Qu’est-ce que la conscience

Un article de La philosophie des quatre chemins

La vie sur Terre est le résultat de phénomènes physiques, chimiques et biologiques qui ont permis l’apparition puis l’organisation de structures de plus en plus complexes : particules élémentaires, atomes, molécules, macro-molécules, macro-molécules support du code génétique, organismes unicellulaires puis multicellulaires, animaux. A la fin de cette chaîne se trouvent les organismes dotés d’une conscience dont les humains font partie. Cette énumération laisse de coté une question qui mérite l’étonnement et que chacun peut se poser en ces termes : comment est apparue ma conscience ? 

La combinaison matérielle qui constitue mon corps avait une probabilité d’occurrence faible, certes, mais non nulle. Elle était présente dans le grand réservoir des possibles. Le hasard l’a fait passer du statut de probabilité à celui de réalité, tant mieux. Mais la question fondamentale et dont je peux faire l’expérience à chaque instant de ma vie est pourquoi l’assemblage de matière qui me constitue a-t-il produit ma conscience ? Que certains assemblages de matière conduisent à l’apparition du vivant, pour autant qu’on puisse le définir, soit. Qu’une partie de ces assemblages produisent des êtres dotés d’une conscience est plus difficile à imaginer. Mais que sans raison apparente, à un moment donné, survienne ma conscience, cette asymétrie entre moi et les autres, m’est inconcevable. Pourquoi mon corps, organisation matérielle à la fois banale et singulière, a-t-il produit ma propre conscience qui n’existait pas jusqu’alors ? Quel est le lien entre cette organisation et ma conscience. Pourquoi ne pouvait-elle pas habiter un autre corps et pourquoi mon corps ne pouvait-il pas en accueillir une autre ? Guettait-elle, tapie dans quelques limbes, que son carrosse soit avancé ? Les consciences attendent-elles leur chauffeur ?

L’explication dualiste répond clairement oui : chaque individu est le résultat de l’association d’un esprit à un corps par une puissance supérieure pour une raison qui nous est inconnue. Pourquoi pas ; mais rien ne permet d’accréditer une telle explication utilisée de façon stérile dans bien des domaines : on invoque la volonté supposée d’un être omnipotent dont les voix sont impénétrables et on pense avoir résolu le problème. Au passage, on troque le plaisir de l’étonnement et de la réflexion contre la joie de la soumission à cet être supérieur et la crainte de lui déplaire. Enfin, le parallèle qui existe entre la dégradation du cerveau et la disparition de la conscience atteste de l’origine matérielle de cette dernière et réfute l’hypothèse de l’association.

La suite ici

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :