Politique Société

J’ai lu pour vous Révolution de MACRON

Ni de droite, ni de gauche, bien au contraire…

Everybody want a revolution ! avait dit Lennon. Que dit Emmanuel MACRON dans son livre-programme édité chez XO ?

En fait, l’auteur le dit lui-même, il ne s’agit pas d’un catalogue de noël, où on trouverait une liste des cent promesses qui ne seraient pas tenues. Il s’agit plutôt d’une « vision » de l’avenir. We all want to change the world ! But when you talk about destrcution, don’t you know you can count me out ! de même dit Macron.

« On n’y trouvera pas de programme, et aucune de ces mille propositions qui font ressembler notre vie politique à un catalogue d’espoirs déçus. Je ne crois pas au fait d’égrener des propositions dans le cadre d’une campagne »  Emmanuel MACRON

270 pages pour exploiter les éléments collectées au cours de sa longue Marche entamée depuis l’automne, dessiner un diagnostic de l’état de la France en se nourrissant des discussions que l’ancien ministre a eues avec les Français. Bloqué

Emmanuel MACRON n’aime pas les blocages qui paralysent notre pays. Des exemples montrent comment des règles contradictoires, issues de notre usine à gaz administrative, parviennent à mettre à genoux des entreprises. De normes en principe de précaution, de farandole de décrets en code toujours plus épais, la machine à pondre des contraintes s’est emballée et tue doucement notre industrie

Les finances publiques

Pour relancer la croissance, Emmanuel MACRON n’aime pas l’outil du déficit ni la réduction des dépenses érigée comme un dogme que certains appellent  » Rigueur ». Droite et gauche à mettre dans le même sac et à la rivière ! il faut une gestion équilibrée des finances en privilégiant investissement d’avenir (au détriment des dépenses de fonctionnement). Il cite Mendès-France

Nul plus que Pierre Mendès France n’avait le sens de la justice. Il s’est pourtant fait en 1945, et contre le Général lui-même, l’apôtre de la rigueur budgétaire, parce qu’il voyait, au-delà des apparences, quels malheurs sociaux le laxisme peut causer.

Mais si, d’un autre côté, c’est être de gauche que de penser que l’argent ne donne pas tous les droits, que l’accumulation du capital n’est pas l’horizon indépassable de la vie personnelle, que les libertés du citoyen ne doivent pas être sacrifiées à un impératif de sécurité absolue et inatteignable, que les plus pauvres et les plus faibles doivent être protégés sans être discriminés, alors je consens aussi volontiers à être qualifié d’homme de gauche. Emmanuel MACRON

Assistanat ou solidarité ?

Là aussi, droite et gauche font fausse route : les prestations sociales ne font pas que des « profiteurs du système », comme le dit la droite. Mais elle doivent être intelligemment gérées pour aller là où il y a des besoins. La gauche se contente trop souvent de saupoudrer un peu d’euros sur la misère, comme on cache la poussière sous le tapis. La maison n’est au final guère plus propre ! Emmanuel MACRON veut que la reprise d’une activité ne soit pas pénalisante en termes financiers. Il l’accompagne donc d’une indemnité complémentaire (comme l’avait d’ailleurs proposé Sarkozy).

Le contrôle du caractère « réel » de la recherche d’emploi est à son programme.

Au bout d’un certain temps de chômage, qui ne se forme pas n’est pas indemnisé. De même qu’un bénéficiaire qui refuserait une offre d’emploi « raisonnable » à l’issue de la formation. Emmanuel MACRON

La voie du milieu

Héritier d’un Tony BLAIR ou d’un Bill Clinton, Emmanuel MACRON semble, en politique, être un bouddhiste adepte de la voie du milieu. Ni trop, ni trop peu… La mondialisation est là et il faut faire avec. Il ne sert à rien s’enfermer dans ses frontières en la niant (comme le propose le FN) ; cela reviendrait à achever une bonne partie de notre économie. Mais il faut en refonder les règles !

Fin du statu quo

Pour Emmanuel MACRON, il faut déconstruire le système qui sur-protège les salariés et empêchent les chômeurs de trouver un emploi : il est impossible de licencier mais tout aussi impossible d’embaucher. Les charges patronales mises en place pour financer les prestations sociales alourdissent le cout du travail qui devient prohibitif ! Résultat, on a une frange de la population qui bénéficie de (presque) tout et l’autre qui désespère de trouver un emploi.

Notre système issu du Conseil national de la résistance (1946) est tout simplement anachronique : il a été dimensionné avec une pyramide des âges et un salariat aux antipodes de ce qui existe aujourd’hui.

La fin de l’emploi à vie (notamment chez les fonctionnaires)

Emmanuel MACRON veut mettre en place un sorte d’assurance tout risque du type « filet de sécurité » valable aussi pour les fonctionnaires démissionnaires qui n’auraient ainsi plus peur de perdre leur emploi : l’objectif est d’encourager des parcours professionnels diversifiés en investissant de manière massive dans la formation (déléguée aux régions, aux écoles, aux centres d’apprentissage,…), mais aussi en contrôlant le sérieux des personnes (obligation de sérieux et d’assiduité).

Cette assurance chômage serait financée par l’impôt et non-plus par les cotisations sociales,ce qui est pour le coup révolutionnaire.

La fin des régimes spéciaux

Enfin pourrait-on dire ! L’État remplacerait les partenaires sociaux dans l’exercice (devenu impossible) de s’entendre sur l’assurance chômage. Le privé entrerait dans l’appareil de gestion des chômeurs notamment avec des bilans de compétence.

La convergence des régimes est sa doctrine en matière de retraites. Finies les retraites fonctions du statut du travailleur (fonctionnaire ou privé, SNCF ou  Air-France…) ! Pour Emmanuel MACRON l’âge de départ doit prendre en compte la seule pénibilité !La prévention en matière de santé.
  En Chine, on paye pour rester en bonne santé. Le médecin délivre alors des remèdes pour maintenir ce bon état de forme du patient. Si on tombe malade, alors les rôles sont inversés. Le médecin qui n’a pas su prévenir la maladie prend les soins à sa charge. Il n’a donc aucun intérêt à délivrer de couteux médicaments et doit agir surtout sur la prévention toujours moins onéreuse. Cela ressemble un peu aux « forfaits » proposés par Emmanuel MACRON. Pour Emmanuel MACRON, les tâches administratives ne doivent pas être réalisées par des Médecins !   Un social libéral   Social car il veut l’égalité des chances et un filet de sécurité pour tous ; mais libéral car il encourage l’entreprise en laissant plus de place aux initiatives, en baissant les charges sur les sociétés,  seule pourvoyeurs de richesses (et donc seule à mème de financer une protection sociale de qualité).

Qu’y a-t-il de commun entre une gauche conservatrice qui défend les statuts, prône la fermeture des frontières et la sortie de l’euro, et une gauche sociale démocrate, réformiste, européenne ? A peu près rien. C’est précisément ce qui a rendu si difficile l’exercice du gouvernement durant les quatre dernières années. C’est ce qui a conduit à des réformes poussives pour les uns ou à des renonciations pour les autres. » Emmanuel MACRON

Enseignement

Comme les candidats de droite, Emmanuel MACRON veut laisser plus d’autonomie à nos universités, encourager la formation continue, l’apprentissage et… la flexibilité !

Non aux dépenses de fonctionnement ! Oui à l’investissement !

Depuis des décennies, la classe politique n’a rien su inventer d’autre, pour répondre aux blocages, aux inégalités, aux injustices, qu’un surcroît de dépense publique. Ils ont octroyé des aides sans les financer et en les gageant sur les générations à venir sans rien régler des déséquilibres profonds. Contre les partisans dogmatiques de la relance, nous devons engager des réformes structurelles majeures, passer en revue systématiquement les politiques publiques et poursuivre résolument la baisse des dépenses les plus inefficaces. Emmanuel MACRON

L’Europe   Emmanuel MACRON est résolument pro-européen.Mais il pense que son temps est compté : si elle reste camper sur ses bases actuelles, l’Europe va imploser. Ses solutions ? Réforme de l’ l’euro, convergence fiscale…   A propos du voile

J’y ai souvent pensé, ces dernières années, à propos de jeunes musulmanes voilées, à l’école ou à l’université. Il me semble que ma grand-mère aurait déploré que la pression de l’obscurantisme empêche ces jeunes filles d’accéder au vrai savoir, celui qui est libre et personnel. Mais parce qu’elle avait voué sa vie à l’éducation des filles, et avait pu mesurer combien celle-ci n’allait pas de soi, même dans un pays comme le nôtre, je crois qu’elle aurait déploré que nous ne puissions rien trouver de mieux que l’interdiction, l’affrontement, toute cette hostilité si contraire dans sa nature à ce qu’il faut faire entrevoir. En ce domaine, on ne fait rien de bien sans amour.Emmanuel MACRON

Sur la fiscalité

  à suivre…

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s