Un ouvrage mi bandes-dessinées (dont JUL est le dessinateur), mi bref-essai (dont PÉPIN, sans jeu de mots, est l’auteur), qui donne quelques leçons survie dans le monde cruel de l’entreprise, en se basant sur les textes fondateurs et bien connus de la philosophie.

J’ai lu pour vous Platon LA GAFFE – Survivre au travail avec les philosophes de Charles PÉPIN et JUL

Un ouvrage mi bandes-dessinées (dont JUL est le dessinateur), mi bref-essai (dont PÉPIN, sans jeu de mots, est l’auteur), qui donne quelques leçons survie dans le monde cruel de l’entreprise, en se basant sur les textes fondateurs et bien connus de la philosophie.

A la tête de COGITOP (la société créée pour l’occasion), Jean-Philippe DIEU, un type que l’on ne voit jamais, qui crèche, parait-il, au septième étage, qui ne descend que très rarement dans les étages. Pourtant, chacun sait qu’il est là et qu’il sait tout sur tout… Mais la communication n’est pas son fort, le dernier à l’avoir vu est mort depuis longtemps…

Pour conseiller DIEU, Nicolas MACHIAVEL ; un expert (auprès des Médicis) en organisation politique de survie :  » le paraitre avant tout ! et s’il faut mentir ruser et bien soit ! »

Tout en bas, on trouve

  • un délégué syndical (Jean-Karl MARX) ;
  • un coursier bavard au langage obscur (BHL, à ne pas confondre avec DHL) ;
  • un commercial (Voltaire) ;
  • un créatif vivant dans un tonneau (Diogène) et qui refuse les open-space ;
  • un comptable (Leibniz) ;
  • un DRH (Nietzsche) qui rappelle, à qui veut l’entendre, que l’objectif d’une société n’est pas moral, mais de faire du profit et qui veut, pour cela, que chaque employé soit un sur-homme ; Le DRH, de toute façon, sait que la morale absolue n’existe pas ; que celle que l’on considère ainsi est issue d’une généalogie largement imposée par l’Église ; (à lire à ce propos son guide d’entreprise : « Par delà le bien et le management » ;
  • un CDI (Pascal) qui passe sa journée à parier sur internet)

et bien d’autres encore…

Le petit-père COMBES regrette que les BD ne soient pas à la hauteur des brefs essais de Pépin (qui d’ailleurs ne se prive pas de les critiquer). En revanche, les textes de PEPIN sont toujours justes, bien écrit et pertinent. Il dénonce, en vrac :

  • les processus qualité qui brident l’innovation et la création ;
  • la fausse « cooleté » de l’Open-Space où tout le monde peut espionner tout le monde, où le jardin secret se résume à un pot de fleur ;
  • l’absence du patron qui se prend pour Dieu ;  » tout patron le sait bien : le talent est d’être là m^me quand il n’est pas là ! « 
  • le « zélé » du bureau, dont le pire exemplaire st le zélé-hypocrite; celui qui n’a pas compris que la (vraie) vie est ailleurs et pas derrière son tableau excell ; celui qui sait bien que son zèle ne sert à rein sauf à nourrir ses intérêts ;
  • la tyrannie de l’urgence (le meilleur texte selon moi) ; qui veut que tout soit urgent, mêmes les plus infimes détails, sans effort de hiérarchisation ; un monde où « avoir l’air DEBORDE est un signe extérieur de réussite », qui permet d’espérer quelques promotions ; « courir derrière l’urgence, c’est se sentir utile ! »
  • l’éternel retour (au boulot) que notre DRH (Nietzsche) veut transformer en « bonne répétition) ;
  • la désagréable expérience du chef décevant ;  » quand le chef est petit, chacun se sent diminué ! »

Un bon livre ma foi qui fait suite à une premier tout aussi cocasse LA PLANÈTE DES SAGES » ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Philosophie

Mots-clefs