Economie Philosophie

Adam Smith et la main invisible

L’égoïsme est plus bénéfique que l’altruisme en société. Voilà qui, à première vue, paraît paradoxal : C’est pourtant la théorie défendue en 1776 par Adam Smith, économiste anglais à l’origine des thèses libérales dans An inquiry into the nature and the causes of the wealth of nations (La richesse des Nations).

Un exemple simple. Vous habitez un petit village où il y a deux boulangeries. La concurrence est féroce.  Le marché n’étant pas extensible à l’infini, chaque boulanger cherche à faire le meilleur pain au meilleur pour attirer la clientèle et ainsi gagner plus d’argent. Ce n’est pas par philanthropie qu’il soigne votre estomac mais clairement par appât égoïste du gain, par intérêt personnel. Tant que la concurrence est saine et équilibrée, le petit village dispose d’un pain de bonne qualité et au meilleur prix. L’égoïsme naturel du boulanger exige de sa part un travail de qualité pour le bénéfice de tous.

La cupidité de quelques-uns entretient le bien-être de tous les autres. Les Éditions des Chavonnes.

Ce petit raisonnement peut bien entendu être généralisé. Le village représente la société et le boulanger représente tous les secteurs concurrentiels. Selon Adam Smith, la libre concurrence est la condition sine qua none d’une société en bonne santé.

Une définition de la main invisible d’Adam Smith

Il s’agit bien entendu d’une métaphore pour décrire ce mécanisme naturel qui régit le marché et qui permet à tous de vivre mieux : la propension de chaque individu à soigner d’abord ses intérêts garantit le bonheur au plus grand nombre. L’intérêt particulier serait donc au service de l’intérêt général dans une grande harmonisation universelle des intérêts. Une transaction commerciale serait la plupart du temps gagnante-gagnante (pour le vendeur qui gagne de l’argent et pour le client qui achète le meilleur produit au meilleur prix). Merci donc la main invisible.

Il faut aussi que la concurrence soit libre pour que ça fonctionne. Toute intervention artificielle de l’État (par exemple) qui viendrait contrarier ce mécanisme (naturel) piloté par la fameuse main invisible serait contre-productif. Si vous proposez ainsi des APL, les propriétaires augmentent les loyers. Il faut alors encore augmenter les APL pour compenser le déficit des étudiants. Les impôts augmentent alors pour les financer… Dans ce schéma où l’Etat est intervenu, seul le propriétaire s’est enrichi. CQFD.

Ce n’est pas par la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme ; et ce n’est jamais de leurs besoins que nous leur parlons, c’est toujours de leur avantage.

Adam Smith- La richesse des Nations.

Pour Adam Smith, l’Etat doit rester dans ses missions régaliennes. Toutes ses actions doivent conduire à favoriser le mécanisme en aidant « la main invisible« .  Il peut ainsi construire des routes, que chacun utilisera pour acheminer les matières premières et expédier ses produits finis. Il peut aussi assurer la fourniture d’énergie, développer un système de santé (si ça ne fausse pas la concurrence).

L’échange : élément fédérateur d’une société

Les échanges (commerciaux) rendent les individus interdépendants. Dès lors, ils ont besoin les uns des autres, d’un fournisseur, mais aussi d’une clientèle fidèle. L’échange fait sortir l’individu du cercle familial. Il l’ouvre sur le monde. Lorsque les Nations commercent, elles arrêtent de se faire la guerre. Voici une bonne justification de l’Union européenne. L’échange, c’est aussi la communication entre mes individus.

Lorsque deux États sont manifestement antagonistes, le dernier lein qui les unit est toujours commercial.

Dans la même collection

Du même auteur

 

 

Publicités

(9 commentaires)

  1. Mais je ferais quand même remarquer, concernant la main invisible, que la France s’est surtout développée après guerre, où les idées d’Adam Smith ont été considérées comme trop idéalistes (concurrence libre et non faussée, toujours une offre pour satisfaire un besoin…). C’est bien un investissement public massif dans les infrastructures (routes, électricité, communication, hôpitaux, universités, énergie nucléaire, barrages…) qui a permis les trente glorieuses…Parce que le privé, s’il pouvait fournir du pain, ne permettait pas d’investir massivement dans des infrastructures impossibles à rentabiliser rapidement ou d’élever massivement le niveau d’éducation et de compétence de la population. Du pur Keynésianisme!! Et une bonne partie des américains est créationniste, ce qui en dit long sur l’efficacité de leur système d’éducation privé.

    J'aime

  2. bien sûr, mais l’investissement public massif d’après guerre s’est fait par l’endettement qui atteint aujourd’hui plus de 100 % du PIB.
    Continuer dans cette voie oblige la France à consacrer 10 à 15 % de ses revenus au remboursement des seuls intérêts de la dette : bref ceux qui ont profité des 30 glorieuses (en gros les baby boomers) ne sont pas ceux qui remboursent.
    Le trente glorieuses leur ont permis (outre un départ à la retraite anticipé) d’acquérir du bien fonciers à bon compte (grâce notamment à une inflation à 15%). 75% du patrimoine immobilier est ainsi aujourd’hui dans leurs mains : patrimoine qu’il loue à prix d’or aux jeunes qui sont les perdants de ces trente glorieuses (50% des jeunes sous le niveau de pauvreté).
    L’endettement reste possible grâce à des taux d’intérêts faibles. Au premier hockey sur les taux, la France sera étranglée et ne pourra plus payer (entre autres) ses fonctionnaires..
    Investissement public massif est donc une solution à court terme qui réduit fortement les marges de manœuvres de la France !
    les préteurs (goldman sachs et compagnie) risquent ainsi de devenir les donneurs d’ordre de la France !
    je mets en copie Joel de ces riches échanges qui ne manqueront pas de la faire réagir !
    Pour en savoir plus :
    https://leseditionsdeschavonnes.com/2016/05/31/jai-vu-pour-vous-langle-eco-de-francois-lenglet/

    J'aime

  3. Au fait ,

    Moi si j’étais boulanger dans un petit village, avec comme qui dirait un marché captif, j’envisagerais d’autres solutions pour tirer le meilleurs profit. Deux grandes possibilités, à mettre en œuvre dans l’ordre :
    – entente avec l’autre boulanger : « nous n’allons pas nous tirer la bourre tous les deux, il est beaucoup plus simple que nous nous entendions sur un rapport qualité prix, j’estime d’ailleurs que vu le niveau de vie des villageois, nous pouvons leur faire payer 1 € par baguette de base… »
    – s’il refuse l’entente, intimidation de l’autre boulanger : actions visant à le décourager (cette idée me vient de l’expérience d’une collègue dont le plombier a visiblement subi des pressions de ce genre, vols de son matos, pneus crevés etc…débouchant sur une dépression…)

    C’est en cela que cette vision des bienfaits de la libre concurrence me semble idéaliste. Et on ne parle que de boulangers, pas de gestionnaire de déchets par exemple!!! Tiens cela me fait penser aux magouilles de Veolia et SITA qui rendent volontairement incompatibles leurs bacs de DASRI (et systèmes de levage en incinérateur), pour capturer le marché (voir avec Guillaume qui doit connaitre la question)

    Samuel

    J'aime

  4. merci Sam
    je pense que le monde idéal que tu décris est celui où deux boulangers s’entendraient.
    Je n’ai jamais vu ça.
    Chez moi, c’est en fait effectivement le restaurateur qui a intimidé le marchant de pizza ambulant (rn profitant de son poste au conseil municipal) pour le repousser aux frontières de la ville.
    Il a maintenant le monopole et cuisine de la merde : il s’en fout, il n’y a plus que lui !
    Vivement un concurrent pour qu’il recommence à faire de la cuisine.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s