J’ai lu pour Vous Guerre et paix de Léon Tolstoï (1828-1910)

Le 2 décembre 1804, Napoléon devient Empereur et créée alors une Grande Armée. L’Europe tremble… Une coalition se forme pour tenter de contenir l’appétit de l’Ogre Corse. L’Angleterre, bien sûr, mais aussi l’Autriche, les  Deux-Siciles et la  Russie ont décidé d’unir leurs forces.Résultat de recherche d'images pour "grande armée"

Napoléon et la Grande Armée

J’ai lu pour Vous Guerre et paix de Léon Tolstoï (1828-1910)

Quand le train de l’histoire emmène tout sur son passage, quand les destins individuels ne comptent pour rien, ballotés au gré des batailles, tiraillés par la conscription, réduit à néant par le canon. La campagne napoléonienne vue (pour une fois) par les Russes, dans un roman fleuve aux 500 personnages… Bon courage.


La Noblesse russe se mobilise et notamment la famille Bolkonski de Lyssya Gory, sur laquelle règne en despote le patriarche, le vieux prince éclairé jadis aux Lumières de Voltaire. Marie, sa fille, usée par les ans, déroule là une vie sobre et austère, étouffée par l’amour paternel. Bien qu’elle repousse les assauts du Don Juan Anatole Kouraguine, elle aimerait tant s’échapper, fonder un foyer… Son frère, le prince André Bolkonsky, se prépare pour la guerre. Exubérant, sûr de lui, il est l’exacte opposé de sa sœur.

Le Comte Bézoukhov vient de mourir, laissant à son fils Pierre une immense fortune, dont il ne sait quoi faire…  Le prince Basile Kouraguine a une petit idée… Il lui présente sa fille Hélène, une fille facile qu’il épouse pour son plus grand malheur, car Pierre n’est pas fait pour cette société de luxe et de futilité.

Nous sommes à la veille d’Austerlitz. La Grande Armée, transportée à marches forcées de Boulogne en Autriche, fait face aux armées coalisées, dont l’armée russe commandée par Koutouzov, dans l’État major de laquelle André Bolkonsky a pris sa place, aux côtés de Nicolas Rostov, un officier léger mais optimiste. C’est la bataille des trois Empereurs. Bolkonski est blessé une première fois et tombe finalement à Austerlitz, le 2 décembre 1805. C’est l’Empereur en personne qui ordonne de le secourir. L’armée russe est en lambeaux.

La famille Bolkonsky désespère, sans nouvelle du jeune Prince depuis de si longs mois. André choisit l’accouchement de son épouse pour réapparaitre sur ses terres de Lyssya Gory. Cette dernière lui donne un fils avant de succomber. Pierre Bézoukhov est présent. Il a finalement divorcé et s’est retiré sur les terres que son père lui a léguées. Fils des Lumières lui-aussi, il aimerait faire de son domaine  une terre de justice où le servage aurait disparu.

L’année 1806 commence comme s’est achevée l’année 1805, avec l’odeur de la poudre et le son du tocsin.La Prusse a osé défié l’Empereur et le regrette amèrement : son armée est terrassée en quelques semaines à Iéna. Les Russes arrivés en urgence sont quant à eux balayés à Friedland, puis à Tilsit. C’est là que les deux Empereurs, Alexandre Ier et Napoléon, se rencontrent, au milieu du Niémen. Rostov qui assiste à la scène est sidéré.

André Bolkonsky tombe amoureux de Natacha et lui promet de l’épouser, dès qu’il sera rentré. Loin des yeux, loin du cœur. La belle n’a pas cette patience… Elle cède aux assauts d’ Anatole Kouraguine, qui avait déjà tenté, sans succès, de séduire la sœur d’André. Ce dernier est désespéré. Aidé de Pierre Bézoukhov, il tente de mettre l’impétueux Anatole en fuite, loin de Moscou. Natacha à son tour tombe dans des abîmes de mélancolie et se réfugie dans les ordres.

1812. L’alliance des deux Empereurs a fait long feu. C’est le début de la campagne de Russie. André Bolkonsky et Nicolas Rostov, à nouveau dans les rangs de l’armée russe, voient déferler vers  les hordes napoléoniennes. Moscou est encerclée. Pierre Bézoukhov se croit alors détenteur d’une mission divine : tuer Napoléon ! de toute façon, sa vie ne vaut pas grand chose et il la donnerait volontiers pour débarrasser l’Europe du tyran.

Le vieux prince Bolkonsky est mort. La famille quitte le domaine Lyssya Gory. Marie tente de gérer le nouveau domaine. Pierre Bézoukhov, erre au milieu de soldats russes égarés après la défaire de Borodino, où il tombe sur le prince André, une nouvelle fois blessé, et Anatole Kouraguine que l’on ampute d’une jambe sous ses yeux. Moscou doit être évacué. Pierre est resté dans la ville, espérant ainsi accomplir son destin. Mais il est arrêté par les Français et est condamné à mort. Il échappe finalement à la sentence mais est jeté en prison, où il fait la connaissance de simples soldats comme Platon Karataïev. Cette expérience douloureuse sera finalement profitable car c’est un homme neuf, prêt à affronter une nouvelle vie, qui sortira des geôles de l’Empereur.

Rostopchine, le gouverneur de Moscou, a donné l’ordre d’incendier la ville ! Moscou est tombée ! Mais le désir de résistance n’a pas quitté les Russes. Et on s’étonne de constater que, malgré le bruit du canon, la vie continue : Nicolas Rostov épouse Marie Bolkonsky, alors que son frère, le prince André, succombe à ses blessures non ans avoir fait la paix avec Dieu. Natacha est désespéré par cette triste nouvelle.

Malgré l’accumulation de défaites, Koutouzov sait que Napoléon a fait une erreur majeure : loin de ses bases, son armée va se diluer dans l’immensité des steppes. Il choisit alors d’éviter l’affrontement direct avec la Grande-Armée. L’hiver se rapproche et Napoléon, donnant raison à Koutouzov, ordonne la retraite. Le harcèlement des troupes françaises est sa nouvelle stratégie.  Les 600 000 hommes de la Grande Armée ne sont plus qu’une poignée lorsque la Bérézina se dresse devant eux. Bizarrement, Alexandre Ier remercie alors son général en chef Koutouzov. Pierre a été  libéré dans la confusion et s’attache à consoler la pauvre Natacha.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :