Dans notre bref résumé de l’Ancien Testament, nous avons relaté l’histoire de l’humanité, depuis la création de l’Univers (La Genèse) et nous avons traversé 4500 ans d’histoire. Nous avons rencontré les peuples de l’antiquité, puis suivi les aventures de l’un d’entre-eux, le peuple élu par le Dieu créateur : Les Hébreux.

Afficher l'image d'origine

La Cène par Léonard de Vinci

Bref résumé critique du nouveau Testament

https://i2.wp.com/realhistoryww.com/world_history/ancient/Images_Canaan/map_canaan.jpg

Canaan avant sa conquête par les Hébreux

On ne peut évidemment pas évoquer le nouveau testament sans commencer par raconter brièvement l’histoire du peuple hébreux, puisque le Christ descendrait directement de la maison de David.

 

Après avoir créé le monde en sept jours (13 milliards d’années selon Stephen HAWKIN), Dieu créa Adam et Eve qu’il invita au jardin d’Eden. A noter que, dans la Genèse,  la femme est créée en second, pour éviter que l’homme ne s’ennuie… Eve croqua le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (plus connu sous le nom de fruit défendu) ! L’homme fut alors chassé du jardin et forcé à travailler. Noé échappa au déluge (Dieu organisa la première extinction de masse des animaux), puis Abraham reçut le premier Testament : son peuple était le peuple « élu » et Abraham devait le conduire à Canaan. Il accepta de sacrifier son fils (Isaac) à la demande de Dieu qui voulait « tester sa foi » ; finalement, l’infortuné est remplacé par une brebis (Aid El kébir chez les Musulmans).

La troisième génération commença avec Jacob qui donna naissance à douze fils, à l’origine des douze tribus d’Israël.

les douze tribus

On retrouva ensuite les Hébreux en captivité en Égypte (bien que l’on en trouve aucune trace dans les nombreuses et riches archives égyptiennes). Moïse organisa la sortie d’Égypte  et l’errance de 40 ans dans le désert (sans aucune trace révélée par l’archéologie), mais il ne vit pas la Terre promise ; ce fut Josué qui entra à Canaan (aujourd’hui la Palestine). Dieu exigea alors une sorte de génocide des peuples autochtones, et notamment des Amorrites.

 

Deux rois emblématiques marquèrent l’apogée du peuple juif : David et Salomon (le bâtisseur du Temple) aux alentours du premier millénaire avant le Christ.

Canaan attira les convoitises de ses puissants voisins et notamment de Babylone. Les Hébreux furent déportés par Nabuchodonosor à Babylone (-600) et ils Hébreux en profitèrent pour écrire la Torah (en s’inspirant de mythes sumériens plus anciens, notamment l’épopée de Gilgamesh).

A l’aube de notre ère, Rome était la grande puissance. Elle occupa la Palestine et installa sur son trône un roi fantoche : Hérode.

Celui-ci apprit la naissance du Roi des Juifs. Inquiet pour  son trône, il ordonna le massacre de tous les nouveaux nés de moins de deux ans. Cette épisode est connu sous le nom de massacre des Innocents.

Afficher l'image d'origine

Massacre des innocents

Jésus échappa au massacre. Il était le fils de Marie. L’archange Gabriel lui avait annoncé la naissance d’un fils. Joseph, le mari de Marie, était un descendant direct de la maison de David.

Hérode mourut 2 ans avant notre ère.  Jésus avait deux ans lors du massacre des innocents. Il serait donc né 4 ans avant le Christ !

Le nouveau Testament raconte l’histoire de Jésus et relate son enseignement jusqu’à sa mort à 33 ans

Bref résumé (critique) du nouveau Testament

Pour quoi un nouveau testament ?

Pourquoi un nouveau testament ? L’Ancien Testament a été rédigé par les grands prêtres juifs alors en exile à Babylone. Ces grands prêtres cherchaient alors à fédérer la nation juive et prévenir sa dilution dans l’Empire de Nabuchodonosor. L’objectif a été atteint.

Toutefois, l’Ancien Testament présente un Dieu colérique, jaloux, qui n’hésite pas à exiger du peuple élu un génocide lors de la prise de Canaan. Cette image n’est pas compatible avec un Dieu infiniment bon. La rédaction du nouveau Testament a permis de corriger cette incohérence.

Qui a écrit le nouveau Testament ?

L’enseignement du Christ a été dans les premières années exclusivement oral. Après sa mort, cette tradition orale a continué. Mais, avec les persécutions des premières communautés chrétiennes, en particulier par les empereurs romains, la nécessité de conserver cet enseignement par écrit est devenue indispensable pour éviter sa disparition. Plusieurs évangiles ont alors été écrits à partir de 70. Seuls 4 ont été retenus par l’Église ; ils sont dits canoniques  :

  • l’évangile selon Mathieu (+80) qui était un collecteur d’impôts ;
  • l’évangile selon Jean (+100) écrit par les élève de l’apôtre ;
  • l’évangile selon Marc (+60) qui a connu Paul (Saül) de Tarse (dit saint Paul) ;
  • l’évangile selon Luc (+80), qui était médecin et compagnon de Paul.

Il existe d’autres évangiles dits « apocryphes ». Ils ont été écartés par l’Église car ils ne correspondaient pas tout à fait au dogme. On le voit aussi : les évangiles ne sont pas des témoignages de première main. Ils n’ont pas été écrits par des témoins directs de la vie du Christ.

D’où viennent les chrétiens ?

L’hypothèse des Esséniens

manuscrit
Les Manuscrits de la Mer Morte

Une communauté juive vivait en Judée trois siècles avant le christ. Ils disposaient de leur propres textes religieux. Ils avaient adopté  des règles de vie très proches du christianisme. Cette communauté est connue sous le nom des Esséniens.

Leur histoire est connue grâce aux fameux rouleaux découverts en 1947, dans une grotte près la Mer Morte, à quelques kilomètres de Jéricho.

Les Esséniens vivaient isolés du monde. Les révoltes juives contre l’occupant romain en 70 après JC ont sonné le glas de a paisible communauté. Des prêtres ont alors caché les textes sacrés dans des jarres, jusqu’à leur découverte en 1947.

Afficher l'image d'origine

Qumran

On sait que les Esséniens vénéraient (depuis trois siècles) un  «Maître de Justice», un élu qui ressemble étrangement au Christ. On a retrouvé dans les manuscrits des passages évoquant :

  • la circoncision « du cœur », préférable à la circoncision charnelle (idée que l’on retrouve chez saint Paul) ;
  • la chasteté ;
  • la bénédiction du pain et du vin ;
  • le baptême ;
  • l’obligation de manger du poisson en lieu et place de la viande animale.

Les Esséniens, comme les Chrétiens, voyaient Dieu comme un tout. L’homme n’est rien. On retrouve également la notion essentielle du libre-arbitre : l’homme peut ainsi choisir entre le bien et le mal (et donc être jugé). Ce concept fut très cher aux pères de l’église chrétienne, car il justifie le dernier jugement.

Jésus

Jésus a-t-il existé ? On peut légitimement se poser la question. Malgré les miracles, les rassemblements de masse qu’il a provoqués, seuls les Évangiles évoquent sa présence en Judée. Les historiens sont étrangement muets.

Toutefois, une exception doit être signalée : Flavius Josèphe est né en -37 à Jérusalem. Juif romanisé, il fut l’auteur des Guerres Juives et surtout un historien précieux de cette époque. Parmi les 30 volumes qu’il nous a laissé, il consacre quelques lignes à Jésus :

En ce temps-là paraît Jésus, un homme sage, si toutefois on peut l’appeler « homme », car c’était un faiseur de prodiges, un maître des gens qui recevaient avec joie la vérité. Il entraîna beaucoup de Judéens et aussi beaucoup de Grecs ; Il était le Christ. Et quand Pilate, sur la dénonciation des premiers parmi nous le condamna à la croix, ceux qui l’avaient aimé continuèrent à l’aimer. Le troisième jour, il leur apparut vivant  ; les prophètes divins avaient dit ces choses et dix mille autres merveilles à son sujet.

Attribué à Flavius Josephe

Mais des historien ont considéré que ces lignes étaient des faux, des ajouts tardifs, introduits par Eusèbe-de-Césarée au III ème siècle pour conforter le dogme.

Voici ce que dit Voltaire :

Les Chrétiens, par une de ces fraudes pieuses, falsifièrent grossièrement un passage de Flavius Josèphe. Ils attribuent à ce juif quatre lignes ridicules ; et, au bout de ce passage, ils ajoutent : Il était le Christ. Quoi ! Si Josèphe avait entendu parler de tant d’événements qui étonnent la nature, Josèphe n’en aurait dit que la valeur de quatre lignes dans l’histoire de son pays ! Quoi ! ce Juif obstiné aurait dit : Jésus était le Christ. Ah ! si tu l’avais cru Christ, tu aurais donc été chrétien. Quelle absurdité de faire parler Josèphe en chrétien ! Comment se trouve-t-il encore des théologiens assez imbéciles ou assez insolents pour essayer de justifier cette imposture des premiers chrétiens, reconnus pour fabricateurs d’impostures cent fois plus fortes ! »

Voltaire, Dictionnaire philosophique, rubrique « Christianisme »

Bref résumé (critique) du nouveau testament

L’immaculée conception

Marie donna naissance à Jésus dans une grotte de Bethléem. Ce fut la nativité qui a donné l’occasion aux artistes de s’exprimer :

natavité

La nativité

La naissance du Christ n’aurait pas été entachée du péché originel (l’intervention du pauvre Joseph n’aurait pas été nécessaire).

Ce fut Augustin qui introduisit au IVème siècle le principe du péché originel, qui n’apparait pas dans les textes de l’église et notamment les évangiles : l’humanité porte la faute d’Adam et Eve, qui se transmet de génération en génération.

Altomonte,_Bartolomeo_-_The_Immaculate_Conception_-_1719.jpg

L’immaculée conception

Un seul être aurait échappé au péché : Jésus, dont la conception aurait été « immaculée ». Le principe de « l’immaculée conception » n’apparait pas dans les textes canoniques de l’église chrétienne. Il faut attendre le XIXème siècle et notamment la bulle de PIE IX pour qu’il soit incorporé au dogme officiel :

« Nous déclarons, Nous prononçons et définissons que la doctrine qui enseigne que la Bienheureuse Vierge Marie, dans le premier instant de sa Conception, a été, par une grâce et un privilège spécial du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée et exempte de toute tache du péché originel, est révélée de Dieu, et par conséquent qu’elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

Bulle de PIE IX en 1854

Vatican I : le pape devient infaillible

Pour verrouiller le tout, le Vatican a introduit au XIXème siècle le principe de l’infaillibilité du Pape qui ne se trompe donc jamais. Ce principe a été établi lors d’un concile (Vatican I, car ce fut le premier Concile organisé au au VATICAN en 1870) dit « œcuménique » (car il réunit l’ensemble des évêques du monde catholique).

Une autre théorie

Une autre théorie veut que Marie fut séduite par un légionnaire romain et qu’elle n’eut point le courage d’avouer la faute à Joseph…

Les rois mages (Gaspard, Melchior et Balthazar)

Trois rois mages vinrent honorer la naissance du Christ à Bethléem. Ils furent guidés par l’étoile du berger. Les rois mages symbolisent les païens venant adorer le roi des Juifs. L’idée a été d’attirer les plus des fidèles à la nouvelle reliogion.

Afficher l'image d'origine

Les rois Mages

Le massacre des innocents

Gabriel avertit Joseph de la décision d’Hérode, le vice-Roi d’organiser le massacre des innocents. Joseph prit la décision de se réfugier avec sa famille en Égypte.

