J’ai lu pour vous sur La philosophie des quatre chemins – Jésus et Israël de Jules ISAAC

L’intégralité de l’article ici.

Jules Isaac fut un artisan infatigable du dialogue entre le christianisme et le judaïsme. Il rencontra les papes Pie XII et Jean XXIII pour les convaincre de renoncer à l’anti-judaïsme chrétien. Il avait démontré, en tant qu’historien, que cet anti-judaïsme, entretenu dès le plus jeune âge dans l’esprit des fidèles, était sans fondement. L’histoire venait de prouver qu’il pouvait avoir pour conséquences les pires atrocités.

Jésus et Israël s’appuie sur 21 propositions suivies de leur démonstration. Dans la synthèse qui suit, ces propositions sont reproduites in extenso.

Historien suis, nullement théologien, mais disposé à croire qu’à tous égards l’histoire précède la théologie et que la valeur théologique d’un texte demeure subordonnée à sa valeur historique.

L’écriture de l’ouvrage, de 1943 à 1946, a été traversée par la mort de la femme et de la fille de l’auteur, tuées par les nazis, simplement parce qu’elles s’appelaient Isaac.

Au travers de vingt et une propositions, Jules Isaac montre de façon détaillée que le christianisme est né du judaïsme et que l’antisémitisme qu’il a enseigné et entretenu chez ses fidèles depuis le IIe siècle est sans fondement historique.

La suite ici.