Qui sont les Black blocs ?

Quelques signes de la main, des linges noirs sortent des sacs-à-dos et la masse sombre, au cœur du cortège, coagule, grossit, enfle comme une grenouille de Lafontaine. Peu de mot d’ordre, peu de pancartes, pas de chefs, mais des pavés, des marteaux et des barres de fer. Leurs cibles préférées portent des uniformes.

Mais ils savent aussi vomir leur haine sur tout ce qui ressemble à du capitalisme : devanture de banque, voiture de luxe, hôtels particuliers. Tellement radicalisés, qu’il n’y a plus que la détestation de l’autre qui compte. Ils sont l’incarnation des passions tristes que décrivaient Spinoza dans l’éthique. Une fois soulagés de leur trop plein de haine, une fois la soupape refermée, ils quittent leur habits de pirate pour regagner leur chaumière incognito.

Qui sont les black blocs ?

On fait traditionnellement remonter leur naissance aux années 1980, dans les banlieues de Berlin Ouest. Même s’ils refusent toute hiérarchie, toute organisation structurée, toute représentation, on peut raisonnablement les ranger très à gauche sur l’échiquier politique, du côté des socialistes libertaires et des anarchistes.

Leur philosophie

Les Black Blocs revendiquent leur haine du capitalisme et de l’autorité (l’Etat). Si on devait choisir un philosophe pour représenter au mieux les idées des black blocs, Pierre-Joseph Proudhon serait à coup sûr sur le podium ainsi que Bakounine et son socialisme libertaire.

N’est-il pas évident que tous les gouvernements sont les empoisonneurs systématiques, les abrutisseurs intéressés des masses populaires? Bakounine

Car pour nos tristes-sires, comme pour Proudhon, « la propriété, c’est du vol ». Cette philosophie explique leur haine du capitalisme en général et des distributeurs automatiques de billets en particulier. Deux tendances peuvent être distinguées :

La tendance Marxisante

On a vu ainsi sur les banderoles du 1er mai 2019 le fameux « Marx attaque ! » ; Cette frange des Black blocs voit en Marx la solution. Elle souhaite la destruction du capitalisme, qui pour Marx portait en lui ses propres contradictions et courait ainsi à sa perte. La nationalisation complète et totale des moyens de production fait partie du programme ; Marx toutefois ne supprimait pas l’État, puisqu’il prônait une « dictature du prolétariat » qui s’est ensuite, dans les faits, transformée en dictature tout cours. L’autorité que les Black Blocs détestent tant reste chez Marx très présente. Elle a juste changé de main.

La tendance libertaire et anarchiste

Proudhon et Bakounine sont leurs maîtres à penser. Elle ne reconnait aucune autorité, même celle des parents sur les enfants. Elle prône l’anarchie, étymologiquement « l’absence d’autorité » seule capable de libérer totalement l’individu. La société reposerait exclusivement sur une constellation de petites associations volontaires d’individus regroupés dans des sortes de coopératives ; chaque individu serait alors autonome, étymologiquement « ferait sa propre loi ». Les Phalanstères de Fourrier pourraient illustrer leur modèle de société. A noter que les milliers d’expériences de phalanstère conduites au XVIIIème et XXème siècles se sont soldées par des échecs.

Le conflit entre les deux tendances

Ces deux tendances sont irréconciliables puisque la première donne à l’État une autorité que la seconde refuse. Proudhon et Bakounine d’un côté et Marx de l’autre s’étaient déjà opposées jusqu’à la rupture sur ce même thème. Les deux tendances sont en revanche d’accord pour mettre fin au capitalisme et sa face la plus visible matérialisée dans les banques :

Casser, c’est récupérer l’argent que les multinationales volent au peuple. Faire payer les assurances, les agent.e.s de privatisations, les propriétaires lucratif.ve.s et tou.te.s ceux qui monopolisent les richesses, pour les inégalités qu’ils instaurent. » Banderoles du 1er mai.

D’autres tendances

On a par ailleurs vu dans les défilés des animalisme (ALF), des altermondialiste mais aussi, et tout simplement, des types qui aiment la bagarre.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s