Qu’est-ce que le réalisme ?

Pas de commentaire

1789 avait fait surgir des espoirs immenses parmi les déshérités. La Monarchie de droit divin et les privilèges associés étaient tombés dans la nuit 4 août et la tête du Roi 4 ans plus tard. Mais la Révolution, après avoir mangé ses propres géniteurs (Danton, Robespierre, Marat et tant d’autres) s’est arrêtée au milieu du guet. Les serfs sont devenus des ouvriers et ont finalement changé de maîtres en entrant dans les usines. Les bourgeois ont su prendre les commandes de la société et s’approprier tous les bénéfices du libéralisme naissant. D’autres révolutions ont tenté de corriger le tir : 1830, 1848. La première a conduit à la Monarchie de juillet de Louis-Philippe et la deuxième au second Empire de Napoléon III qui a renforcé l’emprise libérale sur la société au détriment des plus faibles. Zola dans Germinal a peint avec talent la misère ouvrière qui a succédé à celle des gueux des campagnes.

Qu’est-ce que le réalisme ?

Le XIXème siècle est donc pour beaucoup un siècle désenchanté. La liberté, la fraternité et l’égalité sont restés des mots gravés sur les frontons des bâtiments publics. Ils ne sont pas descendus dans la rue, encore moins dans la cour des usines. Le réalisme cherche à décrire sans détour ce désenchantement. Il s’oppose au romantisme qui, au contraire, cherchait, autour d’un verbe haut en couleurs, l’évasion du réel, l’embellissement, l’artificiel ; bref qui mentait donc au lecteur.

On doit à l’Anglais Thomas Wedgwood la première photographie. On a pour la première fois en 1800 couché sur le papier le réel dans toute sa cruauté. Le réalisme est donc à la littérature ce que la photographie est à la peinture romantique (il existe aussi des peintres réalistes comme Gustave Courbet).

View_from_the_Window_at_Le_Gras,_Joseph_Nicéphore_Niépce 1826 or 7
Première photographie – 1800 – Wedgwood

Le réalisme est une photographie de la réalité, ni plus, ni moins, même si cette réalité ne fait pas plaisir, même si elle est banale, sordide, sale, difficile ; le réalisme est sincère ; il ne dupe pas ; il ne cherche pas à flatter, à faire plaisir ; il est débarrassé des artifices mensongers, du rêve, de l’imagination, des effets de style, des excès. C’est un reportage fidèle du temps présent, une description fidèle du quotidien, une information sur les faits tels qu’ils sont.

Le romantisme s’attaque à des sujets sociaux, à la vie ouvrière, aux comportements des hommes. Il ne juge pas, comme le ferait un procureur, il établit des faits comme le ferait un journaliste. Le lecteur sait à quoi s’en tenir.

Quelques citations

Ne pas dire à celui qui est monté sur un âne : quel beau cheval vous avez là ! Georges Sand

Un homme qui détestait le réalisme : Oscar Wilde

Nous avons perdu la faculté de donner de jolis noms aux choses. Voilà pourquoi je hais, en littérature, le réalisme vulgaire. Un homme capable d’appeler une bêche une bêche devrait être condamné à s’en servir. Oscar Wilde


Si, au contraire, l’artiste choisit, pour des raisons souvent extérieures à l’art, d’exalter la réalité brute, nous avons le réalisme. Albert Camus.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s