La montée en puissance de DAECH a été si soudaine que la question de son but ultime est passée au second plan. On parle de stratégie, de frappes chirurgicale et on a oublié de démystifier son idéologie.

daesh

DAECH


d’une part, de déboulonner Bachar Al-Assad le chiite et

d’autre part, d’éradiquer les forces kurdes qui menacent l’intégrité de son territoire.

La fin des Nations

DAECH pourtant ne la cache pas : créer un Califat est son objectif ultime et pour cela DAECH veut, par la guerre, éradiquer les frontières artificiellement tracées par les hommes, notamment celle séparant la Syrie et l’Irak créée à l’occasion du traité de San Remo en 1920, sur la base des accords de Sykes Picot de 1916.

La Nation est pour DAECH une notion éminemment occidentale qu’il convient d’effacer pour la remplacer par un monde islamique sunnite trans-frontière.

Al-Baghdadi, son leader, a ainsi produit une vidéo dont le titre est sans ambiguïté : « LA FIN DES ACCORDS DE SYKES-PICOT » . Ils y déclarent : « Ce n’est pas la dernière frontière que nous détruirons. Nous ne reconnaissons ni les Nations, ni la citoyenneté ». L’ancien croissant chiite, qui part de Téhéran pour aller jusqu’à Beyrouth (où sévit le Hezbollah chiite) en passant par Bagdad et Damas, est visé.

Supprimer tout mécréance

Tous les mécréants doivent être convertis ou passer par les sabre. Cette propagande repose sur une interprétation littérale du Coran et d’autres textes religieux inspirée du Wahhabisme d’Arabie Saoudite. Le Wahhabisme fait partie des mouvements salafistes (le Salaf est étymologiquement l’ancêtre) qui veulent un retour à l’islam des origines, celui pratiqué à l’époque du Prophète, celui de l’âge d’or de l’Islam conquérant.

DAECH utilise son magazine en ligne DAQIB pour exposer sa vision du monde. Le titre du magazine n’a pas été choisi par hasard : DAQIB est une ville du nord de la Syrie, aujourd’hui occupée par ses djihadistes, où, si l’ion en croit la prophétie, les armées de Rome (chrétiennes) se masseront pour affronter les armées de l’islam.

Le Coran comme base légitime

La notion de prophétie est essentielle dans la philosophie de DAESH, qui s’appuie sur les paroles du prophète (les hadiths), lui offrant ainsi une légitimité forte. La victoire finale ne fait pour DAESH aucun doute : « Aucun Calife ne peut gouverner sans mettre en œuvre un jihad offensif, jusqu’à que l’ombre du drapeau béni couvre toute la terre. Trois armées se lèveront simultanément la première au Levant, la seconde au Yémen et la troisième en Irak ». Les idéologues de DAESH citent le Coran. Des centaines de vidéos ou d’enregistrements audio potent de nombreuses références aux paroles du prophète, en les sortant bien entendu de leur contexte historique et sans donner de clés de lecture. Ils présentent le conflit actuel comme une réalisation de la prophétie. « La fin des temps est à portée de main et si vous voulez être un bon musulman, il est encore temps de rejoindre le Califat . Les combattants continueront le combat pour la vérité, en dépit des désertions et des abandons, jusqu’aux portes de Jérusalem et de Damas ! ».

Établir un Califat ancré territorialement

Dans son discours de Mosul, à l’été 2014, lors de sa seule apparition en public, Abu Bakr al-Baghdadi, le leader de DAECH, a demandé à être reconnu comme le nouveau Calife, c’est-à-dire le successeur du Prophète. Il a précisé qu’un Califat n’a de sens que s’il s’appuie sur un territoire. Peut-être un message à son concurrent direct Al-Qaïda qui a toujours été une nébuleuse souterraine. Par cette demande d’allégeance, il a en fait exigé des populations un rejet des gouvernements en place pour lui illégitimes. Turki al-Binali, un autre de ses idéologues, a confirmé que cet ancrage dans un territoire est de première importance : « Le Califat a besoin de puissance, de volonté, d’une capacité politique, et c’est justement ce que lui offre aujourd’hui l’État islamique ». L’objectif est notamment de démontrer qu’il peut gérer un État, des villes importantes, et pas seulement des arpents de désert.

Baghdadi a choisi la Syrie en premier lieu dès 2011. DAQIB citent les mots de Abu Musab al-Zarqawi, le père spirituel d’Al-Qaïda jusqu’en 2006, date de sa mort : « l’étincelle a été allumée ici en Irak et la flamme va s’intensifier, avec la bénédiction d’Allah. Elle va anéantir les armées croisées à Daqib ». La stratégie de DAECH est transparente. Chaque mois la bannière de Daqib annonce « Pérennité et expansion »

Aujourd’hui DAECH a débordé en Libye, notamment sur la ville côtière de Sirte, où elle a bénéficié du chaos qui a suivi la chute de Khadafi. Baghdadi a envoyé des émissaires et des centaines de combattants. La Libye est devenue une basse arrière pour lancer des attaques sur l’Égypte et la Tunisie. Bien entendu, Baghdadi ne veut pas s’arrêter là. La présence de DAECH a été établie au Yémen, en Afghanistan (ou elle s’oppose aux Talibans) et dans le Sinaï.

Susciter la haine de l’islam en occident

Le FN meilleur allié de DAECH

AL-Bagdadi veut dresser les musulmans qui résident en occident contre les populations locales. Ils doivent se sentir étrangers et ainsi n’avoir pas d’autres alternatives que de rejoindre le combat. La montée du FN en France fait donc partie de sa stratégie. Le fait que les attaques du BATACLAN et du Stade de France aient eu lieu juste avant les Régionales n’est pas une coïncidence. En mettant un bulletin FN dans l’urne le Français fait donc le jeu de DAECH. L’objectif est de générer la peur de l’islam (étymologiquement de l’islamophobie), pour fédérer une partie de la population derrière le FN. Les musulmans ainsi stigmatisés, rejetés tomberont comme des fruits murs dans les bras de l’État Islamique, venant gonfler les effectifs des kamikazes. Parions que d’autres attentats coïncideront avec les prochaines échéances électorales.

Purifier l’islam

Purifier l’Islam veut bien entendu dire éliminer sa branche chiite. Ainsi en 2014, 1500 cadets des forces aériennes irakiennes (chiites) ont été exterminées après la prise de Tikrit. Cette haine anti-chiites a été plébiscitées par Zarqawi qui voient cette mouvance comme hérétique, car elle a osé interpréter les paroles du Prophète « le danger représenté par les Chiites est plus fort encore, et les dommages qu’ils causent plus destructeurs que ceux causés par les Américains ! ». Mais elle n’est pas nouvelle. Elle date de la guerre de succession du prophète entre les partisans d’Abou Bakr, le plus proche compagnon du prophète, à l’origine de la branche sunnite, et d’Ali son gendre, à l’origine de la branche chiite.

Provoquer une guerre de civilisation

cologneDAECH fait tout ce qu’il peut pour attirer les forces occidentales au sol. Les expéditions d’otages, mais aussi les attentats sur le sol américain ou français font partie de cette stratégie. En effet, avec des troupes occidentales au sol, il n’y aurait plus d’autres choix pour les musulmans du monde entier que de venir défendre le califat. Abu Bakr al-Baghdadi s’est ainsi directement adressé à l’été 2014 aux Américains : « bientôt nous vous affronterons [à Daqib] et nous attendons ce jour. Nous allons conquérir votre Rome, casserons votre croix et réduirons vos femmes en esclavage. Si nous n’y arrivons pas, nos enfants ou nos petits-enfants le ferons ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

DAECH, Islam, Les groupes djihadistes, moyen-orient, Philosophie

Mots-clefs

, ,