J’ai vu pour vous Pentagon Papers de Steven Spielberg

Steven Spielberg est un incroyable touche à tout. On l’a vu exceller dans le  film d’animation (Tintin), dans la science-fiction (ET), le drame historique (La liste de Schindler), le film d’aventure (Indiana Jones),… Le voici qui nous propose une enquête journalistique en pleine guerre du Vietnam, une plongée dans les méandres torturés de la Maison Blanche, dans les salles de presse enfumés des années 60, les salons guindés du pouvoir où règne en maître absolu le machiavel américain de l’époque : Richard NIXON.

Ce film a un parfum connu : celui des Hommes du président, de « l’enquête la plus explosive du siècle » qui a fait tomber, grâce aux efforts acharnés de deux journalistes du Post (incarnés par Robert Redford et Dustin Hoffman),  le même Richard Nixon à la suite de l’affaire du Water Gate. Pentagon Papers s’achève d’ailleurs sur une scène qui pourrait très bien avoir sa place dans Les hommes du Président..Résultat de recherche d'images pour "les hommes du président"

J’ai vu pour vous Pentagon Papers de Steven Spielberg

1965. Les pales des hélicoptères tranchent l’air humide du Viêt Nam. Les hommes, englués dans la jungle, tombent par milliers. Daniel Ellsberg n’est pas un GI comme les autres : c’est un observateur. Il travaille pour le secrétaire à la défense de l’époque, Rober Mc Namara. Daniel doit se faire une idée précise des progrès de l’Oncle Sam pour évaluer l’efficacité du dispositif, pour savoir si les États-Unis ont une chance de gagner cette guerre, pour savoir si ça vaut encore le coup d’envoyer tous ces jeunes se faire déchirer par les mitrailleuses ennemies. Il en est convaincu : malgré les renforts significatifs en hommes, la situation s’enlise : l’Amérique est en train de perdre la guerre. Son rapport ne souffre d’aucune ambiguïté. Aussi, de retour sur son sol natal, est-il sidéré d’entendre le communiqué officiel : tout va pour le mieux. Les progrès vont au-delà de nos espérances ! On ment au peuple américain !

Il décide alors de photocopier en secret les documents Top Secrets qui attestent de l’inutilité de la poursuite de la guerre et qui démontrent l’entêtement meurtrier de Nixon, qui fait suite à celui de ses prédécesseurs à commencer par Harry TRUMAN. Ces documents atterrissent sur le bureau du directeur du New York Times. Sous la pression de Nixon, la justice intervient et interdit au Times de publier le rapport. Benjalin Bradlee (Tom Hanks) est sidéré : il en va de la liberté de la presse. Il décide de reprendre le flambeau pour le compte du Washington Post. Bradlee va réussir à convaincre la directrice du Post Katharine Graham (Meryl Dtreep) de le soutenir dans sa quête des Pentagon Papers…

L’avis critique des éditions des Chavonnes

L’atmosphère désuète des années 60 est un régal. Mais le film, malgré le génie de Tom Hanks, est un peu lent et traine en longueur. A voir quand même..

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :