J’ai lu pour vous Homo DEUS : une brève histoire de demain de Yuval Noah HARARI

Homo Sapiens To Homo Deus: How We Are Crafting Our Own DemiseAprès avoir dévoré HOMO SAPIENS : une brève histoire de l’humanité, la lecture d’une brève histoire de demain m’est apparue comme une évidence.
Il ne s’agit pas d’un ouvrage scientifique. HOMO DEUS ressemble plus à un avertissement. HARARI nous met en garde.
Le genre humain est sur le point de disposer des outils nécessaires à la modification des termes de son existence : un petit animal peu significatif, HOMO SAPIENS est sur le point de devenir un être inquiétant HOMO DEUS (Dieu) capable de mettre en péril sa propre liberté. Que veut dire HARARI ?

La première étape fut franchie avec la prise de contrôle de notre existence, il y a 10 00 ans, lorsque l’homme développa l’agriculture. Il y a deux 200 ans, la science avait atteint sa  pleine maturité. HOMO SAPIENS était devenu capable d’affronter avec efficacité les défis que lui proposait la nature.

Certes des millions d’entre nous vivent encore dans la pauvreté, meurent de faim ou de maladies. Mais nous pourrions sans aucun doute réduire cet artéfact : ces calamités ne sont pas l’œuvre de dieux, mais sont liés à des facteurs humains. En 2011, HARARI précisait que le nombre de morts par obésité (3 millions) était bien plus grand que celui lié à des famines  (1 million). L’homme a plus de chance aujourd’hui de mourir de vieillesse que de maladie. Il y a plus de décès par suicides que par faits de guerre.

La bataille contre la vieillesse

La première bataille est contre la vieillesse. Elle est aujourd’hui prioritaire. L’espérance de vie a doublé au XXème siècle et tout porte à penser qu’il en sera de même au XXIème. Chaque année, des multinationales comme Google, avec l’aide de scientifiques, comme Ray Kurzweil et Bill Maris, dépensent des millions de dollars pour gagner cette guerre.

Une espérance de vie de 150 ans affecterait profondément notre structure sociale. HARARI nous met en garde : les relations entre les hommes, le mariage, les carrières professionnelles, l’immigration seraient soumis à de fortes contraintes. Bien qu’HARARI ne croit pas que nous soyons encore à l’aube de l’immortalité, il revendique le fait que 150 années d’espérance de vie nécessitera de réinventer notre corps et notre esprit.

Reconstruire notre corps à l’aide de la génétique

La seconde étape consiste à retravailler et à faire progresser notre corps :

  • les biologistes manipulent déjà le code ADN ;
  • la cybernétique nous permet d’augmenter notre puissance ;
  • la robotisation nous permet de nous dispenser de tâches routinières.

Ces développements sont plus avancés que ce que nous croyons. La génétique, le développement des prothèses, l’intelligence artificielle ont, ces dernières années, fait des progrès remarquables. Certains équipements peuvent prédire le comportement humain et peuvent aider, voire supprimer, certaines actions de notre cerveau. Le seuil de manipulation du comportement humain est sur le point d’être atteint.

Avec le développement de la CRISPR (clustered regularly interspaced short palindromic repeats), il est devenu bien plus facile de lire et d’interpréter le code génétique (ADN). Introduit dans un objectif thérapeutique, il permet maintenant d’envisager , comme HARARI le fait, un système dans lequel les données médicales sont exploitées en vue d’optimiser le corps ainsi que les choix de vie.  Ce type de système pourrait permettre d’assister certain choix politiques. On le voit à l’œuvre dans le marketing ciblé : des sociétés spécialisées examinent votre historique de recherche en ligne et vous propose des vacances parfaitement adaptées, des vêtements et une myriade d’autres produits dont vous avez besoin.

