J’ai lu pour vous l’Éducation européenne de Romain Gary

Romain Gary écrivit ce premier roman alors qu’il faisait partie d’une escadrille britannique venant chaque jour déverser sur le sol français des tapis de bombes. Bref, il ne connaissait pas l’issue de la guerre, ni même s’il aurait la chance d’achever son livre tant les pertes étaient nombreuses dans les rangs de la RAF. Il faut avoir en tête ce contexte bien particulier pour apprécier son l’Éducation européenne.

Il avait vécu sa jeunesse en Pologne, du côté de Vilnus dont il connaissait les forêts glacées par cœur. Le paysage de son enfance a donc tout naturellement servi de décor à son premier roman. L’éducation européenne nous plonge dans l’hiver 1942, un hiver particulièrement rude, un hiver qui fige littéralement les environs de Wilno, où les bruits sont étouffés par un épais tapis de neige, où la nourriture se fait rare pour les maigres partisans qui se cachent dans la forêt. Janek a 14 ans. Son père a vu mourir ses frères et sœurs. C’est pour cette raison qu’il a construit pour son dernier fils un abri secret, un abri qui devrait lui permettre d’attendre des jours meilleurs… Les Allemands ne sont pas loin et font régner la terreur parmi la population affamée. Pour débusquer « les verts », les faire sortir de leur tanière végétale, ils ont imaginé un stratagème cynique  : ils ont rassemblé toutes les femmes de la ville, les ont enfermées dans une ancienne masure et les ont offertes aux soldats. Insupportables pour les partisans qui dans un élan suicidaire ont décidé de leur porter secours. Les Allemands n’en attendaient pas plus : ils les accueillent à grand coup de mitrailleuses. Le père a préféré une méthode plus subtile. Il se fait introduire dans la masure et là déverse le contenu de son fusil mitrailleur sur la meute vert-de-gris, avant de se faire découper par les balles à son tour. Il y a là Zozia, 16 ans, qui assistent au massacre, un sourire au coin des lèvres. Elle est polonaise et couche volontiers avec les soldats. Mais c’est pour la bonne cause : elle est là pour récupérer des renseignements….

J’ai lu pour vous l’Éducation européenne de Romain Gary

On a froid, très froid, et on a faim à la lecture de ce livre ; un livre sombre, mais qui met en avant l’espoir, le sacrifice, la solidarité et l’amitié. Romain Gary oppose ainsi deux types d’éducation : celle délivrée par Allemagne nazie aux jeunesses hitlériennes, une éducation brutale, sans finesse, militaire et celle des Lumières qui ont illuminées l’Europe, celle de Janek qui aime la poésie, la lecture, la musique et Zozia…

Le livre se perd parfois dans la multiplication des personnages dont Romain Gary ébauche à peine la personnalité. Les longs récits du poète du groupe (Dobransky ) n’apporte guère que de la longueur inutile.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :