Philosophie

Voyages d’un philosophe aux pays des libertés : la tolérance au Kerala – Gaspard Kœnig par herederien

La philosophie des quatre chemins

Dans l’état indien du Kerala, un grand nombre de communautés religieuses cohabitent depuis plusieurs siècles. Les juifs seraient arrivés au temps de Salomon, les chrétiens avec Thomas d’Aquin, les musulmans à l’époque de l’Hégire. Les commerçants protestants et catholiques ont rejoint au XVe les premiers chrétiens devenus des fidèles de diverses obédiences dont l’Eglise syriaque orthodoxe. Des sikhs, des bouddhistes ainsi que des représentants de nombreux cultes hindous complètent le tableau. Les relations inter-communautaires sont depuis toujours amicales et bienveillantes, malgré quelques tensions récentes liées au retour d’Arabie Saoudite de travailleurs migrants séduits par le radicalisme musulman. Les responsables religieux locaux ont su toutefois apaiser la situation.

Les témoignages de membres des différentes confessions ainsi que de responsables politiques locaux tels que Shashi Tharoor, diplomate et homme politique, attestent que, contrairement à la laïcité française, le sécularisme pratiqué au Kerala consiste à tout accepter, les traditions, les coutumes, les vêtements… à l’école comme ailleurs. Pour un keralais, l’interdiction des signes religieux ostensibles dans l’espace public est inconcevable dans une démocratie. Il apparaît que cette tolérance est fondée sur trois principes :

  • le commerce : les différentes religions sont arrivées au Kerala non pas les armes à la main mais au hasard d’échanges commerciaux, profitables à tous,
  • l’absence de politique des cultes de la part de l’Etat qui laisse chaque religion financer ce qu’elle veut hôpitaux, écoles… sans que cela ne gêne personne, chacun pouvant en profiter,
  • le communautarisme assumé : les membres des différentes communautés vivent et travaillent ensemble mais ne se mélangent pas. Les mariages mixtes ne sont pas envisageables. Le recrutement des fonctionnaires respecte la proportion de chaque religion. Sûre de leur stabilité, les religions sont bienveillantes entre elles. L’intolérance ne commence-t-elle pas avec la peur de la dilution ? 

La suite ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s