everest.jpg

Everest le film

Lorsque le plus haut sommet du monde devient un objet de marketing, on court à la catastrophe. Les expéditions se bousculent au camp de base, à 5380 mètres d’altitude. Pas moins de 20 expéditions se disputent le sommet, des Sud Africains, des Taïwanais, plusieurs cordées américaines.

Dans l’équipe de Rob HALL, il n’y a que des montagnards aguerris. Pourtant, il les met en garde : le corps humain n’est pas fait pour vivre à l’altitude d’un 747. Il y a Doug HANSEN, postier qui tente l’ascension pour la deuxième et dernière fois, Beck WEATHERS, un texan fantasque, Andi HARRIS, Scott FISCHER, Anatoli BOUKREEV et bien d’autres.

Tout se passe bien ; les corps commencent à s’acclimater à l’altitude. Il y a bien la petite tourista de Scott FISCHER, mais rien de bien grave. 10 mai.
Ils quittent le camp de base pour rejoindre le camp 1 à 6065 mètres, puis le camp 2, via la combe ouest à plus de 6500 mètres. Puis ils grimpent Lhotse, une violent pente de neige. Le camp 3 est rejoint à 7470 mètres. Déjà les moins chanceux commencent à cracher leurs poumons dans la neige. L’ennemi ici c’est l’œdème pulmonaire, une sorte d’inondation des poumons qui vous conduit à la mort.  Scott FICHER doit redescendre au camp de base pour ramener un de ces malheureux. Mais il l’a promis, il rejoindra le groupe. Le camp 4 est atteint. Ils sont maintenant à 7920 mètres. Ils sont dans la zone de la mort. Le vent souffle en tempête ce qui remet en cause le projet : pas question de monter dans ses conditions, Rob HALL est payé pour les ramener tous vivants. Mais à 2 h 00 du matin, la tempête est passée. Rob HALL fait le tour des tentes et réveille le groupe : dans une demi-heure ils seront partis. Le temps joue contre eux, à 14 h 00, quelque soit leur avancée, ils devront faire demi-tour.
C’est aux frontales que la sinueuse cordée progresse lentement. Trop lentement peut-être. Beck ressent les effets d’une vieille opération aux yeux : il n’y voient plus rien. Ils arrivent vers 10 h 00 le ressaut Hillary , après avoir dépassé le sommet sud. Les cordes n’ont pas été attachées !  Encore du temps perdu. Trois membres de l’équipe abandonnent. Finalement, c’est à 13 h 10 qu’Anatoli, le premier, arrive au sommet, suivi de  Andi et Rob. Pas de nouvelles de Doug en revanche, ni de Scott. Il faut redescendre. Doug est loin, très loin. Mais il supplie Rob de l’emmener au sommet. Pas question, le point de non-retour est atteint. Portant, il se laisse amadouer ; Doug est là pour planter le drapeau des enfants de l’école au sommet… En donnant satisfaction à Doug, Rob vient de signer son arrêt de mort.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

cinéma

Mots-clefs

,