Stephen BANON : Le jeteur de bombe d’extrême droite nommé par TRUMP comme conseiller de la Maison Blanche

ourview111416

TRUMP et Steeve BANON

Traduit de l’anglais par Les éditions des Chavonnes

Avec la nomination du leader du Comité National Républicain, Reince Priebus, comme directeur de cabinet de la Maison Blanche et celle de sobn ex-directeur de campagne, Stephen Bannon, comme chef de la stratégie et conseiller de la maison Blanche, le président TRUMP, tout fraichement élu, laisse le monde dans l’expectative :

qui dirigera vraiment la Maison Blanche ?

Priebus est dans la ligne du parti Républicain. Bannon, quant à lui, a rejoint Trump sur le tard, quittant par la même occasion la direction de Breitbart.com, un site de politique trash pro-TRUMP,  adoubé par les Nationalistes, suprémaciste les xénophobes et les anti-sémites. Tout oppose les deux hommes forts de la future Maison Blanche.

Ainsi, quelques jours après sa victoire surprise, TRUMP a réussi à la fois à garantir des conflits futurs au sein de son administration mais aussi à aggraver la division culturelle du pays, qu’il avait pourtant tenté de calmer.

Bannon, un ancien banquier de Goldman Sachs, et premier confident de Sarah Palin, est un étrange personnage qui a réussi à refonder Breitbart.com, en le faisant évoluer d’un site irrespectueux, notamment envers les partis conservateurs, vers un média beaucoup plus rigide et sombre. Lorsque l’équipe de campagne de TRUMP s’avisa d’attaquer un journaliste du média, Banon vira son journaliste plutôt que de critiquer son futur patron.

La nomination de Banon met un peu plus de seul sur les blessures ouvertes pendant la campagne chez les Hispaniques, les Musulmans, les Afro-américains, les Juifs les femmes et tous les autres qui furent les punching-ball de TRUMP . Comme l’a dit le Président OBAMA lundi, il y a un fossé entre bâtir un gouvernement et aller à la pèche aux votes.

L’avis du Monde : En nommant Stephen Bannon parallèlement à Reince Priebus, le président élu n’envoie pas seulement des signaux contradictoires, qui présagent de luttes d’influence destructrices au sein de son équipe. Il laisse entendre à son pays et au reste du monde – et c’est plus grave – que les thèses extrémistes défendues par le courant de pensée qu’incarne M. Bannon sont légitimes. Le qualifier de « conseiller de l’ombre » n’enlève rien à la symbolique de cette nomination.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité