Afficher l'image d'origine

Les dernières années ont vu ressurgir la guerre intestine entre :

  • d’un côté, les défenseurs de la Théorie de l’évolution de Darwin, souvent issus du milieu scientifique, comme Richard DAWKINS, qui pensent que l’évolution se fait au hasard des évènements naturels, sans but préconçus ;
  • de l’autre, les créationnistes, issus des milieux religieux, évangélistes ou islamiques, qui pensent au contraire que toutes les espèces ont été pensées (designer) puis créées par une intelligence supérieure.

L’élection de TRUMP a porté au pouvoir américain les tenants de la seconde école qui souhaitent maintenant que les programmes scolaires présentent les deux théories.

L’école créationniste

Cette seconde école, que nous appellerons créationniste, ou celle de l’intelligent design (la conception intelligente) tire son modèle de la Genèse, le premier chapitre de la Bible, qui suppose que la terre n’ait qu’environ 10 000 ans. Toutes les espèces vivantes ont été créées ex nihilo : les lions, les fourmis, poissons, les hommes… Il n’y a pas eu d’évolution ; nous ne descendons pas des primates, encore moins des reptiles, des amphibiens, des espèces aquatiques. Les fossiles ont au plus 4000 ans et les dinosaures  vivants à cette époque. Ils ont été victimes du déluge.

Vue de France, cette théorie semble relever d’un compte de fée. Pourtant, elle est très en vogue aux États-Unis (mais aussi dans le monde musulman Juif).

Pourquoi la théorie de l’évolution est vraie

L’auteur, Jerry COYLE, propose de défendre la première théorie: celle de Darwin. La terre, dans son modèle, aurait 5 milliards d’années. Toutes les espèces actuelles descendaient d’un ancêtre commun (LUCA : last universal common ancestor). Des mutations génétiques sont  intervenues à chaque génération en raison des erreurs de recopies de la nature. Les descendants le plus adaptés ont alors eu un avantage concurrentiel. Ils ont pu mieux se reproduire. L’homme (branche des mammifères) descend donc d’autres espèces et conserve, dans son génome, des traces de ce passé, comme le montre l’arbre des espèces emprunté à Earth sky :

Afficher l'image d'origine

species tree / arbre des espèces

L’homme appartient à la banche des

  • mammifères, elle même raccordée à celle des
  • reptiles, qui rejoint celle des
  • poissons, qui appartient à la famille des
  • vertébrés…

J’ai lu pour vous Pourquoi la théorie de l’évolution est vraie  de Jerry COYNE

Ainsi, ce sont bien nos ancêtres qui sont à l’origine de nos mauvaises passions ! Le diable, sous l’apparence du babouin, est notre grand-père. Charles DARWIN

La plupart des livres sur le sujet se concentrent sur la biologie ou l’étude des fossiles. Le livre de Jerry COYNE rassemble toutes les connaissances sur le sujet pour comprendre pourquoi la thèse de Darwin est la bonne !

 La preuve par les fossiles
Dinosaur trackways

Traces de dinosaures

Jerry COYNE montre qu’il suffit de savoir livre dans le grand livre de la terre pour trouver les évidences de l’évolution. Les strates géologiques reconstruisent le passé de la terre. Les plus profondes sont les plus anciennes. Les fossiles s’inscrivent dans ces strates. Il est donc assez facile de les inscrire dans l’arbre chronologique de l’évolution. Toutefois, ils sont rares. Et  parfois, des « chainons manquants » persistent. Les biologistes savent ainsi que les baleines, par exemple, sont d’anciens animaux terrestres qui sont retournés dans l’eau.

Si DARWIN a vu juste, on devrait donc trouver des traces, dans la banque des fossiles, d’un animal ayant les grandes caractéristiques de la baleine, mais vivant sur terre. Jerry COYNE montre que les paléontologistes ont en effet mis en évidence de tels fossiles  : des animaux terrestres, vivant proche de points d’eau, qui petit à petit ont perdu leurs pattes arrières pour retourner à terme dans le milieu aquatique.

la découverte récente de Pappochelys, un reptile vieux de 240 millions d’années, présentant des caractéristiques proches de la tortue a permis aux scientifiques de combler un vide dans la cahîne de l’évolution et a déstabiliser l’univers créationniste.

Pappochelys

La preuve par les organes fossiles (ou des vestiges d’organe)

Il s’agit du meilleur argument contre les fous de la théorie créationnistes du design intelligent. Un bon exemple (COYNE en cite bien d’autres) est notre appendice. Voici un organe qui ne sert à rien. Par ailleurs, il est à l’origine des appendicites qui, si elles ne sont pas soignées, sont mortelles. Pendant des millions d’années (avant l’apparition de la médecine), nous avions donc ce vestige du passé qui ne servait à rien (on peut très bien vivre sans) et qui provoquait des décès prématurés.

