Le divin marquis (1740-1814) de Sade fut un enfant des Lumières, un champion de l’athéisme comme le fut le baron d’Holbach.f11

A lire sur le même sujet

On retrouve en effet dans son œuvre quelques fulgurances que n’auraient pas reniées un Robespierre, un Saint-Just ou un Marat :

« Je vous demande maintenant si elle est bien juste, la loi qui ordonne à celui qui n’a rien de respecter celui qui a tout. » Marquis de Sade

Avec Condorcet, il fut l’un des seuls philosophes à être encore vivant et même embastillé lorsque se déclenche la Révolution. Mais fut-il vraiment un philosophe ou plus ?

Les conséquences de sa philosophie

Matérialiste dans la lignée des atomistes (Leucippe, Démocrite, Épicure, Lucrèce), Sade niait l’existence des dieux.

« L’idée de Dieu est, je l’avoue, le seul tort que je ne puisse pardonner à l’homme. » Marquis de Sade

Dostoïevski, dans les frères Karamasov, disait que « si Dieu n’existait pas (au sens du gardien de la morale) alors tout serait permis. Sade, ouvertement athée, prend à son compte cette logique en affirmant comme vrai le premier postulat : Dieu n’existe pas donc tout est permis ! En effet, le jugement dernier n’étant qu’un compte de bonne femme, l’enfer un lieu imaginaire, la porte est grande ouverte au péché, à tous les excès, et en particulier les excès sexuels. Car il y a deux sortes d’homme sur terre : le bourreau et sa victime. La nature seule fait la loi : le lion mange la gazelle, car il est le plus fort et que c’est dans sa nature de carnivore. Il n’y a pas de jugement de valeur à porter dans cet acte qui pourrait, de prime abord, être vu comme cruel. Le lion n’ira pas en enfer pour autant : il ne fait qu’être lion. L’homme doit faire de même :

« Je suis l’homme de la nature avant d’être celui de la société. » Marquis de Sade.

Le fort peut (et doit) se servir du faible, notamment pour assouvir ses besoins naturels, ses fantasmes sexuels. Du coup, débarrassé de la morale chrétienne, Sade ne jure que par l’excès : plus l’acte est extrême, plus il est bon.

« Tout est bon quand il est excessif. » Marquis de Sade « Pour que le plaisir soit complet que le choc soit le plus violent possible. » Marquis de Sade

simplement un précurseur de la pornographie ? Un philosophe bien sûr. Il fut le négatif intégral de Kant, développant une philosophie de la liberté intégrale, sans contrainte, sans loi, sans préjugé et sans morale.

La cruauté avant tout et notamment dans la débauche de sexe.

La cruauté doit donc être recherchée, car elle est naturelle.« La cruauté, bien loin d’être un vice, est le premier sentiment qu’imprime en nous la nature ; l’enfant brise son hochet, mord le téton de sa nourrice, étrangle son oiseau, bien avant que d’avoir l’âge de raison. » Marquis de Sade. La victime doit être exposée, totalement soumise, mais de manière intelligente, organisée, mise en scène. Le crime ne doit pas être exclu et la douleur recherchée.« Il n’est aucune sorte de sensation qui soit plus vive que celle de la douleur ; ses impressions sont sûres, elles ne trompent point comme celles du plaisir. »A l’inverse d’un Kant, il estime que le but premier de l’acte sexuel est le plaisir, la procréation n’arrivant qu’en second.

« Une jolie fille ne doit s’occuper que de foutre et jamais d’engendrer. » Marquis de Sade.

Et surtout fuir l’amour comme la peste

L’amour n’a rien à voir dans cet acte purement physique : il s’agit « d’atomes qui s’entrechoquent ». Sade va même jusqu’à assimiler l’amour à une maladie incurable : “L’amour est-il un mal dont on puisse guérir ?” Marquis de Sade.

Postérité

On le voit, Sade se situe tout en haut de l’échelle de la liberté sexuelle lorsque Kant se situe tout en bas (en faite juste au-dessus des penseurs chrétiens que sont saint Augustin ou Thomas d’Aquin). Ils sera bien entendu assimilé au mal absolu par la scolastique. Il faudra attendre le XXème siècle pour qu’il soit lu à nouveau et reconnu comme un philosophe à part entière.


LE CRÉPUSCULE DES IDÉAUX

Grand prix du salon du livre des Chavonnes

En 14, il avait cru le Kaiser, l’empereur Guillaume et ses promesses d’une victoire facile. Il s était vu à Paris, sur les quais de Seine, aux bras de filles faciles. Ce fut cinq longues années de terres brûlées, de camarades découpés par la mitraille, et de corps séchant comme du linge sur les barbelés… LIRE LA SUITE

Publicités

Joindre la conversation 4 commentaires

  1. […] Traité sur la tolérance, il avait dénoncé l’absolutisme religieux. D’Holbach, le Marquis de Sade ou Diderot, l’abbé MESLIER (XVIème siècle) allèrent plus loin en affichant clairement […]

    J'aime

    Réponse
  2. […] opposition à l’obscurantisme) et les furieux de la laïcité : d’Holbach, Helvétius, Sade, Diderot, d’Alembert et les autres. Leur travail d’usure du dogme religieux permit de […]

    J'aime

    Réponse
  3. […] côté, les persuadés de notre impossible liberté : Aristote, Spinoza, Sade, Nietzsche et […]

    J'aime

    Réponse
  4. […] courant. Ils étaient, à l’origine, et pour la plupart (à part peut-être la marquis de SADE et l’abbé MESLIER), de bons chrétiens  Ils ont progressivement basculés dans le second […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Les lumières, les philosophes et le sexe, Philosophie

Mots-clefs

, , ,