Beatles

Quel mystère cache la pochette d’Abbey Road ?

L’album du siècle (XXème) est-il aussi l’album de tous les mystères ? 1966. Paul quitte furieux les studios d’Abbey-Road. Tellement furieux qu’il ne maîtrise plus ses nerfs et qu’il heurte avec son Aston Martin un réverbère. Fin de l’Histoire. Début de la légende : Paul is dead. Un concours de sosies est organisé à la hâte et on trouve un type parfaitement ressemblant qui fait l’affaire pour que l’aventure BEATLES continue…

à lire absolument : Une brève histoire des Beatles.

La légende de la mort de Paul Mac Cartney

D’où vient cette légende ? Des Beatles eux-mêmes ? Sans doute tant on remarque d’indices troublants tout au long de leur carrière : sur la pochette de Sergent Pepers, par exemple, Paul porte un badge OPD (pour ceux qui ont des bons yeux) : officialy pronounced dead. On voit les quatre membres du groupe comme embaumés en arrière plan.  A droite, (semble-t-il) une poupée aux cheveux roux tient une Aston Martin. Et puis cette main tendue au dessus de la tête de Paul !

Résultat de recherche d'images pour "pochette sergent pepper"

 

A day in the life commence par :

J’ai lu les journaux aujourd’hui, mon gars ; à propos d’un veinard ;
Et même si l’article était plutôt triste, et bien j’ai ri, lorsque j’ai vu la photo. Il s’est éclaté la tête dans sa voiture. Il n’avait même pas remarqué que le feu était passé au
rouge. Toute une foule s’était rassemblée pour regarder. Ils avaient déjà vu son visage auparavant, Mais personne n’était vraiment sûr qu’il appartenait à la Chambre des Lords… John LENNON

Toujours sur Sergent Peppers, on entend John susurrer à la fin de Strawberry fields forever : I burried Paul. A la fin de l’album Blanc, on entend (si on fait tourner le vinyle à l’envers) « Paul is a dead, miss him, miss him, miss him » Et que dire des paroles de Strawberry fields :

Vivre est facile les yeux fermés – Se tromper sur tout ce que l’on voit –  Cela devient difficile d’être quelqu’un –  Mais à la fin tout s’arrange –  Et puis je m’en fous… John Lennon

Quel mystère cache la pochette d’Abbey Road ?

abbey road.jpg
Mystère de la pochette d’Abbey Road

Les quelques indices sur la pochette d’Abbey Road :

  • Georges en tenue de fossoyeur
  • Paul tenant la cigarette de la main droite (alors qu’il est gaucher)
  • Ringo en noir (couleur du deuil occidental)
  • John en blanc (couleur du deuil oriental)
  • Paul pied nu : c’est la tradition pour les morts en Inde et il est à contre-temps (pied gauche en avant)
  • l’arrière plan montre un corbillard
  • l’immatriculation de la Beetle a fait couler beaucoup d’encre : LMW 28 IF : living Mc Cartney would be 28 si…
  • les Beatles sont Rue de l’Abbaye au bout de laquelle se trouve un cimetière

 

Résultat de recherche d'images pour "la mort de mc cartney"

Si les Beatles sont l’auteur du canular, se pose la question des motivations. Car clairement, Paul n’est pas mort. Une chose est de trouver un sosie, une autre est de trouver la perle rare qui ait en plus la même voix et aussi le même talent de composition, de musicien et de chanteur ! Ça fait beaucoup !  Alors est-on sur des considérations « marketing » ? Difficile à croire : en 1966, les Beatles n’avaient clairement pas besoin de publicité.

Yesterday and today - The Beatles - ( CD ) - 売り手 ...
Yesterday and today : Trois amis attristés autour d’un cercueil ?

8 aout 1969. Iain Mac Millan, le photographe connu de John, organise la petite troupe pour le cliché qui va devenir légendaire. Il est monté sur un escabeau au milieu du carrefour pendant qu’un Bobby bloque le trafic.

Résultat de recherche d'images pour "pochette abbey road"
1969 Quelques minutes avant la photo : Paul ronge sa main droite

Georges a chaud et il attend à l’ombre d’un platane, assis sur un mur de briques rouges comme on en trouve tant à Londres. Paul ronge ses ongles, nonchalant dans un costume trop large. Une dame jette un œil distrait, mais semble ne pas reconnaitre ces quatre individus.

Abbey Road

John attend le signal de Iain Mac Millan avant de s’élancer. Le photographe souhaite que chaque membre du groupe marche au même pas. Georges a fini par se lever. Il fermera la marche. Top ! C’est parti. Ils s’élancent mais la marche est chaotique, Paul, trop pressé, bouscule Ringo.

Abbey Road

La prise n’est pas bonne. Le groupe se repositionne et John attend de nouveau le signal. Cette fois-ci il faudra respecter les espaces : 1 mètre entre chaque Beatle ! Paul a allumé sa cigarette.

Abbey Road : La cigarette de la main droite

C’est bon ? Tu crois qu’on peut y aller ? Allez-y, mais plus doucement cette fois-ci ! John tu donnes le tempo !

Abbey Road : Une prise ratée : Paul n’est pas pieds nus

Encore raté. Les pas sont désordonnés. Georges est parti trop tard ! Une Mercedes a eu la mauvaise idée de ruiner l’arrière-plan. On recommence…

Abbey Road

Le pas parait mieux. Paul a enlevé ses claquettes. Il est à contre-temps par rapport à ses camarades. Pas très grave finalement. Des badauds chanceux ne savent pas qu’ils viennent d’assister à une prise de vue qui va devenir mythique et qui sera détournée des milliers de fois.

Le photographe fera en tout 6 photos. La cinquième sera celle retenue pour la pochette de l’album.

Un repos bien mérité sur les marches du studio EMI. Georges a remis ses lunettes et Paul ses claquettes.

Abbey Road

L’enregistrement a été délicat tant les relations entre les membres du groupe étaient dégradées. La présence de Yoko Ono dans le studio n’a bien entendu rien arrangé. John lui a fait installer un lit dans la pièce adjacente. Elle se relève difficilement d’un accident de voiture et John veut garder une oreille sur elle.

Abbey road est sorti en septembre 1969. Il s’agit du dernier enregistrement en studio des quatre membres du groupe. Quelques mois  plus tard (avril 1970), John met fin à l’aventure pour se lancer dans le Plastic Ono Band.

Abbey Road voit aussi au grand jour exploser les talents de Georges Harrison qui signe quelques uns de ses grands titres majeurs comme Here comme the sun ou Something.

Abbey road

Les titres de l’album Abbey ROAD des BEATLES

  • Come Together (Lennon)
  • Something (Harrisson, le seul n°1 des Beatles non-estampillé Lennon-Mac Cartney)
  • Maxwell’s Silver Hammer (Paul Mac Cartney)
  • Oh! Darling (Paul Mac Cartney à propos de Linda)
  • Octopus’s Garden (Ringo Starr)
  • I Want You (She’s So Heavy) (John Lennon à propos de Yoko ONO)
  • Here Comes The Sun (George Harrison, inspiré par le jardin d’Eric Clapton)
  • Because (John Lennon, inspiré par la sonate au clair de lune)
  • You Never Give Me Your Money (Paul Mac Cartney)
  • Sun King / Mean Mr Mustard (John Lennon)
  • Polythene Pam  (John Lennon)
  • She Came In Through The Bathroom Window  (Paul Mac Cartney)
  • Golden Slumbers / Carry That Weight (Paul Mac Cartney)
  • The End (Paul Mac Cartney)
  • Her Majesty (Paul Mac Cartney)

Je crois que c’est une idée à moi d’avoir réuni tous ces éléments dispersés.  Mais je reste prudent en m’attribuant ce genre de projets. Ça me convient très bien que ce soit une idée collective. Au bout du compte, on a eu l’idée de tout mélanger et de donner à la seconde face une sorte de structure d’opéra. C’était une idée formidable qui nous a permis de tirer parti d’une dizaine de chansons inachevées

Paul à propos du Medley

Pour la photo qui clôture l’album, Iain a été gêné par une passante en robe bleue. Mais il a finalement retenu ce cliché et il a bien eu raison :

Une des prises ratées à cause d’un bus.

© Iain MacMillan, The Beatles, Photo 4 (Reproduction, © Bloomsbury Auctions)

ROLLING STONES a classé Abbey Road 14ème dans la liste des meilleurs albums de tous les remps

« It was a very happy record, » said producer George Martin. « I guess it was happy because everybody thought it was going to be the last. » Abbey Road – recorded mostly in two months during the summer of 1969 – almost never got made at all. That January, the Beatles were on the verge of a breakup, exhausted and angry with one another after the disastrous sessions for the aborted Get Back LP, later salvaged as Let It Be [see No. 392]. Determined to go out with a sense of recaptured glory, the group reconvened at EMI’s Abbey Road Studios to make its most polished album: a collection of superb songs cut with an attention to refined detail, then segued together (especially on Side Two) with conceptual force. There was no thematic link, other than the Beatles’ unique genius. John Lennon veered from the stormy metal of « I Want You (She’s So Heavy) » to the exquisite vocal sunrise of « Because. » Paul McCartney was saucy (« Oh! Darling »), silly (« Maxwell’s Silver Hammer ») and deliciously bitter (« You Never Give Me Your Money »). George Harrison proved his long-secret worth as a composer with « Something » and the folk-pop diamond « Here Comes the Sun, » written in his friend Eric Clapton‘s garden while playing hooky from a business meeting. And Lennon, McCartney and Harrison reputedly sang more three-part harmony here than on any other Beatles album. Let It Be was the group’s final release, but this album was its real goodbye. Rolling stones.

Bonne nouvelle en 2018 : Paul est toujours gaucher

Résultat de recherche d'images pour "egypt station mccartney"
Mc Cartney : Enregistrement de Egypt Station
Publicités

un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s