L’origine de la vie reste, malgré les progrès, un vrai mystère : qui de l’œuf ou de la poule est venu le premier ? Ou, en d’autres termes, qui du métabolisme ou du code génétique est apparu en premier ? Car il faut du code pour fabriquer une nouvelle cellule, mais il faut aussi la cellule pour lire le code !

adnL’ADN est le support de l’information. Il contient le plan du corps humain. il est constitué de deux brins complémentaires reliés par des bases (ACTG) azotées.

Les bases azotées sont des molécules entrant dans la composition des acides nucléiques (ADN et ARN), c’est l’élément porteur de l’information des nucléotides. L’ADN est constitué des 4 bases suivantes : A = adénine ; G = guanine ; C = cytosine ; T = thymine. L’ARN est constitué des 4 bases suivantes : A = adénine ; G = guanine ; C = cytosine ; U = uracile. Futura-Science

Ces bases azotés s’assemblent deux par deux, T avec A et C avec G. L’ADN est enfermé dans le noyau de la cellule. Lorsque cette dernière décide de se dupliquer, les deux grains de l »ADN s’ouvrent, mettant le code (la suite des bases (ACAACCT…) à nu et donc lisible.

Une chaine à un seul brin (l’ARN) se constitue au contact de ce code nu puis  achemine le code dans l’usine à fabriquer les protéines (le ribosomes). On le nomme alors ARN « messager » ou ARm.

Ces protéines ont notamment un rôle de catalyse. Elles participent donc à la fabrication des cellules (D’autres sont des constituants des cellules, comme la kératine pour le s cheveux.

On a donc :

  • l’ADN et l’ARN qui porte le code génétique (le plan des protéines) ;
  • les protéines qui catalysent la fabrication de l’ADN

Il faut des protéines pour faire de l’ADN et réciproquement ! Le problème semblait donc insoluble.

Mais en 1989, Thomas Cech et Sydney Altman ont mis en évidence que l’ARNm contient une partie « non-codée » a priori inutile, mais qui en fait aurait une fonction de catalyse, c’est-à-dire qu’il pourrait assurer le rôle jusque là dévolu aux seules protéines ! Cette découverte a été suivi de biens d’autres qui ont montré que l’ARN peut tout à fait assurer le fabrication de protéines : par exemple les ARN de transfert ou ARNt catalysent la formation de la liaison peptidique.

Peptide : Molécule comprenant au moins deux résidus d’acides aminés reliés par la liaison peptidique, c’est-à-dire par la liaison CO-NH, issue de la condensation déshydratante entre le groupement NH2 et le groupement carboxylique des acides aminés voisins. Futura-Science

L’ARN pourrait donc bien être notre ancêtre à tous : à la fois plan (code génétique) et outil pour fabriquer des constituants du vivant. Il serait donc apparu avant les protéines.

 

Publicités

Joindre la conversation 2 commentaires

  1. […] pour le milieu ayant abrité les premiers signes de vie. Avant ce monde ADN, a dû se construire un monde ARN. où le code était porté par un seul brin. Mais comment cet ARN s’est il constitué (sachant […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Science de la vie