Ce fait pose un problème historique sérieux : malgré l’ampleur du massacre, seul Mathieu en parle dans son évangile. Flavius Joseph, pourtant très précis lorsqu’il s’agit d’insister sur les méfaits d’Hérode, ne le mentionne nulle part. Il évoque toutefois un autre fait :

Hérode avait fait ériger au-dessus de la grande porte du Temple un aigle d’or. Les docteurs exigeaient  sa destruction conformément à la Loi […] Quarante jeunes gens comparurent devant Hérode… Les jeunes gens et les docteurs furent brûlés vifs ; les autres prisonniers furent livrés aux bourreaux.

Flavius Joseph –  Guerre des Juifs, Livre I, chapitre XXXIII).

Mathieu se serait-il inspiré de ce fait ? On peut imaginer aussi qu’il a pu s’inspirer de l’ordre du Pharaon demandant la mise à mort de tous les fils juifs (Moïse échappa d’ailleurs à la sentence comme le Christ) ? En tout cas, il n’est pas pensable que Flavius Joseph n’est pas eu connaissance de cet épisode.

Retour d’Égypte

Gabriel rappela Joseph : il n’y avait plus de danger à Jérusalem, où Simeon attendait la venue du Messie.  Avant de mourir, comme Dieu lui avait promis, il devait prendtre Jésus dans ses bras en disant :

 Il est la lumière qui te fera connaître toues les nations et la gloire d’Israël. Il est là pour le trouble et le salut de son peuple. Tous les hommes seront pour ou contre lui… Cette division te fera beaucoup souffrir mais par elle la pensée de chacun apparaîtra ».

Tous les ans, Joseph et sa la famille se rendirent à Jérusalem. On ne sait pas grand chose de l’adolescence et de la vie de jeune adulte du Christ.

Le Nouveau Testament retrace essentiellement son enseignement : il avait alors 33 ans. Tibère était l’empereur de Rome. Il avait nommé Ponce-Pilate comme gouverneur pour la Palestine.

Jean-Le-Baptiste

La naissance de Jean-Le-Baptiste avait été annoncée à sa mère par l’archange Gabriel, dans les mêmes termes que pour le Christ. Il baptisait dans le Jourdain, dans l’eau (comme les Esséniens avant lui). Il annonça la venue d’un autre « plus puissant ». Jésus passa à proximité et demanda à Jean de le baptiser !

Saint-Jean-Baptiste_theme_image.jpg

Jean le Baptiste

Il est étonnant ainsi de voir le fils de Dieu se faire baptiser par un homme.

Retraite dans le désert

Jésus disparut ensuite dans le désert. Il y resta 40 jours. Il fut testé par le Malin mais  Jésus le reconnu et le repoussa.

Les disciples

Jésus fit la rencontre d’André, puis de son frère Simon. Il décida de l’appeler Pierre, « car c’est sur cette Pierre qu’il bâtira son église ».

Les noces de Cana

Le nouveau Testament  raconte ensuite les Noces de Cana. Jésus transforma l’eau en vin pour les convives.

Dans le texte, on ne sait plus très bien qui sont les époux :

Noces-de-Cana-Véronèse.jpg

Les noces de Cana par Véronèse

Jésus est appelé « l’époux ». Les noces de Cana sont donc les noces de Jésus.  L’heureuse élue serait alors Marie-Madeleine ?

La Samarie

Jésus quitta Cana pour la Samarie. Il y rencontra « une samaritaine », près d’un puits. Elle lui donna de l’eau. Ce passage ressemble à un passage de l’Ancien testament : Jacob rencontra Rebecca dans les mêmes conditions.

Après un repas avec les collecteurs d’impôts, il proposa son sermon sur la montagne connu sous le nom de « Béatitudes ».

Les Béatitudes (Matthieu 5, 3-12)

i

Heureux les pauvres en esprit,  car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux les affligés, car ils seront consolés.
Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix,  car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.

les_beatitudes.jpg

Les Béatitudes

On trouve dans les manuscrits de la Mer morte, un rouleau étrangement similaire : le rouleau 4Q525.

Heureux celui qui dit la vérité, avec un cœur pur et ne calomnie pas avec sa langue. Heureux ceux qui s’attachent à ses décrets et ne s’attachent pas des voies de perversité.

Heureux ceux qui se réjouissent grâce à elle et ne se répandent pas dans des voies de folie.

Heureux ceux qui la cherchent 3 avec les mains pures et ne la recherchent pas avec un cœur fourbe [..]

Ce texte écrit avant la naissance de Jésus trahirait-il la filiation avec les Esséniens ?

Miracles et retour à Jérusalem

Jésus continua à réaliser toutes sortes de miracles. Il ressuscita un petite fille, multiplia les pains, marcha sur l’eau. Il brilla devant ses apôtres (la transfiguration). Il ressuscita Lazare. Sa popularité commença à inquiéter l’autorité juive.

lazare

La résurrection de Lazare

Jésus savait qu’il serai trahi ; il serait condamné à mort. Mais il décida, tout de même, de se rendre à Jérusalem.

Sur le chemin, il accepta l’hospitalité de Simon-le-Lépreux. Marie-Madeleine était là. Elle alla chercher une fiole de parfum et lava les pieds de Jésus. Décidément, il y avait quelque chose entre ces deux-là !

Les rameaux et la Cène

Jésus entra dans Jérusalem sur un âne. On lui lança des rameaux d’olivier. Il dénonça l’attitude des Pharisiens, hypocrites, malhonnêtes, qui faisaient semblant de prier.

rameaux-pch-331a0eb.jpg

Les Rameaux


Jésus était appelé « le fils de l’homme ». Pour quelle raison appelle-t-on ainsi le fils de Dieu? Serait-il vraiment le fils de Joseph ?

Ce fut le dernier repas : la Cène.

cene.jpg

La Cène

Sur un agrandissement du tableau de Vinci, on note que l’un des apôtres est une femme ! S’agit-il encore et toujours de la femme de Jésus : Marie-Madeleine ?

La trahison

Judas finit par trahir Jésus  en le désignant, aux autorités romaines, avec un baisé.

Jean le renia trois fois.

Jésus fut amené devant Ponce-Pilate. Ce dernier « s’en lava les mains ». Judas, étranglé par les remords, se pendit.  Jésus fut torturé. Jésus porta sa croix jusqu’au sommet de Golgotha. Il tomba et Simon de Cyrène l’aida à porter sa croix. Il fut finalement crucifié.

jesus-crucification

La crucifixion

Juste avant de mourir, le Christ dit une phrase surprenante :

« Père pourquoi m’as-tu abandonné ? « 

S’il était le fils de Dieu, comment a-t-il pu ainsi être abandonné ?

Marie-Madeleine était encore-là quand on le descendit de la croix. Son corps fut emmené par un autre Joseph dans une grotte scellée par une pierre, gardée par deux soldats romains.

Ce fut encore  Marie-Madeleine aperçut le Christ ressuscité dans la grotte. il se fit reconnaître par ses apôtres, avant de remonter au ciel.

Allez par tout le monde. Faites de toutes les Nations des disciples, les baptisant au nom du père, du fils et du saint esprit et enseignez leur à observer tout ce que je  vous ai prescrit. Partout je serai avec vous jusqu’à la fin du monde.

Il avait sauvé l’humanité.

Le sauveur de l’humanité

Au XVème siècle, l’abbé MESLIER s’étonna : pour sauver l’humanité, le Christ a provoqué sa propre mort dans des condition terribles. En organisant le meurtre d’un innocent, l’humanité s’est sauvée !

Publicités

Joindre la conversation 4 commentaires

  1. […] Mais ceci est une autre histoire, à laquelle un nouvel article sera consacré. […]

    J'aime

    Réponse
  2. […] Moyen-Orient abrite les lieux saints des trois grands monothéismes (Judaïsme, Christianisme et Islam). Il fut donc convoité par les fidèles de ces trois courants qui se disputèrent (et se […]

    J'aime

    Réponse
  3. […] this is another story, to which a new section will be dedicated […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Nouveau testament, Religions

Mots-clefs