actualité

Le populisme va gagner en Europe

C’est une certitude mathématique. Ce n’est qu’une question de temps : le populisme va gagner en Europe. Les Éditions des Chavonnes le regrettent, le redoutent, mais le prédisent. Il ne s’agit pas d’un jugement de valeur, mais d’une prédiction fondée sur l’observation. La peur de l’étranger n’a jamais été aussi présente depuis la fin de la seconde guerre mondiale.  Avec la volonté compréhensible des jeunesses africaines de fuie la guerre et la misère et de  gagner l’Eldorado européen, la poussée migratoire devient galopante et va continuer à exacerber, comme ce fut le cas en, Italie récemment, la peur de l’étranger, la peur de l’effondrement des fondations  judéo-chrétiennes de l’Europe et son remplacement par des thèses religieuses venues d’un autre monde (et d’un autre temps). L’Europe a déjà basculé en partie dans le populisme : seul l’Allemagne, marquée par le Nazisme, résiste encore. Partout ailleurs, il y a une corrélation entre nombre de réfugiés et poussées des partis d’extrême droite (Fringe parties).

Dans les milieux feutrés où règne encore le politiquement correct, on condamne, on accuse, on stigmatise le racisme en général et le Front national en particulier. 30% des Français se sentent proches de ses thèses et pourtant tous les média semblent unanimes à condamner le Front. Les médias ne sont-ils plus le reflet de la société ? Qui n’a pas entendu au café du matin des discussions à la limite du racisme ?

La théorie du grand remplacement

L’expression a donc été lâchée : le « grand remplacement ». Certains théorisent le fait que ce n’est qu’une théorie construite dans le seul but d’alimenter le vote FN.  En fait, si on s’intéresse un peu à la démographie, que l’on prend en compte le solde migratoire, le taux de natalité en chute libre en Europe, le taux de natalité dynamique dans les milieux populaires ou les immigrés sont les plus représentés, les chiffres ne peuvent plus mentir : le remplacement aura bien lieu. Il s’agit là encore d’une certitude mathématique. Si question résiduelle il reste, elle porte seulement sur la cinétique. Le pire dans cette histoire serait de nier l’évidence : le FN n’attend que ça…

La schizophrénie française

Héritiers d’une pensée issue de la guerre, les survivants de l’holocauste et leurs contemporains, encore imprégnés de la mémoire des camps, refusent en général de céder au racisme primaire. Ils savent trop où cela mène… Mais ils sont peu nombreux et bientôt auront tous disparu.

Les vétérans de la guerre d’Algérie sont à mettre à part  : ils n’hésitent pas à faire tomber les dernières digues de la bien bien-pensance pour exprimer ouvertement leur racisme.

Les enfant du baby-boom, aujourd’hui octogénaires, ont encore en mémoire les discours des grands-pères. Ils ont fait mai 68 et ont donné à la tolérance ses plus belles lettres de noblesse. Ils votaient encore récemment à gauche (1981-1988). Aujourd’hui, bien établis dans la société, souvent détenteurs du patrimoine immobilier (au détriment de jeunes générations), ceux qui ont connu les trente glorieuses hésitent : il  était plus facile d’être de gauche lorsque l’on avait rien. Aujourd’hui, voter à gauche, c’est risqué de partager le patrimoine,… notamment avec les étrangers ; ces mêmes  étrangers responsables des  incivilités, qui commettent des attentats et  remplissent à 80% nos prisons. Bref, nombre d’enfants du baby-boom ont franchi le pas : pour défendre le patrimoine et les racines judéo-chrétiennes, ils vaux mieux voter à droite.

Les quinquagénaires ont connu Coluche et Touche pas à mon pote. Ils donnent aux Restos du coeur une fois par an jusqu’à 0.01% de leurs revenus et certains votent encore à gauche par conviction. Mais ils ont été eux aussi secoués par les attentats. Ils ont vu à la télé ces flots gigantesques de migrants traversés l’Europe, la jungle de Calais et Jawad… Ils sont inquiets. Décomplexés, beaucoup n’hésitent plus en publique à afficher leur racisme, ou plus précisément leur ras-le-bol de ces étrangers venus manger le pain des Français (comme le disait Fernand Reynaud), en fait creuser le trou de la Sécu…

Et les jeunes ? Les jeunes n’ont rien connu de l’holocauste (à part dans les livres de l’éducation nationale). Ils n’ont pas de barrières. Ils sont nés avec un FN à 15%, faisant parti du paysage politique français. Le FN est presqu’un parti comme un autre et, en tout cas, le meilleur antidote   à la poussée migratoire. Voilà une cible privilégiée.

En conclusion

Ce n’est qu’une question de temps : avec une Afrique à la démographie galopante et une pauvreté toujours endémique, la pression migratoire va déverser sur l’Europe des flux de réfugiés, alimentés les jungles, catalyser des contre-réactions… En 2017, nous le salut est venu d’Emmanuel Macron… Et en 2022 ? 2027 ?Le FN n’a qu’à être patient… Pauvre France !

source WIKIPEDIA

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s