Le journal de l'hère du temps

Les années passent, la troupe des Enfoirés s’égosille sous les projecteurs, les hommes politiques, les artistes, les personnages en vue du monde médiatique, industriel et financier font preuve d’une immense générosité et d’une évidente discrétion. Rien n’y fait, la misère est toujours là. On en oublierait presque ceux qui, sur le terrain, au contact avec les miséreux que la société a rejetés, assurent des permanences, des distributions de toute sorte, des maraudes, ces anonymes qui n’aspirent pas à la célébrité, qui ne vendent pas de disques, ne briguent pas de mandat électif, n’essaient pas de conquérir de nouveaux marchés en donnant une image de patron cool, qui se contentent d’apporter un peu de bonheur immédiat à ceux qui en ont si peu. Il semble que dans la sphère caritative plus qu’ailleurs, il y ait ceux qui travaillent dans l’ombre et ceux qui tirent ce qu’on pourrait appeler des profits collatéraux…

View original post 588 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité