Environnement

Les Projets Utiles Mais Ailleurs (PUMA)

Les Américains ont leur YNYMBA (Yes but Not in My Backyard), heureusement nous avons nos PUMA : nos Projets Utiles Mais Ailleurs. Nos amis Anglais viennent d’inaugurer la première d’une longue série de fermes éoliennes offshore (175 mâts pour plus de 650 MW) et, malgré le dynamisme nos champions nationaux dans le domaine, nous venons péniblement de lancer notre premier projet (1 mât et 2 MW).

eole1
Éolienne flottante française !

Le 6 septembre (2018), le producteur d’énergie danois Orsted a inauguré la ferme éolienne offshore la plus puissante du monde en mer d’Irlande. Une réussite qui rappelle à nouveau le retard de la France dans la filière. Les eaux françaises ne comptent aucun parc éolien malgré l’existence d’industriels qui développent donc des projets… à l’étranger. L’usine Nouvelle

Les Français sont comme ça. Râleurs, chatouilleux lorsque l’on vient creuser dans leur jardin. Ils sont inquiets du changement climatique et donc interdisent l’exploration des hydrocarbures (dont les gaz de schiste) sur leur territoire, mais achètent des SUV. Les émissions de CO2 sont en 2017 reparties à la hausse en raison de ce goût immodéré pour les grosses voitures.

L’agence appelle les Français a changer leurs modes de consommation pour réduire leur impact sur la planète. Réfrigérateur, lampe, téléphone, vêtement… Sans en avoir l’air, les équipements de la maison et les habits ont un poids écologique important et représentent une part élevée des émissions de gaz à effet de serre, alerte mercredi 26 septembre l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), qui appelle à consommer moins et mieux.

Pour l’éolien, c’est pareil. Les Français veulent de l’électricité et en abondance (en moyenne les Français possèdent 8 équipements gros consommateurs d’électricité à leur domicile) et lorsqu’on évoque un projet éolien dans leur voisinage, ils grognent,  ils râlent, ils se constituent en association qu’ils qualifient de « citoyenne » pour faire plus vendable et puis ils attaquent. De contentieux en contentieux, ils parviennent à retarder, voire à planter les projets ! Car les Français comme ça, agréssifs lorsque l’on touche à leur pré carré.

Aujourd’hui, les autres pays arrivent à réaliser des parcs éolien en mer en quatre ou cinq ans tandis qu’en France nous mettrions le double. Une fois que les autorisations sont obtenues, elles sont attaquées et il y a une période de recours qui peut durer trois ou quatre ans. L’usine nouvelle.

La France, en tête de gondole pour la lutte contre le changement climatique (le ministère de la transition écologique et solidaire annonçait 500 MW installés à la fin 2018), n’a ainsi aucun projet d’envergure sur son sol, ni dans ses eaux territoriales malgré une surface disponible de 11 millions de km².

Le français est un gaulois râleur

Le constat est valable pour tout type de projet, y compris les plus vertueux.  Les Français produisent beaucoup de déchets, mais ne veulent pas d’usine d’incinération à côté de chez eux, ni d’usine de valorisation. Ils veulent des TGV mais pas de ligne à grande vitesse dans leur voisinage ; des yaourght frais dans leur supermarché mais pas de camions sur les routes, des emplois mais pas de sites industriels, la protection de l’environnement mais pas d’éoliennes, se chauffer au bois mais pas de particules dans l’air….

Résultat de recherche d'images pour "association vallée de l'arves"
Manifestation dans la vallée de l’Arve

Bonne nouvelle pour la biodiversité : les PUMAS ont de beaux jours devant eux.


L’avis de l’ADEME

L’Ademe s’est intéressée au cycle de vie de ces objets du quotidien, qui va de l’extraction des matières premières à leur fin de vie, en passant par la fabrication, le transport, la distribution et l’utilisation. Il ressort de cette étude que « l’ensemble des équipements, meubles et électroménagers, présents dans la maison pèse en moyenne 2,5 tonnes ». Pour fabriquer ces 2,5 tonnes d’équipements « il a fallu mobiliser 45 tonnes de matières premières » et « le CO2 émis pendant tout le cycle de fabrication est de 6 tonnes de CO2 », soit l’équivalent de 6 allers-retours Paris-New York, souligne l’Ademe. Les équipements de la maison peuvent représenter un enjeu aussi important que les autres postes en termes d’émissions (…) jusqu’à 25% », ajoute l’Agence de l’environnement. Les ménages possèdent en moyenne 99 équipements électriques et électroniques – gros électroménager, lampes, télévision, téléphone portable, petit électroménager, outils – quand ils pensent en avoir 34, selon l’Ademe qui s’appuie sur une étude Ipsos.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s