François Fillon en 2015.François FILLON et l’environnement

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle et probable prochain Président de notre belle République, s’est exprimé (si, si !) sur l’environnement.

Comme tout le monde (sauf TRUMP), il considère la question climatique comme « prioritaire ». Mais il se distingue sur les solutions proposées. Pour François FILLON, la solution réside dans le nucléaire, seul moyen de production capable de répondre aux besoins (notamment avec le développement de la voiture électrique). Car celui qui fut l’un des artisans du Grenelle de l’Environnement veut avant tout faire rimer protection de l’environnement et développement.

 » Une augmentation de la taxe carbone (à 30 € la tonne) permettrait d’inciter les derniers avocats du charbon à chercher des solutions dé-carbonées.  » dit-il. Les Allemands qui ont ainsi arrêté leurs centrales nucléaires ont été amené à redémarrer leurs centrales au charbon qui balancent des particules partout en Europe.

Pour FILLON, la loi sur la transition énergétique qui vise à réduire de 75 % à 50% le taux de production d’énergie nucléaire pose des problèmes insolubles :

  • nous ne disposons pas aujourd’hui de moyens de productions alternatifs capables de subvenir à nos besoins (en termes de puissance et de volumes de production) ; rappelons que cet hiver, EDF ne garantit pas de l’électricité à tous les Français ;
  • arrêter les centrales qui sont aujourd’hui amorties et sans raisons (autre que politiques en donnant des gages à EELV) est un scandale financier et moral ; François FILLON rappelle ainsi que l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) n’a jamais exigé l’arrêt de ces centrales qui pourraient fonctionner encore des dizaines d’années ; les arrêter de manière prématurée, sans raison technique, supposerait un dédommagement pharaonique à EDF et se priver d’un moyen de production qui assure notre indépendance énergétique tout en émettant aucun gaz à effet de serre ;
  • les appels de plus en plus appuyés (notamment de madame HIDALGO) à la voiture électrique nécessite une réflexion de fond : si l’électrique venait un jour à remplacer le diesel, il faudrait des moyens de productions supplémentaires, dont on ne dispose pas aujourd’hui, et qui représenteraient l’équivalent de 20 réacteurs nucléaires ;

François FILLON ne veut toutefois pas fermer la porte aux énergies renouvelables en pariant sur les emplois qui pourraient être générés. On trouve dans ses différentes déclarations  quelques lignes sur :

  • la rénovation énergétique des logements ;
  • l’incitation à créer des espaces verts en ville ;
  • le recyclage ;
  • et bien sûr le développement de la voiture électrique.

François FILLON est plus explosif lorsqu’il évoque sa volonté de :

  •  ne pas sur-transposer les directives européennes (la France a en effet eu cette fâcheuse habitude de considérer qu’elle était capable de faire mieux que les autres et se retrouve ainsi avec un industrie pénalisée par rapport à ses concurrents) ;
  • supprimer le principe de précaution ; rappelons que ce principe prévoit que le doute l’emporte en matière d’innovation (quand on sait pas, on fait pas) ; avec un tel principe, on aurait ainsi jamais inventé la télévision, les téléphones portables, l’automobile,…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité, Ecologie