J’ai lu pour vous La Maison d’Emma Becker

Un livre dont on ne sort pas indemne. Emma Becker est une écrivaine accomplie qui, devenue femme, a vu comme une évidence de continuer sa vie comme prostituée. Elle répondait ainsi à une double envie : accomplir un désir depuis longtemps enfoui et trouver de la matière pour son prochain livre. Incroyable. Il y a du Belle de jour de Kessel dans la Maison. Car dans la Maison, on n’est pas dans le glauque ou le sordide, la prostituée n’est pas dépeinte comme une victime, mais une femme volontaire, voire épanouie ; la Maison n’est pas un bordel à soldats, encore moins une prison, mais une famille que l’on quitte à regrets ; on est dans une histoire de femmes qui voient dans ce métier le moyen le plus efficace d’aider les hommes en misère sexuelle. Même si parfois elle vit des heures difficiles, elle ne renonce jamais et pleure même lorsque La Maison ferme finalement ses portes. A tel point que l’on se demande si double objectif il y avait vraiment.

La Maison n’est pas une apologie de la prostitution. Emma Becker démystifie seulement les maisons closes (puisqu’on est au premier rang), loin de l’image que l’on peut s’en faire. Elle raconte la vie de ces filles sentimentales, qui pleurent, qui rient, qui aiment aussi…

Légales en Allemagne, ces maisons permettent à leurs pensionnaires d’être à l’abri des escrocs, de bien gagner leur vie et de payer des impôts sur leurs revenus (et donc de disposer d’une sécurité sociale). L’Allemagne (mais également la quasi totalité des pays qui nous entourent) a depuis longtemps légalisé cette prostitution faisant ainsi des prostituées des femmes presque comme les autres, qui travaillent dans des conditions acceptables et protégées des violences. Le but d’Emma Becker n’était-il pas celui-là ? Nous montrer qu’il existe un autre modèle que le Français qui laisse les filles dans la rue, esclaves d’un mac, droguées, sans aucune protection. Dans un monde où le besoin seule des hommes est tel qu’interdire la prostitution est un voeux pieux, Emma Becker semble choisir le modèle allemand.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s