Une oubliée de l’histoire de France – Louise Michel

1850. Louis-Napoléon Bonaparte, Prince-Président, s’apprête à fermer la brève parenthèse de la seconde République. Les secousses de la Révolution Française font encore trembler la France. Le pays des Droits de l’homme oscille depuis 70 ans entre Monarchie, Empire et République. Aux barricades succèdent les régimes autoritaires.

Une oubliée de l’histoire de France – Louise Michel

A Vroncourt, en Haute-Marne, la fille illégitime d’un châtelain vient d’être chassée du château. Peut-être lui reproche-t-on ses lectures un peu trop révolutionnaires, le Contrat Social de Rousseau, Candide de Voltaire ? Peu importe, Louise Michel sera institutrice, avec l’idée de faire entrer dans les petites têtes blondes les principes républicains. Elle continue à s’instruire, se plongeant dans les auteurs de l’époque, notamment Victor Hugo. En 1856, elle s’installe à Paris où commencent à circuler les idées socialistes. Marx vient de publier le Manifeste du parti communiste en 1848, mais il n’est pas seul. Les Anarchistes héritiers de Proudhon, partisans de l’auto-gestion, côtoient les Jacobins centralisateurs qui se réclament de Robespierre, les Socialistes qui lui préfèrent Marx, les Socialistes non-marxistes d’Auguste Blanqui dit « l’Enfermé » partisan de la violence… Dans cette marmite bouillonnante, Louise Michel fait la connaissance de Jules Vallès, un écrivain révolutionnaire, créateur du Cri du peuple, un journal d’extrême gauche pour lequel elle écrira des articles. Elle devient aussi proche de Victor Hugo avec qui elle entretient une correspondance.

1852. Suite à un coup d’État, Louis Napoléon a confisqué la révolution et installé un second Empire. Il convient maintenant de l’appeler Napoléon III. Il faut lui reconnaitre des lois libérales, puisqu’il autorise les réunions privées sur l’espace public. Des clubs se créent ainsi, à l’image de ce qui existait en 1789 avec le club des Jacobins, des Cordeliers

Louise devient secrétaire de la Société démocratique de moralisation. Elle devient vite le porte-étendard du droit des femmes qui doivent pouvoir vivre de leur travail.

1870. Napoléon III, un peu trop sûr de ses qualités de stratège qu’il aurait hérité de son Oncle, cède aux provocations du Chancelier Bismarck et essuie une cuisante défaite à Sedan. C’est la fin de l’Empire et les Prussiens assiègent Paris déjà épuisée par un hiver particulièrement rigoureux. La capitale refuse de rendre les rames, malgré la volonté du gouvernement provisoire de Thiers de capituler.

Louise Michel devient une des leader de la Commune insurrectionnelle de Paris. Elle représente avec Eudes la tendance Blanquiste. Elle est présente lorsque les troupes de Thiers viennent récupérer les canons entreposés sur la butte Montmartre. Elle propose même d’aller seule à Versailles, où le gouvernement s’est retranché. Elle sera de tous les combats, première sur les barricades à Neuilly ou à Clamart. Tout le monde à Paris l’appelle désormais la Vierge Rouge du côté de Versailles c’est la louve avide de sang.

Marchant dans les pas de Marx, elle prêche pour une grève générale, seul moyen de faire tomber les élites. Devenant gênante, le gouvernement fait arrêter sa mère et menace de l’exécuter. Louise Michel se rend. Elle est déportée en Nouvelle-Calédonie. C’est là qu’elle embrasse la cause anarchiste défendue par Bakounine, troquant le drapeau rouge pour le drapeau noir. Elle revient en France en 1880 alors que la IIIème république est maintenant bien installée. Infatigable, elle reprend du service et milite dans de nombreuses réunions pour la défense des droits sociaux et l’abolition de la peine de mort. Elle échappe à un attentat et plaide pour la libération de son agresseur. Elle ne cessera pas jusqu’à sa mort de militer, après un exil à Londres.





Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s