Cet organe n’a pas de sens dans le cadre d’une théorie du design intelligent. La créature est en effet très imparfaite. Il y a beaucoup d’autres exemples du même genre dans le livre de COYNE .L’appendice est en fait un vestige de notre passé végétarien. Avant qu l’homme ne devienne omnivore (7 millions d’années), il se nourrissait exclusivement de végétaux : or chez les végétariens, l’appendice est particulièrement développé. il sert à la digestion en favorisant la fermentation des aliments. Aujourd’hui, nous avons développé d’autre systèmes pour digérer correctement les végétaux et l’appendice est devenu obsolète. Mais nous gardons ce petit vestige qui témoigne de notre passé.

Les muscles inutilisés de nos oreilles sont des vestiges de notre passé reptilien : chez ces derniers, l’orientation des oreilles est capitale pour définir l’origine d’un danger.

A la naissance, les testicules sont situés dans l’abdomen. Ils sortent par la suite car les spermatozoïdes ont besoin de fraicheur. Pour quelle raison le créateur n’a-t-il pas choisi directement de les installer à leur place définitive ? D’autant plus que leur longue descente provoque chez certains des hernies qui peuvent être douloureuses voire mortelles. La raison encore une fois se trouve dans notre passé : chez les poissons (dont nous descendons) les testicules sont et restent à l’intérieur. Nous avons gardé cette organisation car le développement de l’embryon est un invariant des espèces : malgré la diversité, les embryons de toutes les espèces se ressemblent.

On trouve à 14 semaines chez la baleine, des traces de pattes arrières. A 48 semaines, ces traces ont disparu. Voici encore une preuve qu’à une époque la baleine était un animal terrestre. Elle a conservé cette trace dans le développement de son embryon.

Tiré de l’excellent site : http://www.rationalisme.org/french/sciences_preuves_3.htm

Afficher l'image d'origine

Embryons de dauphins / C : traces de pattes arrières)

L’homme descend d’espèces non-humaines. Nous sommes des animaux parmi d’autres. Cette affirmation ne peut être acceptée par des croyants : Adam a été créé par Dieu à son image et Eve a été façonnée à partir d’un côte d’Adam (pour ne pas qu’il s’ennuie : voilà qui en dit long sur le statut de la femme dans la Bible).

L’évolution n’est pas la perfection

Natural selection does not yield perfection–only improvements over what came before. It produces the fitter not the fittest. Jerry COYNE

Notre corps par exemple présente des caractéristiques qui montrent qu’il est certes adapté à son environnement mais n’a pas atteint la perfection en termes d’adaptation. Le mal au dos récurrent chez l’homme provient du fait que nous sommes les héritiers de quadrupèdes. Notre bassin n’est pas dessiné de manière optimum pour supporter la bipédie. Le pharynx sert à la fois pour faire circuler l’air et la nourriture ce qui dans certains cas (fausses routes) provoque la mort du sujet. Chez le mâle, l’urètre sert à véhiculer l’urine et le sperme. Notre corps ne sait pas synthétiser la vitamine C, ce qui le rend vulnérable en hiver. L’extrême étroitesse du vagin (lié au passage à la bipédie) chez la femme a provoqué pendant des millions d’années la mort de la mère et de son enfant lors de l’accouchement.

Nous ne sommes pas parfaits. Cette imperfection ne s’explique pas dans le cadre de l’intelligent design.

Preuve par l’anatomie

Les espèces sont différents mais montrent à l’évidence des caractéristiques physiques très proches. Un ancêtre commun est donc probable.

Homology in vertebrates

La preuve par l’embryon

L’embryon humain ressemble à s’y méprendre à celui des autres espèces et en particulier celui du poisson. Les yeux sont sur les côtés et il a une queue. Les espèces partagent en effet des gènes communs. Ces gènes datent des premières cellules vivantes.

similarité des embryons : stihili shutterstock

En synthèse.

On ne peut pas convaincre celui qui ne veut pas être convaincu. La foi n’a pas besoin de preuve. Elle s’appuie sur la croyance. Le débat n’a s’arrêtera donc jamais.

Publicités

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. Concernant ta question sur la transmission possiblement lamarckienne de la faculté de rapporter la baballe chez le canis lupus familiaris (ça le fait pour dire le chien) il est probable qu’il y ait eu une pression sélective : les chiens qui étaient utiles à nos encêtres en rapportant les proies, notamment pour les partager, avaient le droit à leur part et restaient dans la clan. Ceux qui se sauvaient avec le lapin étaient au contraire nuisibles au clan et en étaient chassés ou étaient tués. Cela peut explique l’utilité des différents types de chiens : les chasseurs, les bergers, le chien d’attaque…

    Si tu veux faire une expérience lamarckienne, apprends à ton chien à donner la papatte, fais le se reproduire et demande la papatte à son rejeton, ou la même chose avec un appel par un sifflet. Si Lamarck avait raison pour les chiens, ce serait la ruine des centres de dressage. Concernant l’adaptation des bactéries aux virus, j’ai vaguement lu une allusion à la possibilité d’échange dADN entre ces organismes de ce type mais c’était très vague. Il est toutefois possible que « l’apprentissage » se produise par un échange d’ADN différent de la mitose et qui permette une adaptation plus rapide qu’au rythme de la succession des générations.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Histoire de l'humanité