Je suis sans tente, sans matelas, je n’ai rien bu, rien mangé depuis je ne sais pas combien de temps. Tomek est tout seul. Et là, j’apprends que je dois passer une nuit de fortune à 6 700 mètres, sur une hivernale, en Himalaya. Autant, dans les Alpes, je peux arriver à passer une nuit de fortune… en Himalaya, je ne savais même pas que c’était possible. Je me sens éloignée, trahie, en danger. Je suis en colère à ce moment-là. Et j’ai peur » Elisabeth REVOL

En colère ???? Contre qui ? Les secours (quatre alpinistes polonais) qui vont venir chercher la casse-cou au péril de leur vie ? Le pilote d’hélicoptère un peu fou qui va tenter une ascension à plus de 5000 mètres pour venir récupérer l’imprudente ? Contre sa famille qu’elle oublie un peu vite en allant égoïstement vivre sa passion ? Ses élèves qui auraient pu connaitre la douloureuse expérience du deuil ?…

Bon sang ! Un enfant qui grimpe dans un arbre et qui n’arrive pas à redescendre, on va certes le chercher mais on lui colle deux baffes ! Elisabeth REVOL a le droit certes de grimper sur le toit du monde. Mais elle n’a pas le droit d’être en colère…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

actualité