J'ai lu pour vous Magellan de Stefan ZWEIG

Le XVIème siècle. Les fondations posées par l’église depuis 1000 ans commencent à se fissurer. La science conteste les dogmes de la scolastique, démontre que la terre n’est pas le centre de l’Univers et que, peut-être, elle n’est pas plate… Pire ! De grands explorateurs découvrent qu’il existe, au-delà des mers, d’autres hommes qui n’ont jamais entendu parler du Christ !

C’est l’âge d’or de la marine portugaise. Elle domine toutes les mers connues. La route terrestre des épices, jusque-là dominée par les tribus arabes, a volé en éclat depuis qu’un passage maritime a été découvert au sud de l’Afrique via le cap de Bonne-Espérance. Magellan a emprunté maintes fois cette porte sur l’océan indien et a acquis une solide réputation de marin.

J’ai lu pour vous Magellan de Stefan ZWEIG

Pourtant, ce qui l’intéresse est ailleurs. Vers l’ouest. Il est persuadé, comme Christophe Colomb avant lui, qu’il existe une autre route, plus simple, plus directe, plus facile. Une route par delà le continent américaine qui jusque-là a constitué une digue infranchissable. D’autres explorateurs ont tenté de le contourner, à l’extrême nord, puis à l’extrême sud, en vain.

Mais Magellan a un atout : une carte qui décrit un passage au sud du Brésil… Il tente sa chance du côté de son Roi. Peine perdue, ce dernier n’y croit pas. Alors Magellan se tourne vers la couronne d’Espagne, comme Colomb le génois l’avait fait avant lui : « donnez-moi une flotte et je vous montrerai le passage et je ferai le tour de la terre d’est en ouest ». Charles quint est emballé par la perspective d’intégrer à son royaume tout un tas de terres encore inconnues. . Il lui fournit 5 navires et quatre captitaines espagnoles.

Le 20 septembre 1519, c’est le grand départ. Un an et 5 mois après que Charles Quint a signé la Capitulacion, les cinq navires quittent enfin la rade de Séville pour descendre vers San Lucar de Barrameda où le Guadalquivir débouche en pleine mer. On doit y procéder à la dernière inspection et à l’approvisionnement définitif de la flotte: deux ans de réserves sont stockées dans les soutes. Mais le véritable départ a déjà eu lieu. A l’église Santa maria de la Victoria, après avoir prêté à genoux le serment de fidélité, Magella a, devant tout son équipage, réunis et une foule d’admiratrice et respectueuse, reçu du Corregidor Sancho Martinez de Leyva la bannière royale…

Magellan et ses hommes sont prêts à affronter les tempêtes, le scorbut, les glaces, la faim, les natifs des terres à découvrir. Seront-ils les premiers hommes à faire le tour du monde ?

Stefan ZWEIG vous fera vivre cette aventure digne de la conquête spatiale où tout est prévu, sauf l’imprévu.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s