D’HOMO SAPIENS à HOMO DEUS
L’étape finale qui nous permettrait de nous détacher de notre héritage d’HOMO SAPIENS a été le thème d’ouvrages de science-fiction : amélioration par la génétique de l’intelligence de notre descendance, de ses performances athlétiques, ainsi que certaines de ses caractéristiques physiques. Ceux qui pourront se permettre de « designer » leur enfant pourront le faire et fabriquer des  sur-hommes. L’homme sera devenu Dieu, en ce sens qu’il sera à même de créer quelque chose de nouveau, une nouvelle espèce : HOMO DEUS.
Le danger est évident. Dans une période très courte, l’accès privilégié à l’amélioration génétique pourra causer des inégalités (des divergences) au sein de l’espèce humaine, alors coupée en deux entre :
  • une humanité inférieure , naturelle, dans la lignée d’HOMO SAPIENS,
  • une humanité supérieure, HOMO DEUS, l’égal des dieux.
HARARI suggère que les relations entre ces deux strates seront à l’image des relations hommes-animaux qui existent depuis la nuit des temps.
La fin de la liberté
Contrairement à ce qu’envisage la science-fiction, les humains ne perdront pas le contrôle de la technologie, mais, graduellement, transféreront ce contrôle à la technologie, jusqu’à ce qu’ils deviennent une note de bas de page de leur propre évolution. Le premier pas vers cette évolution est déjà visible : l’intelligence artificielle, les big data, l’automatisation des tâches, les capteurs biométriques, ont déjà supplanté les tâches simples qu’exerçaient les médecins, les avocats, les publicistes, le marketing, les ingénieurs, les musiciens,… grâce au flot de données que nous tranférons aux machines pour rendre notre vie plus « pratique ».

Une troisième révolution a lieu en même temps que les deux premières : elle consiste à se préparer intellectuellement  à notre existence post-humaniste. Depuis des siècles, les humains ont évacué les explication surnaturelles des phénomènes et ont cherché à les expliquer par le raisonnement et la science. Ces lumières ont aiguillé le génie humain. Le bien-être est devenu le principal souci, passant devant l’apaisement des dieux. ou la préservation d’un ordre social. Le libre-marché et le libre-arbitre sont devenus les nouveaux dieux de cette nouvelle religion  et le bonheur, son nouveau Graal.

Maintenant que les besoins naturels sont satisfaits, on assiste à un virage des aspirations vers la quête bonheur biochimique. Cela fait longtemps que le bonheur n’est plus associé aux seuls besoins alimentaires. Pour que le corps se sente comblé, il demande plus : La quête de nouveaux sommets a engendré l’apparition de nouveaux désordres comme le stress ou la dépression.

L’allongement de la durée de la vie va apporter de nouvelles contraintes.

Once technology enables us to re-engineer human minds, Homo sapiens will disappear, human history will come to an end and a completely new kind of process will begin. HARARI

Une fois que la technologie nous aura permis de reconcevoir l’esprit humain, HOMO SAPIENS aura cesser d’exister. L’histoire de l’homme sera achevée et un processus nouveau va commencer.

Comme les progrès génétiques, l’évolution ne sera pas brutale, mais faite de petites touches imperceptibles.

Les progrès scientifiques sur la compréhension du fonctionnent du cerveau et sur la génétique, risque de provoquer la disparition du libre arbitre et ainsi catalyser l’enfermement d’HOMO SAPIENS dans la prison de ses propres rêves.

HARARI s’inquiète de la transformation d’HOMO SAPIEN en HOMO DEUS car elle risque de lui ôter sa liberté.

HARARI n’est pas le premier à nous mettre en garde. Stephen HAWKING a récemment fait de même. Chaque révolution engendre ses prophètes auto-proclamés venus en sauveur de l’humanité. Ils nous ont mis en garde contre la chrétienté et l’Islam, la Renaissance, les Lumières. Ils nous ont fait peur avec la Révolution Industrielle et maintenant nous alertent sur les dangers de la génétique. Parfois, ils ont raison…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :