Tiraillé entre la critique acerbe de Michel ONFRAY, persuadé que le psychanalyste de Vienne n’était qu’un imposteur « parce qu’il couchait avec sa sœur et consommait de l’héroïne » et l’idolâtrie béate de Luc FERRY, qui préfère s’intéresser à l’œuvre de Freud et peu importe si  » sa grand-mère faisait du vélo « , il m’est apparu évident que la lecture directe de l’œuvre serait nécessaire à la forge de ma propre conviction.

femme2

Lire la suite

Publicités

Le divin marquis (1740-1814) de Sade fut un enfant des Lumières, un champion de l’athéisme comme le fut le baron d’Holbach.f11

Pour parler de de sexe, Kant ne semblait pas être le choix le plus évident. La rumeur le disait vierge.

femme4

Lire la suite

Depuis que la religion a gangrené notre société, c’est-à-dire, depuis les premiers soubresauts de l’ère chrétienne, le sexe est devenu honteux, objet à cacher, à repousser au-delà des frontières de la morale. Les Romains ou les Grecs, par exemple, ne s’embarrassaient guère d’interdits sur le sujet, affichant la nudité sans fausse pudeur.f7

Lire la suite

Dans les Essais, Montaigne parle librement du sexe, ce qui constitue, dans son époque obscure étouffée par le conservatisme religieux et la censure de la Sorbonne, un exploit audacieux et dangereux.f5

Lire la suite

Dans la « Généalogie de la morale », Nietzsche cherche à identifier l’origine de nos valeurs, à caractériser ce qui, aujourd’hui, nous permet distinguer une action « bonne », d’une action « mauvaise ».f4

Lire la suite