Benoit Hamon se voit remettre la palme de la mauvaise foi politique pour ses propos sur le glyphosate

Un petit rappel des faits : le sénateur UDI Pierre Médevieille affirme que le

Le glyphosate est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge.

A cela Benoit HAMON répond :

Il n’y a pas de débat sur le caractère cancérogène du glyphosate. Les charcutiers de ce pays seront contents de savoir qu’un sénateur, soutien d’Emmanuel Macron, explique qu’il vaut mieux aller boire un coup de glyphosate que manger de la charcuterie.

Benoit Hamon semble en savoir long sur la cancérologie. Il dispose probablement d’un historique scientifique qui lui permet de trancher un débat qui déchire les plus éminents spécialistes depuis des décennies. Benoit HAMON sait. Il sait qu’il n’y a pas de débat. Ils sait que le glyphosate est cancérogène. Bravo donc à lui pour une telle assurance. Malgré nos insuffisances, notre nécessaire humblitude face à tant de savoir, nous osons tout de même un petit historique :

L’avis du CIRC de 2015

Le CIRC (centre de recherche sur le cancer), dans un avis de mars 2015, a classé le glyphosate «cancérogène probable».

Le classement des agents examinés par le CIRC : Groupe 1 : agent cancérogène – Groupe 2A : agent probablement cancérogène – Groupe 2B : agent peut-être cancérogène – Groupe 3 : on ne peut rien dire.

Le glyphosate relèverait donc du groupe 2A : « agent probablement cancérogène » . N’en déplaise à Benoit HAMON, la charcuterie aussi !

Le groupe 2A du CIRC : Les circonstances d’exposition (professionnelles ou autres) comportent un risque de contact avec un agent cancérogène pour l’homme. Le classement d’un agent dans cette catégorie est préconisé lorsqu’il existe des indices concordants de sa cancérogénicité pour l’homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité expérimentale chez les animaux de laboratoire. [..]

L’avis du CIRC contesté

L’avis du CIRC de 2015 fait l’unanimité… contre lui. En autres, ont contesté l’avis du CIRC : l’ANSES (Autorité sanitaire en France), l’EFSA (European Food Safety Authority), l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques), mais aussi l’OMS. En 2016, la FAO ( (Food and Agriculture Organization of the United Nations) et l’OMS ont conclu

le glyphosate est « peu susceptible d’entraîner un risque de cancer chez l’Homme suite à une exposition via l’alimentation ».

Palme de la mauvaise foi politique décernée à monsieur HAMON

Monsieur HAMON, fort de ces compétences en cancérologie, dit qu’il n’y a pas de débat. Il est bien le seul ! Cela ne veut pas dire bien entendu que le glyphosate ne présente pas des risques importants pour la biodiversité et plus tôt on s’en passera mieux la nature se portera. En revanche, dire qu’il n’y a pas de débat sur son aptitude à provoquer des cancers mérite la palme de la mauvaise foi politique.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s