Histoire Histoire de France

Les citations et la vie de Talleyrand

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord dit « Talleyrand », évêque d’Autun (1788), royaliste sous Louis XVI, agent du clergé en 1787, approuva la constitution civile du Clergé pendant la Révolution et proposa la nationalisation de ses biens.  Il fut chargé des affaires étrangères, sous le Directoire (1795-1799), puis sous le Consulat et l’Empire,  avant de replonger dans le royalisme à la Restauration et la Monarchie de juillet de Louis Philippe. Sa veste finit par craquer à force d’être retournée. Il fut le prototype du ministre des affaires étrangères moderne. Œuvrant pour la paix il fut le premier vrai européen. On lui doit quelques fameuses citations, toujours d’actualité, qui sont affichées dans l’autel de Valençay où son cercueil est exposé :

Citations de Talleyrand

  • On connait, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir : c’est de se courber !
  • En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai.
  • Le meilleur auxiliaire d’un diplomate, c’est son cuisinier.
  • Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, il se révolteraient vite.
  • Il y a une chose plus terrible que la calomnie, c’est la vérité.
  • Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier.
  • Le mariage est une si belle chose qu’il faut y penser pendant toute sa vie.
  • Il croit qu’il devient sourd parce qu’il n’entend plus parler de lui.
  • les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque.
  • Les mécontents sont des pauvres qui réfléchissent.
  • Défiez-vous des premiers mouvements, ce sont les bons !
  • Un ministère qu’on soutient est un ministère qui tombe.
  • La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée.
  • On peut violer les lois sans qu’elles crient.
  • Si cela va sans dire, cela ira mieux en le disant.
  • « Oui » et « Non » sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, mais ce sont ceux qui méritent le plus d’examen.

 

20180501_142851.jpg
Plaque de Valencay

Talleyrand en quelques mots

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est né en 1754, sous Louis XV. Bien que fils aîné d’une famille de la grande noblesse, son pied-bot  l’empêche de bénéficier de son  droit d’aînesse. Ce sera pour lui une carrière religieuse. Prêtre en 1779, il est nommé Évêque d’Autun en 1788. Il est élu député du clergé aux États-Généraux en 1789, mais se rallie au Tiers-Etat. Il devient membre de l’Assemblée constituante et œuvre pour la confiscation des biens du clergé.

Le clergé n’est pas propriétaire à l’instar des autres propriétaires puisque les biens dont il jouit et dont il ne peut disposer ont été donnés non pour l’intérêt des personnes mais pour le service des fonctions. Charles-Maurice de Talleyrand

Charles-Maurice de Talleyrand devient le Président de la Constituante et prête serment à la constitution civile du clergé. Il ne lui reste plus qu’un pas à faire pour sortir de ses obligations ecclésiastiques ; pas qu’il s’empresse de faire en janvier 1791 en renonçant à sa charge. Il est menacé d’excommunication par Pie VI.

Avec la Terreur (1792), Talleyrand sent souffler sur son coup le vent du couperet de la guillotine. Il anticipe les soucis en s’expatriant à Londres, puis en 1794 vers les États-Unis. Entre temps, Robespierre a été guillotiné  et le Directoire de Barras gère les affaires courantes. Le temps du retour est venu. Charles-Maurice de Talleyrand repose le pied en France le 20 septembre 1796. Il devient ministre des Relations extérieures. dès lors, il préparer l’accession au trône de Bonaparte qui se concrétise par le coup d’État du 18 brumaire (9 novembre 1799). Toujours ministre, il œuvre pour la paix en Europe en usant de la diplomatie. En 1804, il incite Bonaparte à arrêter puis à exécuter le duc d’Enghien. Le 11 juillet, il est grand Chambellan. Malgré les victoires très nettes de Napoléon, il veut faire preuve de tolérance pour les vaincus qu’il convient de ne pas humilier. Il cherche même une alliance avec l’Autriche, contrairement à Napoléon qui préfère une alliance avec le Tsar. Le traité de Tilsit (1807) entérine les vues de Napoléon et Charles-Maurice de Talleyrand le signe contre son gré. La seconde entrevue entre les deux empereurs en 1808 à Erfurt est l’occasion pour Talleyrand de souffler aux oreilles du Tsar ce qui sera assimilé à de la haute trahison :  :

Sire, que venez-vous faire ici ? C’est à vous de sauver l’Europe, et vous n’y parviendrez qu’en tenant tête à Napoléon. Le peuple français est civilisé, son souverain ne l’est pas ; le souverain de la Russie est civilisé, son peuple ne l’est pas ; c’est donc au souverain de la Russie d’être l’allié du peuple français [..]. Le Rhin, les Alpes, les Pyrénées sont la conquête de la France ; le reste est la conquête de l’Empereur ; la France n’y tient pas. Charles-Maurice de Talleyrand

La rupture est consommée entre Talleyrand et Napoléon : « vous êtes de la merde dans un bas de soie ! » Après le départ de Napoléon pour l’ile d’Elbe (1814), il intrigue pour la restauration des Bourbons et devient ministre de la première restauration qui donne le trône à Louis XVIII. Il négocie habilement la paix mais Napoléon revient d’exil, ce qui pousse Talleyrand vers la sortie du royaume : ce sera la Belgique, le temps que Napoléon soit défait à Waterloo. Talleyrand entre naturellement au second gouvernement de Louis XVIII dans le cadre d’une seconde restauration. En 1815, il démissionne et entre dans l’opposition libérale accompagné d’Adolphe Thiers. Charles X monte sur le trône en 1824, est destitué au profit de Louis-Philippe en 1830. Talleyrand est nommé ambassadeur à Londres et travaille sur un projet d’Alliance qui deviendra l’Entente cordiale. Il meurt le 17 mai 1838.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s