurdes-1-300x126Depuis l’antiquité, un peuple navigue entre :

  • la Mésopotamie, qui signifie en grec « entre deux fleuves » (Tigre et Euphrate) et qui correspond grosso-modo à l’Irak actuelle ;
  • et la Perse (Iran actuelle) ;

dans une région montagneuse dont les frontières ne figurent sur aucune carte : Il s’agit des Kurdes, descendants des Mèdes d’Iran.

Étant positionnés sur un carrefour entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie, les KURDES ont, comme beaucoup de peules dans la région, notamment les Arméniens, subi les vagues d’envahisseurs successives, romaines, grecques, croisées, musulmanes, mongoles, ottomanes, changeant de maîtres aux grès des siècles, avant d’être dispersés sur quatre pays (Iran, Irak, Turquie et Syrie).
 Avec les conquêtes de Mahomet (VIIème siècle) , ils se convertissent, comme l’ensemble de la région, à l’Islam. Mais c’est avec Salâh ad-Dîn (Saladin), le conquérant de Jérusalem, qu’ils perdent leur autonomie ; le Kurdistan (le suffixe « tan » signifiant en Perse : « le pays de ») est intégré au Califat.

À partir du XVIème siècle, les Ottomans construisent au moyen-orient un nouvel Empire qui englobe, outre la partie orientale de l’Europe (ils sont arrêtés par le compte DRACULA en Roumanie si on en croit le dernier Blockbuster américain), le Kurdistan.

Mais les Ottomans sont entraînés contraints et forcés dans la première guerre mondiale par le Kaiser Guillaume II, empereur d’Allemagne. La défaite des Empires Centraux sera également la leur ! Dès 1916, les alliés décident de découper à leur avantage le Moyen-Orient(accords de SYKES-PICOT). En 1920, le découpage est entériné dans le traité de Sèvres qui prévoit notamment la création d’un État kurde autonome !

carte traité de sevre

Carte issue du traité de Sèvre de 1920 – Etat Kurde

Toutefois, la Turquie, cœur de feu l’empire OTTOMAN, malgré la défaite, connaît un sursaut spectaculaire avec l’arrivée à sa tête, d’un dirigeant exemplaire : Mustapha KEMAL dit ATTATÜRK. Ce dernier refuse cette autonomie. En 1923, le traité de Lausanne lui donne raison. Les Kurdes sont de nouveau répartis sur plusieurs pays :

L’Iran

Les Kurdes y proclament, après la seconde guerre mondiale (1946), une république autonome. Pas bien longtemps, car l’armée iranienne (du dernier Shah, Mohammad Reza Pahlavi renversé en 1979 par l’Ayatollah KHOMENEÏ) reprit, par les armes, le petit territoire à peine un an plus tard. Les Ayatollahs chiites réprimeront toute volonté d’indépendance, d’autant plus que les Kurdes appartiennent aux frères ennemis de l’Islam : Les Sunnites.

La Turquie

Mustapha KEMAL tente de les assimiler de force en niant leurs particularités. La langue et même Le mot « kurde » sont interdits ; KEMAL les désigne de « Turcs montagnards ». En 1984, le PKK (parti des travailleurs Kurdes) engagent une guérilla contre le pouvoir d’Ankara qui durera trente ans.

L’Irak

Placé d’abord sous mandat britannique par la société des Nations, l’Irak est ensuite présidé par Sadam HUSSEIN du parti BAAS qui promulgue, en 1974, une Loi reconnaissant l’autonomie kurde, … avant de les faire gazer par Ali-Le-Chimiste (Ali Hassan-al-Madjid), en 1987, dans la vallée du Balisan. On estime le bilan à environ 200 000 morts. Sadam HUSSEIN remet ça en 1991, lors de la première guerre du Golfe, pour réprimer un nouveau soulèvement. Avec l’émergence de l’État Islamique, les régions kurdes d’Irak, tenues par les Peshmergas, gagnent en autonomie, en particulier dans la région de MOSUL.

La Syrie

Placée d’abord sous mandat français par la société des nations, la Syrie subit ensuite la dictature du Président alaouite Hafez El-ASSAD (puis de son fils Bachar). L’émergence de l’État Islamique provoque l’exil des Kurdes en Turquie. Kobané est aujourd’hui le dernier des trois territoires tenus encore par les Kurdes de Syrie. Leurs frères d’armes du PKK turc tente désespérément de leur venir en aide, entraver dans leur initiative par le président Turc Receip ERDOGAN. Y aura-t-il demain encore des Kurdes en Syrie ?

 

Publicités

Joindre la conversation 2 commentaires

  1. […] les Kurdes, l’État islamique serait aujourd’hui le maître incontesté du nord de l’Irak et de […]

    J'aime

    Réponse
  2. […] installa également deux nouveaux États qui firent toutefois long feu : l‘Arménie et le Kurdistan. Le traité de Sèvres, qui mettait à mal l’intégrité du pays, fit pencher la balance de […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

kurdes, moyen-orient

Mots-clefs

, ,