J’ai lu pour vous Pour en finir avec l’écologie punitive de Olivier Blond

Enfin, pas encore. En revanche, j’ai entendu l’auteur ce matin sur France Info. Si nous sommes d’accord sur le principe : mieux vaux insister que punir, nous ne le sommes pas sur le diagnostique : Olivier Blond se permet beaucoup de raccourcis qui frisent la méconnaissance (ou peut-être la malhonnêteté ?). Si nous sommes d’accord sur le fait qu’il vaut mieux éduquer que dresser des procès verbaux pour rallier les foules à l’écologie, nous ne partageons pas son catastrophisme.

Olivier BLOND dit « la pollution de l’air tue 48 000 personnes par an en France (Étude Santé Publique France sur les PM2.5). Il la compare avec la route en disant que cette pollution tue 10 fois plus. C’est évidemment faux.

Lorsque l’on parle de 48 000 décès, il faut toujours préciser qu’il s’agit de « morts prématurés ». L’étude que cite olivier BLOND évoque de 9 à 15 mois d’espérance de vie perdus. C’est dramatique certes, mais on ne peut pas comparer ce chiffre avec les 3500 morts sur la route qui sont des morts violentes, touchant des personnes en bonne santé, souvent jeunes. Pour comparer ce qui est comparable, il faut donc faire une peu de calculs :

  • pollution de l’air : 48 000 x 12 mois = 576 000 mois de perdus
  • accidents de la route : 3 500 (morts par an= x 60 (années de perdues) x 12 = 2 520 000 mois perdus.

Donc c’est bien la route qui tue le plus !!!!

Par ailleurs, Olivier BLOND évoque « la pollution industrielle en citant les « usines qui fument ». Certes elles fument. La plupart du temps, il s’agit de vapeur d’eau (comme sur les centrales nucléaires). Elles émettent, il est vrai, des oxydes d’azote, du dioxyde du soufre, des particules fines, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des métaux…. Mais elles sont aussi soumises à la réglementation européenne (Directive IED : voir en fin d’article), la plus stricte au monde qui prévoit la mise en œuvre des meilleures techniques disponibles possibles (MTD) de dépollution, décrites dans les BREFs (Best reference Technics ) européens L’inspection des installations classées en France est chargée de contrôler que ces MTD sont bien en place. Les usines qui émettent le plus sont par ailleurs soumises à la réalisation d’une étude d’impact et une étude sanitaire visant à démontrer leur innocuité pour l’environnement et la santé. Si elles ne parviennent pas à démontrer cette innocuité, le préfet dispose de pouvoirs de polices spéciaux.

Il faut aussi indiquer que la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne dans l’hexagone. La pollution industrielle a notamment été réduite de 90 %.  Depuis la loi sur l’air de 92, on mesure la qualité de l’air, en particulier dans les villes. Dans les années 60 ou 70, cette pollution n’était pas mesurée. Les véhicules fumaient noirs et les usines ne disposaient pas de filtre mais aucun lien n’était fait avec la santé par manque d’éléments scientifiques.

Pour en savoir plus : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/227/0/evolution-qualite-lair-agglomerations-francaises-situation.html

Évolution des concentrations en SO2

 

Il reste certes des progrès à faire, notamment dans le domaine du chauffage ou du transport : mais regardons, cher olivier, d’où l’on vient et le chemin parcouru.

J’ai lu pour vous Pour en finir avec l’écologie punitive de Olivier Blond

Aujourd’hui, respirer tue. En France, la pollution de l’air fait 48 000 victimes par an. C’est le plus grand scandale sanitaire de ces dernières années; les pics de pollution se succèdent et pourtant, rien ne change. Les mesures pour lutter contre cette hécatombe, dès qu’elles touchent à la voiture, se heurtent à une même critique : l’accusation en « écologie punitive ». Expression qui résume à elle seule l’impasse dans laquelle se trouve notre politique écologique. On nous demande des sacrifices plutôt que de protéger notre santé ou nos emplois.

Le pari de ce livre ? Repenser l’écologie à la racine pour la sortir de sa dimension moralisante et punitive; montrer que le souci de l’environnement n’est pas une affaire de clivage entre gauche et droite, ou entre citadins et banlieusards, mais un défi qui nous concerne tous ; et proposer, enfin, une transformation profonde : jusqu’à présent, on a voulu mettre la société au service de l’environnement, il s’agit désormais de faire l’inverse.

Un manifeste pour une écologie joyeuse, fondée sur la justice et l’innovation.

Pour en savoir plus sur la directive IED

La directive relative aux émissions industrielles (IED) définit au niveau européen une approche intégrée de la prévention et de la réduction des pollutions émises par les installations industrielles et agricoles entrant dans son champ d’application.

Un de ses principes directeurs est le recours aux meilleures techniques disponibles (MTD) afin de prévenir les pollutions de toutes natures. Elle impose aux États membres de fonder les conditions d’autorisation des installations concernées sur les performances des MTD.

Evolution des concentrations de SO2 en Région de Bruxelles-Capitale entre 1968 et 2008
évolution des concentrations en SO2 à Bruxelles
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :