Histoire

J’ai lu pour vous La Fayette de Jean-Pierre BOIS

Jean-Pierre BOIS nous livre une biographie détaillée du marquis Gilbert Motier de La Fayette (1757-1834), héros des deux mondes, personnage majeur de l’histoire de France, acteur lors de 4 Révolutions (1 américaine et 3 françaises), reconnu comem un personnage illustre des deux côtés de l’Atlantique.

J’ai lu pour vous La Fayette de Jean-Pierre BOIS

La guerre d’indépendance américaine

 

Gilbert Motier, Marquis de La Fayelle, était Noble et Auvergnat ; mais, bien vite, il s’intéressa à petit peuple et à ce qui se passait bien loin de chez lui : de l’autre côté de l’Atlantique. La monarchie française était encore solide et semblait n’avoir aucun intérêt à soutenir (militairement et financièrement) de lointains insurgés républicains américains, en guerre contre la couronne britannique, et qui avait, en 1776, déclaré leur indépendance. Le marquis n’avait pas 20 ans lorsqu’il décida unilatéralement (après une rencontre avec Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs de l’indépendance américaine) de financer son voyage en Amérique à bord de La Victoire. Rapidement, il se lia d’amitié avec Georges Washington (son père spirituel) qui l’intégra dans l’armée américaine où il s’illustra par sa grande compétence militaire.

Résultat de recherche d'images pour "la fayette washington"
Washington (gauche) et Lafayette (droite) à la vallée de Forge à l’hiver 1778-1778

Conscient du manque de moyen des insurgés qui faisaient face à une armée professionnelle, La Fayette décida de rencontrer Louis XVI pour le convaincre de l’intérêt pour la France d’affaiblir les positions anglaises outre-Atlantique. Malgré les difficultés financières du royaume de France, Louis XVI donna son accord pour l’envoi d’une armée sous les ordres du général Rochambeau. Lafayette s’embarqua à bord de l’Hermione et de nouveau s’illustra en repoussant les troupes anglaises commandées par  Cornwallis vers la baie de Chesapeake. Le 17 octobre 1781, les Anglais étaient défaits à Yorktown.

L’homme des Révolutions

Choqué par le commerce triangulaire et la misère des esclaves noirs dans les plantations de coton de Caroline ou de Virginie, La Fayette, de retour en France en 1788, en précurseur des idées humanistes, créa avec Brissot (futur meneur Girondin) la société des Noirs avec comme objectif d’en finir avec cet esclavage. Louis XVI avait d’autres chats à fouetter : à court d’argent, il convoquait les États généraux, seul organe susceptible de donner son accord pour la levée de nouveaux impôts. La Fayette était alors député de la Noblesse, bien qu’il avançât des idées libérales. Les évènements s’enchainèrent, serment du jeu de paume, prise de la Bastille, création des gardes nationaux dont il prit le commandement, jusqu’à la déclaration des droits de l’homme dont il avait rédigé une première version et dont il fit la lecture devant l’Assemblée Nationale. La Fayette restait cependant fidèle à la Monarchie, cherchant plutôt un compromis autour d’une Monarchie constitutionnelle. La fête de la Fédération (14 juillet 1790) fut pour lui l’occasion de tenter une réconciliation entre le Roi et son peuple. Il était alors le héros des deux mondes.

The French Revolution - Fête de la Fédération | Paris ...
Louis XVI et La Fayette – Fête de la fédération le 14 juillet 1790

La Fayette apprit avec stupeur la fuite de Varennes (1791) et fit ce qu’il put pour la faire passer pour une tentative d’enlèvement du souverain par les ennemis de la France. Personne n’était dupe : la position de La Fayette, en défenseur de la Monarchie, devenait fragile. Il sentit sur son cou se rapprocher le vent glacial du couperet de la guillautine et préfèrera quitter la France. Il passa les dernières heures de la Révolution dans les geôles sordides autrichiennes puis, libéré, il fut simple spectateur de l’Empire. Il attendit sagement la restauration (1818) pour revenir en France, se faire élire député (de la Sarthe) et, à la tête de la garde nationale, après les trois glorieuses (juillet 1830), favoriser le retour de Louis-Philippe sur le trône qui devint Roi des Français.

Un homme hors du commun, mieux reconnu aux États-Unis qu’en France. Un noble aux idées libérales qui n’a pas hésité à mettre en jeu ses privilèges et sa fortune pour aider ses semblables.

Présentation de l’éditeur

La biographie mouvementée, d’un siècle à l’autre, d’un citoyen du monde dont le nom est tout un programme. La Fayette, le voici, nageur entre deux rives. » J’aurais aimé être gaulois « , dit un jour le jeune La Fayette, de bonne noblesse d’Auvergne, héritier de Vercingétorix et défenseur avec lui de libertés arvernes bien imaginaires. C’est pour la liberté américaine, bien réelle, que, jeune homme un peu gauche, inexpérimenté, fort riche et très amoureux de sa femme, il quitte tout, s’embarque sur l’Hermione et combat jusqu’à la victoire de Yorktown en 1781. A trente-quatre ans, idole de toute une jeunesse, c’est toujours la liberté, maintenant française, qu’il tente de servir, de juillet 1789 à juillet 1791, et à laquelle il dévoue le reste de sa vie, sans s’être rallié ni à l’Empire ni à la Restauration comme tant de survivants de la grande période. Septuagénaire et à nouveau immensément populaire, c’est encore la liberté qu’il sert en 1830, devenu républicain, lorsqu’il aide à l’avènement d’une monarchie citoyenne dont il s’éloigne peu avant sa mort, en 1834. Ainsi le héros des Deux Mondes a-t-il épousé son temps, avec ses grandeurs et ses faiblesses, à la recherche d’une voie moyenne entre révolution et dictature.

Biographie de l’auteur

Spécialiste de la guerre et de la société militaire aux XVIIIe et XIXe siècles, Jean-Pierre Bois a enseigné l’histoire moderne à l’université de Nantes. Auteur de biographies remarquées de Maurice de Saxe et de Bugeaud, il a publié, chez Perrin, Dumouriez, héros et proscrit et La Paix,histoire politique et militaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :