Excellent billet de Beigbeder ce matin sur France inter

On parle souvent des déçus du macronisme, mais moins des déçus du mélenchonisme dont je fais partie. J’ai écrit un éloge de Mélenchon dans l’Obs, le 19 avril dernier, information vérifiable. A l’époque, comme 7 millions de Français, j’ai cru en lui. Depuis Mélenchon ne cesse de me décevoir.  Il m’a déçu quand il a refusé de choisir entre Macron et Le Pen.

Il m’a déçu en soutenant que les opposants à Maduro, torturés et assassinés étaient des terroristes manipulés par les Américains. Bon je dois reconnaitre qu’il est remonté dans mon estime en voyageant en business. En tant que Che Guevara du Flore, ça fait des années que je répète que la lutte des classes est compatible avec la first class. Mélenchon a le droit d’être un privilégié. Même si je comprends que l’image choque. C’est comme si Nicolas Hulot roulait en 4×4 diesel en jetant des sacs en plastique par la fenêtre.

Bon, le vrai problème, c’est samedi dernier, place de la République. « C’est la rue qui a abattu les rois. C’est la rue qui a abattu les nazis » (Extrait du discours de Jean-Luc Mélenchon). Je ne sais pas si vous enseignez ça aux élèves. Les fake news sur le Venezuela passe encore, ça ne choquera que monsieur Blanquer qui connait bien l’Amérique latine. Vous avez passé deux ans à Bogota. Comparer Macron aux Nazis, franchement. Alors je sais, ce n’est pas ce que Mélenchon a dit. Réécoutons la phrase précisément : « C’est la rue qui a abattu les nazis »

Donc sous l’Occupation, il y avait des manifs de résistants qui portaient des pancartes dans les rues, sous les yeux de la Gestapo : »Hitler, Pétain, assassins. Non à la rafle du Vel D’Hiv. Place à la contre-offensive. Love and peace, fuck la milice » Mais oui bien sûr, de Gaulle était à Paris pendant toute la guerre. Il faisait de grands meetings, place de la Bastille contre l’occupant allemand, où une foule de 150 000 personnes selon l’organisateur, 30 000 selon René Bousquet, chantaient : « ah ça ira, ça ira, ça ira, les Waffen SS on les pendra »

« C’est la rue qui a abattu les Nazis. »

Pas les Américains, ni les Anglais, ni les Russes, ni les résistants cachés, traqués, torturés, fusillés. Depuis dimanche, l’entourage de Jean-Luc Mélenchon tente de voler à son secours en citant les barricades parisiennes à la libération de Paris. Mais les Parisiens étaient plus nombreux dans la rue pour acclamer le Maréchal quatre mois plus tôt. Et Paris a été libérée surtout par la 2è DB du général Leclerc, suivie de près par la 4è division d’infanterie américaine, dont faisait partie JD Salinger, qui écrivait, dans sa Jeep, l’Attrape Cœur. Et ça, c’est véridique.  Donc, monsieur Mélenchon, on ne peut pas continuellement dire n’importe quoi pour plaire à une foule. Pardonnez-moi, mais c’est insulter les gens que de les prendre pour des cons à ce point-là. C’est très beau d’être insoumis, et je pense que le ministre à côté de moi sera d’accord : Devant l’Histoire de France, il vaut mieux être soumis à la vérité des faits, ce qui permet aussi d’être soumis au respect des morts. Et j’espère qu’on aura bientôt une opposition moins primaire. Notre cerveau en a besoin. Notre démocratie aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité, politique