L’intérêt gouverne les actions humaines

Adam SMITH, comme tout bon écossais qui se respecte, a théorisé l’économie. L’invariant qui gouvernerait les hommes, dicterait toutes ses actions porterait donc un nom : l’intérêt. Il fut en cela le digne héritier de La Roche-Foucauld :

L’intérêt parle toutes sortes de langues et joue toutes sortes de personnages, même celui de désintéressé. La Roche-Foucauld

L’idée est donc d’utiliser cet égoïsme pour qu’il profite à tous. Helvétius, un siècle plus tôt,  proposait le même stratagème en politique :

L’art du politique est de faire en sorte qu’il soit de l’intérêt de chacun d’être vertueux. Helvétius.

L’égoïsme au service du collectif

Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme. Adam SMITH

Le marché comme garant du bonheur de tous

Pour Adam SMITH, l’échange commercial garantit une amélioration nette du bonheur collectif. Le marché est l’outil qui, s’appuyant sur « l’intérêt particulier », concourt à « l’intérêt général ». La libre concurrence  permet de réguler le marché. Les prix restent, par le jeu de la concurrence, ^proches de la valeur réelle des marchandises. C’est sa fameuse « main invisible ». Les riches deviennent certes plus riches mais entrainent dans leur sillage l’ensemble de la société.

L’État reste fondamental

Adam SMITH est certes un libéral. Pourtant, on trouve dans son œuvre nue place de choix pour l’État en charge de réduplication mais aussi des grands investissement collectifs, ou les missions régaliennes que sont la défense, la police ou la justice.

Le corporatisme source d’inégalité

L’intérêt particulier de ceux qui exercent une branche particulière de commerce ou de manufacture est toujours, à quelques égards, différent et même contraire à celui du public. Adam SMITH

Dans la même collection

 

Publicités

Joindre la conversation 4 commentaires

  1. L’analyse d’Adam Smith part d’un postulat crédible : l’intérêt. Mais il faut le définir. N’est-ce pas un peu réducteur de le limiter à gagner beaucoup d’argent ? L’intérêt premier d’un individu n’est-il pas plus généralement d’assurer la transmissions de ses gènes ? Pour cela, il a certes besoin d’argent pour vivre dans des conditions sûres et agréables, pour séduire les femmes présentant les meilleures caractéristiques (hanches larges pour laisser passer les enfants taille étroite attestant qu’elles ne sont pas déjà enceintes) qui seront elles-mêmes attirées par la promesse de pouvoir élever leur progéniture dans les meilleures conditions matérielles (la voiture de sport, la carte bleue premier et la montre tape à l’oeil sont des atouts incontestables). Car n’oublions pas qu’elles partagent le même but que les hommes, transmettre leurs gènes, mais que pour optimiser leurs chances elles ont besoin de sécurité matérielle puisque la grossesse et les soins au nouveau né hypothèquent leur capacité à se reproduire pendant plusieurs années (je sais, le darwinisme n’est pas très glamour et on passe vite pour un réac en le résumant mais comme depuis hier la mode est à la vérité…). Ainsi, pour transmettre ses gènes dans les meilleures conditions, l’individu doit également avoir les moyens d’élever ses enfants afin que leur place dans la société leur permettent, à leur tour, de transmettre ces mêmes gènes dont ils sont les nouveaux dépositaires. Autrement dit il semble (mais je ne connais sa théorie qu’à travers ton article et ce que tu m’en as dit) qu’Adam Smith passe sous silence l’intérêt de chaque citoyen à avoir des systèmes de santé et d’éducation efficaces, une armées solide, un système législatif lui permettant d’exercer sa profession de façon équitable ainsi que des fonctionnaires garantissant son application. Bref autant de motifs de payer des impôts. On ne peut pas reprocher à Adam Smith de n’avoir pas été darwinien mais sa théorie (si je l’ai comprise dans ses très grandes lignes) mérite peut-être une mise à jour ?

    J'aime

    Réponse
  2. […] d’initiative, des énergies, des forces vives pour faire démarrer l’économie. Comme Adam Smith l’a théorisé, ce redémarrage entraîne l’ensemble de la population. Bien sûr il y aura […]

    J'aime

    Réponse
  3. […] Adam SMITH en dix lignes (pour François Fillon) […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Les Anglo-Saxons, politique