Essai sur le comPlOtisme

Nous avons, semble-t-il, un tendance naturelle à voir du complot partout. Avec HOLD-UP, nous avons eu l’illustration de ce que l’on peut faire de mieux en matière de théorie complotiste. Merci donc à Pierre BARNERIAS qui, grâce à son tissu de contre-vérités, de mensonges, de plateaux offerts à quelques politiques égarés, nous a offert ce chef-d-‘œuvre de manipulation des foules.

Mais pour quelles raisons, au pays de l’esprit critique (mais pas seulement), de Descartes et de Jules Ferry, sommes-nous ainsi devenus à ce point perméables aux idées les plus farfelues : le Bataclan ? Un complot mené par la services secrets français ! Le 11 septembre ? Pareil pour la CIA… On ajoutera la foi inébranlable dans l’homéopathie (bien qu’aucune étude n’ait montré son efficacité), la COVID 19 mise sur le marché par les riches pour éliminer les pauvres, la fausse-mort d’Elvis, les Américains sur la lune,. Roswell..

Le complotisme est en fait un biais de notre cerveau : la téléologie

La téléologie est la science qui vise à déterminer les causes ultimes, de déterminer la finalité de chaque objet, de chaque action… Bref, la nature ayant horreur du vide, notre cerveau a tendance à trouver dans des évènements fruits du hasard, un sens, une finalité. Ce fut ainsi que nos ancêtres voyaient, dans un vol de corbeaux ou dans les intestins d’un bœuf, le sort de la bataille qu’ils allaient engager. Ce fut ainsi que pour expliquer une inondation ou une sécheresse, ils inventèrent la malédiction divine.

Or, notre Univers est rempli d’évènements fortuits. Un tremblement de terre peut retrouver son caractère naturel, si on s’intéresse un peu à la géologie. Une maladie peut perdre son statut de malédiction, si on la regarde sous le prisme de la médecine…

Mais voilà, l’Univers, en général, et notre cerveau, en particulier, a horreur du vide. Il faut mettre, en face d’un phénomène, une explication logique. C’est le fameux biais téléologique qui nous pousse à trouver un sens raisonnable là où il n’y a que pure coïncidence. Pour illustrer les absurdités auxquelles peut conduire ce biais, un chercheur américain avait réussi à corréler deux phénomènes : l’achat de sèche-cheveux en Arkansas et la résurgence de la rougeole en Californie. Sur son graphe, les deux phénomènes phénomène sont indubitablement liés ! Il y a donc un lien entre les deux phénomènes. Eh bien non : Comme l’a dit Jean TIROLE  » corrélation n’est pas démonstration ! ».

Si un évènement heureux m’arrive, rien à dire. Si un problème sérieux survient, mon cerveau cherche automatiquement à en identifier les raisons. Il exclut a priori la cause naturelle. Il y a forcément quelqu’un de maléfique qui a voulu mon malheur. Alors je me pose les questions suivantes : Qui est ce quelqu’un et quel est son but ultime ? L’évènement initiateur est forcément du côté du mal, puisque qu’il a provoqué mon malheur. Si j’ai déjà partagé le monde de manière manichéenne en identifiant clairement le clan du bien (moi) et le clan du mal (le capitalisme, libéralisme, les médias, les riches, le parisianisme,…), alors le ciel s’éclaircit. Ce qui m’arrive est le fruit d’un complot organisé par ce clan du mal. Il n’y a pas de place au hasard.

La superstition est l’art de se mettre en règle avec les coïncidences. Jean Cocteau.

Notre meilleur ennemi : celui qui s’en sort mieux que moi

Le riche, ou au moins celui qui gagne plus que moi, est forcément mut pas des intentions malveillantes. Il organise tout autour de moi pour me maintenir dans mon état d’infériorité ou pire, pour m’éliminer. La vaccination obligatoire ? Un grand plan pour injecter dans mon corps des traceurs! La 5G permettra d’activer ces traceurs et de garantir ainsi le contrôle total par les élites !

On croit rêver. Hitler avait compris la force d’une tel biais cognitif : il avait exhumé le fameux protocole des sages de SION : un compte rendu de réunions prouvant que les élites juives organisaient un complot pour contrôler le monde. Bien qu’il s’agissait d’un faux ramené de Russie par un Russe blanc fuyant la révolution de 1917, le germe était dans le fruit. La fake news lui servit de marche-pied pour développer sa politique raciale.