J’avais adoré Putain de Guerre. Je me suis donc laissé tenter par cet autre œuvre de Tardi et Vautrin : Le cri du peuple.

Le cri du peuple nous plonge dans le Paris révolutionnaire de 1871, celui de la Commune, premiers soubresauts du communisme auquel Marx puis Lénine se revendiqueront. Le Cri du peuple fait aussi référence au journal de Jules Vallès interdit alors par le préfet de Police bonapartiste.

Après la chute de la Monarchie (1789), la France pensait en avoir fini avec la tyrannie. Mais la suite lui montra que non. Le Premier Empire (Napoléon Ier), la Restauration (Louis XVIII puis Charles X), la Monarchie de Juillet (Louis Philippe), le Second Empire (Napoléon III)  ont confisqué la démocratie mise en place par la Constituante.

Résultat de recherche d'images pour "le cri du peuple"

Le Cri du Peuple Tardi et Vautrin

1871 – La Commune de Paris ressemble à un mouvement spontané des Parisiens refusant de livrer les canons aux Prussiens après la défaite des troupes françaises de Napoléon III à Sedan. Ses meneurs se revendiquent des Jacobins de 1792 et veulent mettre en place une société égalitaire. L’histoire s’écrit à l’envers car 1871 voit s’inscrire, dans la colonne des pacifistes, les monarchistes et, dans celle de la la guerre, les Républicains.

Thiers, en voulant reprendre les canons de Belleville, a été fin là où il fallait être profond. Il a jeté l’étincelle sur la poudrière. Thiers, c’est l’étourderie préméditée.  Victor HUGO

Tardi et Vautrin trouvent dans l’histoire de plusieurs personnages le prétexte à raconter les grands moments de la Commune, comme la confiscation des canons de Montmartre sous les ordres du général Lecomte, l’opposition des parisiens qui se soulèvent sous les yeux réprobateur du maire du XVIIIème arrondissement (Georghes CLEMENCEAZU), la fraternisation de la troupe,   On croise sous leur plume des personnages emblématiques comme Louise Michel, Jules Vallès ou Thiers ou Courbet (le peintre).

Le Cri du peuple : l’histoire en deux mots

Antoine Tarpagnan est capitaine de l’armée et a pour mission de ramener à Versailles les canons de Montmartre. Les Parisiens, mobilisés notamment par Louise Michel, ne l’entendent pas de cette oreille. Ils s’opposent vaillamment à la troupe. Tarpagnan, malgré les ordres de son général, refuse de tire sur la foule, d’autant plus qu’une belle italienne lui offre sa poitrine. Il fait lever les crosses.

Résultat de recherche d'images pour "tardi le cri du peuple"

La troupe fraternise

Grondin, un ancien du bagne devenu flic, reconnait Tarpagnan. Il est sûr qu’il est le meurtrier de sa jeune fille adoptive et veut lui faire payer….

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

Littérature