J’ai lu pour vous l’île mystérieuse de Jules Vernes

Jules Vernes (1828-1905) nous propose une histoire de survie en milieu sauvage. Les terres inconnues sont encore au XIXème siècle légion et l’idée d’explorer l’homme dans un dénuement total au milieu d’une nature vierge et souvent hostile tente de nombreux auteurs. L’homme, alors coupé de la civilisation, est « ramené sur terre » perd d’un coup son orgueil, son sentiment de toute puissance. Le premier sans doute fut Daniel Defoe qui dès 1719 raconta son Robinson Crusoé Il aura de multiples héritiers avec notamment Seul au monde de Robert Zemeckis avec Tom Hanks.

Le romantisme avait marqué le début du XIX ème siécle avec des oeuvres comme Le rouge le le Noir (1830) de Stendhal ou Notre-Dame-de-Paris (1831) de Victor Hugo. Le genre Fantastique prend une place importante et on doit à Jules Vernes son essor avec Cinq semaines en ballon (1863), Les enfants du Capitaine Grant (1865), 20000 lieues sous les mers (1869), Le Tour du Monde en 80 jours (1872).

J’ai lu pour vous l’île mystérieuse de Jules Vernes

Cinq fédérés américains s’échappent de Richmond en ballon. Ballotés par les vents, menacés de s’écraser dans les flot du pacifique, ils larguent tout ce qu’ils ont à bord pour tenter une remontée désespérée ; Finalement, ils atterrissent sur un île mystérieuse, délestés de tout, ne possédant plus que leurs habits. Ils sont cinq : Cyrus Smith, l’ingénieur, dont le savoir fait de lui le chef spirituel de la bande, Gédéon Spilett, un journaliste, Pencroff, un marin, Harbert Brown, un adolescent, et Nab, un ancien esclave affranchi. A la troupe vient s’ajouter, Top le chien et Jup l’orang-outang.

Jules Vernes avec l’île mystérieuse semble vouloir rendre hommage à l’humanité : car c’est par son courage, son savoir, son sens de la solidarité, son désir de vivre ensemble, qu’elle finit par prendre le dessus sur la nature pour en faire son allié. Jules Vernes confirme la vision d’Aristote : l’homme est un animal politique ; c’est par la vie en société qu’il s’extrait de la sauvagerie et de la bestialité : le personnage d‘Ayrton est là pour confirmer cette thèse : coupé de la société pendant 12 ans, il est devenu une bête. Les personnages ne sont pas choisis au hasard, ils sont Nordistes, abolitionnistes, fervents défenseurs du droit de peuples à disposer d’eux mêmes. Ils donnent à l’île le nom du président abolitionniste :; Abraham Lincoln.

Le personnage de Nemo, qui arrive tard dans le roman, est à lui seul un condensé de ces bons sentiments : c’est un prince savant, inventeur de génie qui a toute sa vie combattu pour que l’Inde s’émancipe du joug britannique ; c’est en constatant l’humanité des naufragés qu’il décide de les aider.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s