actualité

La presse devrait apprendre à faire le ménage…

Affaire DARMANIN

La jeune femme qui accuse le ministre d’abus de faiblesse a transmis aux enquêteurs nombre de SMS et de courriers qui prouveraient les échanges qu’elle a eus avec lui. Elle explique avoir compris après coup qu’il s’agissait selon elle d’une manipulation. La parisien février 2018.

Nous ne savons pas qui dit la vérité. Ce n’est pas l’objet de cet article. Le Ministère Darmanin est peut-être un voyou doublé d’un satyre. Et peut-être pas… Mais nous constatons que la Presse en général et Media-Part en particulier est prompte à sauter sur les sujets graveleux, sensationnels, impliquant des personnes publiques, bref des sujets vendeurs.

Une habitante de Tourcoing a déposé plainte pour « abus de faiblesse » contre Gérald Darmanin le 13 février. Mediapart l’a rencontrée. Elle accuse l’ancien maire d’avoir profité de sa position pour obtenir des faveurs sexuelles : « Je me sentais obligée de le faire pour avoir un logement et un travail. » Elle a fourni aux enquêteurs des éléments matériels (SMS, courriers, etc.). Certaines lettres attestent d’interventions de l’élu, y compris après son entrée au gouvernement. Lui affirme n’avoir « jamais abusé de la faiblesse ou de l’intégrité de quiconque ». Media Part 25 février 2018

On donne du crédit à l’attaque, on cite de larges extraits des plaignants, si possible on poste des images… Bref on salit sans savoir. Calomnier, calomnier, il en restera toujours quelque chose… Car discréditer une personne prend 5 minutes. Un tweet, un article bien écrit… En revanche, restaurer son honneur est quasi-impossible. Un mensonge graveleux fait le tour de la planète aussi vite que l’éclair. La vérité mettra plusieurs années.

Et c’est ce que l’on constate dans cette affaire dite « Darmanin ». Qui a eu vent du non-lieux récemment prononcé par la justice ?

Affaire Darmanin : l’enquête pour « abus de faiblesse » classée sans suite

Les investigations n’ont « pas permis de caractériser dans tous ses éléments constitutifs une infraction pénale », a précisé le parquet.

Source AFP

Alors que MEDIA-PART faisait ses gros titres lorsqu’il s’agissait d’attaquer, le journal a soudainement été pris d’un crise de mutisme lorsqu’il s’est agi de défendre. Pourquoi ? Car dire que quelqu’un n’a rien fait n’est pas vendeur. Pourtant, l’information est toute aussi importante. Importante mais pas assez sexy sans doute…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s