On a lu pour vous Les califes Maudits. La déchirure de Hela Ouardi

Sur notre site partenaire La philosophie des 4 chemins

Hela Ouardi décrit dans Les califes maudits, la déchirure, les événements historiques qui ont suivi la mort du Prophète Muhammad à partir des textes canoniques de l’islam, sunnite et chiite, indépendamment de tout parti pris théologique ou idéologique, sans rien inventer.

Les califes Maudits. La déchirure

Acte premier – Conclave dans la saqîfa

Le poète Abû Dhu’ayb al-Hudhalî s’éveilla avec le pressentiment qu’un malheur était arrivé au Prophète et décida de se rendre à Médine pour savoir ce qu’il en était. Après une journée de chameau, devant la maison de Muhammad, des hommes lui apprirent que le Prophète était mort. Tout le monde était à la saqîfa du clan des Banû Sâ’ida pour choisir son successeur. Seuls les membres de sa famille, dont son gendre et cousin ‘Alî ainsi que son oncle ‘Abbâs, étaient dans la maison pour la toilette mortuaire. Abû Dhu’ayb poursuivit sa route jusqu’à la saqîfa, un abri fermé par trois murs d’argile et ajouré sur un côté dans un jardin luxuriant où le Prophète aimait séjourner. Là, au milieu de la foule, Abû Dhu’ayb assista aux échanges entre les représentants des Ansârs et des Émigrants. 

Dans sa ville natale de La Mecque, le Prophète entouré de ses compagnons enseignait la nouvelle religion, faisant face aux persécutions des membres de sa propre tribu, Quraysh, qui refusaient d’abandonner leurs croyances. A l’occasion d’un pèlerinage, Muhammad rencontra dans sa ville des hommes venus de Médine et les convertit. De retour à La Mecque l’année suivante, ces nouveaux fidèles prêtèrent au Prophète le serment d’al-‘Aqaba, portant sur le respect de leur nouvelle religion. Un an plus tard, une délégation de fidèles médinois prêta au Prophète le second serment d’al-‘Aqaba, s’engageant à le soutenir militairement. Muhammad et ses compagnons quittèrent alors La Mecque pour Médine où l’islam se développa.  

Parmi les fidèles de l’islam, il convenait désormais de distinguer :

  • les Émigrants désignant les compagnons du Prophète qui l’accompagnèrent de La Mecque à Médine. Tous appartenaient à la tribu de Quraysh, constituée de clans plus au moins prestigieux,
  • les Ansârs, ou auxiliaires du Prophète, désignant les habitants de Médine qui offrirent l’hospitalité aux Émigrants. Ils appartenaient à la tribu des Aws ou à celle des Khazraj, elles aussi constituées de clans.

Deux frères, nommés Aws et Khazraj avaient fondé les tribus qui portaient leur nom. Originaires du Yémen, elles avaient fui à Médine alors essentiellement peuplée de tribus juives. Depuis plus d’un siècle, une lutte sanglante pour la possession des terres cultivables opposait Aws et Khazraj, sur fond d’alliances et d’affrontements avec les Juifs.

Dans ce contexte, la conversion des Aws et des Khazraj avait été en partie opportuniste. Unis sous l’autorité de Muhammad pour le triomphe de l’islam, ils cesseraient de se combattre et pouvaient compter sur son appui dans leur opposition aux puissantes tribus juives. Aws et Khazraj pensaient également attirer à eux le prophète que les Juifs attendaient pour combattre les tribus arabes….

La suite ici

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s