Tant pis ! Nos enfants paieront

J’ai Aimé Qui va payer la crise ? du même François LENGLET. J’ai adoré Tant pis ! Nos enfants paieront. Notre Président se bat contre les déficits, trou abyssale qui paralyse l’action publique, rend la France dépendante de groupes financiers obscures. Plus le trou se creuse, plus nos liens se resserrent, ficelant nos poignets aux barreaux de la finance. Le premier poste de dépense du budget de l’État est, comme chacun le sait, le remboursement de cette dette, devant éducation, la santé ou la défense.

Si demain ces groupes refusent de nous prêter de l’argent frais, la France s’arrentera, incapable de payer ses fonctionnaires, ses retraités, de soigner ses malades, de faire la police en Afrique. La France est à la merci des Goldman Sachs, Deutsche bank et autres succursales aussi froides que des glaçons.

Ne blâmons pas notre Président. Il paye les erreurs de ses prédécesseurs, ceux qui, comme Mitterrand, ont promis monts et merveilles pour se faire élire. La promesse d’une retraite à 60 ans, de la cinquième semaine de congés expliquent la victoire de la gauche en 81 mais aussi les coups de pelles supplémentaires dans la fosse aux déficits. Aujourd’hui, il faut payer, reboucher ses crevasses qui font trembler le fragile équilibre de notre douce France.

Les baby-boomers sont particulièrement ciblés par François LENGLET : tout a été facile. Nés après la guerre, ils ont connu

  • la libération des mœurs,
  • les trente glorieuses et le plein emploi,
  • une forte inflation qui leur a permis de rembourser leurs acquisition immobilière avec de la monnaie de singe,
  • la retraite à 60 ans (voir 55 ou 52 pour les plus chanceux)…

Tant mieux pour eux. La France a financé ces « avantages acquis » de nos baby-boomers avec  les impôts de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Tant-pis pour eux.

 

Pour François LENGLET, il faut rapidement trouver un juste milieu entre le libéralisme et le protectionnisme, mais il n’est guère optimiste :
« La France est tout près du point d’incandescence… Ne comptons pas sur la petite reprise économique en cours pour nous permettre d’éviter l’explication ». François LENGLET,

Présentation officielle

La prochaine présidentielle sera dominée par ceux qu’on appelle les populistes, à droite comme à gauche. Ils se nourrissent de l’extraordinaire dégringolade de la France depuis dix ans : effondrement de la classe moyenne, baisse de la richesse par habitant, chômage permanent, auxquels s’ajoute, depuis les attentats et la crise des migrants, un sentiment d’insécurité renforcé.

François LENGLET explore les causes de cette éclipse française : l’union monétaire, ou plutôt l’usage que nous en avons fait. Les illusions de la génération libérale, au pouvoir aujourd’hui. Le déni des responsables politiques, dont les tabous bloquent l’État et les entreprises. Et cela jusqu’à Hollande et Sarkozy, ces frères jumeaux dans l’impuissance économique.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité, Economie