J’ai lu pour vous Robespierre (BD) de Mathieu Gabella (Scénariste) et Roberto Meli (Dessinateur )

2 commentaires

Et je n’ai pas aimé. Le dessin est de qualité, mais le scénario nous emmène dans un labyrinthe interminable de joutes parlementaires, de discours, de grandes tirades. Robespierre, élu du tiers État, orateur hors pair, prend vite l’ascendant sur ses camarades députés. On visite la salle des menus plaisirs ou le roi a convoqué les États Généraux, puis on nous transfère à la salle du jeu de paume ou, sous l’autorité de Bailly maire de Paris, les députés du Tiers Etat jurent de donner au pays une constitution ; on abolit (le 4 aout 1789) les privilèges ; on décapite (janvier 1793) le Roi après avoir pris d’assaut les Tuileries (1792), on fusille au champ de mars (cette fois-ci sous l’autorité de La Fayette). Robespierre, défenseur des opprimés, se mue progressivement en vrai dictateur, décapitant à tout va,  jusqu’à son ami Desmoulins et son partenaire de la première heure : Danton. Il invente sa propre religion : le culte de l’être suprême, démontrant au passage que l’homme est, qu’il le veuille ou non, un animal religieux. Pour faire la Révolution, il faut bien fendre quelques crânes, comme disait Danton.

Intéressant, certes, mais un peu chiant…

Sur le même sujet

Publicités

2 comments on “J’ai lu pour vous Robespierre (BD) de Mathieu Gabella (Scénariste) et Roberto Meli (Dessinateur )”

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s