J’ai écouté pour vous Pierre MANENT sur Europe I

Pierre MANENT se réclame d’Aaron et de Tocqueville. Pierre Manent, né le 6 mai 1949 à Toulouse, est un philosophe français. Professeur de philosophie politique, il a longtemps été directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

La disparition de l’idéal socialiste

La disparition de la référence socialiste de la gauche du paysage politique, culturel et social. Le mouvement, naissant au début du XIX ème siècle avec l’économie moderne et le regroupement des ouvriers dans les usines découvrant leur force, a disparu après avoir porté des idéaux de justice social.

Ce qu’on appelle aujourd’hui la gauche se retrouve sur deux formes :

  1. La France insoumise : recherche d’un nouveau peuple (en lieu et place du prolétariat) dans les milieux « racisés », décolonisés. C’est, selon Pierre MANENT, un peu une démarche arbitraire et stérile de considérer qu’il existe un peuple à capter en raison de leur histoire ;
  2. Le mouvement écot-féminisme-déconstructionnisme : tout lien social comportant domination, il faut dissoudre la société pour supprimer tous les liens individuels. Tous les liens doivent être soumis au consentement individuel. On veut revenir à l’état de nature : l’homme nu (une possibilité de consentir). Or, on ne peut fonder une société sans un engagement des individus ce qui est inconcevable dans cette vision de la gauche.

L’alliance à droite

La droitisation de la société française est liée au fait que les thèmes les plus urgents (selon les français) sont pris en charge par la droite (identité , souveraineté, immigration).

L’union européenne

Nous vivons sous un état de coup d’État permanent de l’Union Européenne. L’Union européenne n’aura pas la force d’une Nation. Elle n’a pas de gouvernement, de forces de défense commune, de diplomatie commune. Ce n’est pas un État fédéral, c’est une association de Nations pilotée par la Nation la plus influente : l’Allemagne. Le couple franco-allemand (ou le le moteur) est une illusion franco-française. Il y a une gouffre entre le discours de nos gouvernants et le poids réel de la France dans le monde. Il manque un examen de conscience national.

.