bacterie

Un virus

Pour chacun d’entre-nous, il semble que la distinction entre « vivant » et inanimé soit évidente. Un rocher est, de toute évidence, inanimé. Une fleur ou une grenouille sont vivants. Une paire de ciseaux est inanimée. Il semble ainsi facile de faire deux groupes sans ambiguïté.  La question devient autrement plus complexe lorsque l’on regarde le monde avec un microscope. On découvre en effet de nouvelles entités, comme les virus.

Rappelons la définition du vivant donnée par Joël De Rosnay, dans l’aventure du vivant. Est vivant ce qui rassemble trois propriétés :

  1. propension à se maintenir en vie par l’assimilation, la nutrition, la mise en œuvre de réactions énergétiques de fermentation et de respiration) ;
  2. l’auto-reproduction (Propension à propager la vie) ;
  3. l’autorégulation (Coordination, synchronisation et contrôle des réactions d’ensemble).

Joël de ROSNAY – l’aventure du vivant

la cellule

Une cellule eucaryote

Les trois domaines du vivant

Les trois domaines « classiques » du vivant sont les suivants :

  1. Les Eucaryotes qui sont constitués de réseaux complexes de cellules à noyau (procaryote) et de composants membranaires ;
  2. Les Bactéries, composés d’une seule cellule avec noyau (procaryote) ;
  3. Les Archées, composés d’une cellule sans noyau (procaryote).

Nous faisons partie du premier groupe avec les grenouilles et les roses.

Le virus est-il vivant ?

Le virus est une cellule procaryote (sans noyau) à la différence de la bactérie.  Comme on le voit ci-contre, un virus est doté d’une flagelle, il se déplace, peut se nourrir puis reproduire en infestant une cellule et même muter. Selon la définition de Joel De Rosnay, le virus est donc vivant.

Mais pas tout à fait, car dans la définition précitée se trouve le terme « auto » qui fait toute la différence.

Un virus est de l’ADN (de l’information) conservée dans une boite (la membrane) mobile. Mais ça n’est que ça. Isolé dans un milieu riche en nutriment, il ne se reproduira pas. Il ne possède pas d’usine (les ribosomes) à répliquer l’ADN.

Les ribosomes sont des organites présents dans les dont la fonction est de synthétiser les protéines en décodant l’information contenue dans l’ARN messager.

S’il veut se reproduire, il doit infester un hôte, par exemple une cellule, pour utiliser les ribosome  qu’il y trouve.

Le virus n’est donc pas vivant au sens De ROSNAY du terme.

L’exception MIMIVIRUS

Voici un virus géant découvert en 2003 qui dispose d’usine à dupliquer ! Est-il vivant ? La question est ouverte.

Publicités

Joindre la conversation 7 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Science de la vie