Lu dans le Figaro

Myriam El Khomri est sortie bredouille de son entrevue avec Philippe Martinez ! Non, ce n’est pas possible! on n’y croit pas! La ministre du Travail de la sixième économie mondiale est incapable de nouer un dialogue et de négocier avec le premier syndicat français, principal animateur d’une contestation qui s’est nouée depuis plusieurs mois contre une loi qui modifie les règles du jeu concernant la négociation collective et le contrat de travail… On se frotte les yeux, on se pince, on se tape la tête contre les murs.

Il s’agirait d’un sujet secondaire, ou d’un syndicat secondaire… mais s’offrir le luxe de passer ce qui a été présenté comme l’une des réformes phares du quinquennat en roulant, jusqu’au bout, sur la jante, est tout simplement ahurissant. On n’imaginait pas qu’une démocratie contemporaine pouvait accepter de tels dysfonctionnements, et avec une telle légèreté. Se cogner la première organisation syndicale du pays sur un sujet pareil, quand on appartient à un gouvernement de gauche, est un non-sens absolu. Eric Verhaeghe.

Verhaeghe a-t-il vraiment compris le fonctionnement de nos institutions ? Certes le blocage organisé par la CGT est une catastrophe pour l’économie et l’image du pays. Mais les arguments avancés par le Figaro pour dénoncer l’attitude la Minsitre sont surprenants !

Pourquoi Verhaeghe met-il ainsi l’entière responsabilité sur le gouvernement ? Notre constitution ne prévoit-elle pas que c’est l’Assemblée Nationale qui vote la loi et ceci dans l’intérêt général ; pas une organisation syndicale, aussi puissante soit-elle ! En quoi n’est-on pas une démocratie parce que l’on refuse de céder à un groupe de pression ? Au passage, malgré la casse, la CGT ne représente qu’une infime proportion de la pensée française.

La gauche ensuite défend les intérêts de tous les Français et non-pas seulement ceux des travailleurs. Figer le code du travail dans le béton armé syndical reviendrait à organiser le chômage de masse pour les décennies à venir. Aussi les jeunes, les chômeurs seront-ils les premiers sacrifiés. Plus (au sens « + ») de droit pour les salariés, c’est la promesse d’un chemin des croix pour les sans-emplois ! Défendre l’intérêt général, c’est aussi faciliter l’accès au monde du travail à tous et non-pas la préservation d’avantages acquis de baby-boomers , issus d’une une époque où la France pouvait se le permettre.

Verhaeghe veut essentiellement sauver l’image de la France et le plus rapidement possible. Et le chemin le plus court serait de donner raison à la CGT et tort à la France silencieuse. L’exécutif en serait alors tellement affaibli que plus aucune réforme ne serait possible pour les siècles à venir. Mais l’Euro enfin serait sauvé…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité