actualité

Le pays irait mieux si on arrêtait de se plaindre

En réponse à un groupe de retraités venus l’interpellé en marge du 60ème anniversaire de la Vème République, le Président s’est fendu d’une de ses petites phrases, dont la pertinence n’est pas en cause, qui ne fait d’énoncer une vérité, mais qui va faire les gros titres, donner du grain à moudre à l’opposition qui va jouer les vierges effarouchées… Mon Dieu ! Un Président ne doit pas parler comme ça ! Le politiquement correct, l’art de ne jamais rien dire qui fâche, qui conduit à ne plus rien faire va décidément nous tuer.

Le pays irait mieux si on arrêtait de se plaindre. Président MACRON

Car oui. Le Pays irait mieux si on arrêtait de se plaindre. Quel pays dispose d’un tel niveau de protection sociale ? Quel pays dispose d’un tel système de santé qui prend en charge tout le monde, quels que soient les coûts ? Quel pays offre un tel niveau de retraite ? Quel pays indemnise ainsi les chômeurs ? Quel pays offre l’éducation gratuite, les transports gratuits pour les Anciens ?…

Très peu. Vous en conviendrez. Bien sûr il y a des choses à régler ! Bien sûr tout n’est pas parfait. On citera ainsi les parachutes dorés, les dividendes… Mais regardons aussi autour de nous l’État du monde ! Vous qui vous plaignez des 15€ en moins sur la pension de retraite, vous qui rouspétez contre la hausse du prix de l’essence, vous qui pestez contre le prof absent, vous qui ne supportez plus les efforts, une baisse du pouvoir d’achat, le tabac qui augmente, déménagez donc ! Allez-voir ailleurs… Vous reviendrez vite…

Oui Le Président exige des efforts aux retraités. La belle affaire… Cette génération de pensionnés sera la dernière à partir aussi tôt et à disposer de pensions aussi élevées. Elle a connu les trente glorieuses, le plein emploi, une inflation à 14% (sous Giscard) qui lui a permis d’acquérir des biens immobiliers à bon compte qu’elle met maintenant à disposition des plus jeunes à prix d’or. L’immobilier est aujourd’hui dans ses mains.

Alors oui. Cette retraite à 60 ans qui a coûté si cher aux générations suivantes doit aujourd’hui être financée et y compris par les retraités.

Comme le disait Brassens, l’âge ne fait décidément rien à l’affaire. Quand on est con, on est con… Merci donc aux  chenus et aux grisons de participer à hauteur de leurs moyens Et arrêtez-de vous plaindre. Prenez un bâton et allez profiter du soleil.

Nous, on doit regarder vers l’avant : c’était plus dur en 1958 qu’aujourd’hui, c’était beaucoup plus dur. Ils travaillaient plus, on sortait quand même du deuxième conflit mondial, ils étaient en pleine guerre d’Algérie, on a oublié tout ça ! Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron, lors du 60e anniversaire de la Constitution, à Colombey-les-Deux-Eglises, jeudi 4 octobre.
Le Président Macron à Collombey

 

Publicités

un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s