Catégorie : Littérature

J’ai lu pour vous Paris est une fête Ernest Hemingway

Pour quelle(s) raison(s) le roman d’Ernest Hemingway, Paris est une fête (A moveable feast) est-il soudain devenu un phénomène de librairie ? Pour quelle(s) raison(s) les Parisiens sont-ils devenus en 24 heures accros du journaliste américain, correspondant de guerre et bien sûr écrivain ? La réponse,  bien entendu, est dans le titre : Paris est

Lire la suite

J’ai lu pour vous Bel-Ami de Guy de Maupassant

Bel Ami, c’est Georges DUROY, un pauvre bougre affamé qui erre dans les rues de la capitale. Nous sommes en 1880. la parenthèse impériale (1852-1870) a été refermée dix ans plus tôt. On fête aussi les dix ans de la Commune de Paris (la première tentative communiste) en accordant l’amnistie aux meneurs encore vivants. La

Lire la suite

ZEINAT et MUELLER, esclaves sexuelles d’Al-Bagdadi

Zeinat, une adolescente de la communauté Yésidi, a été capturée par DAECH sur le mont Sinjar. Elle a été l’esclave, sans le savoir, du chef de DAECH : Abu Bakr Al-Bagdadi. Aujourd’hui libre, elle raconte comment elle a été traitée, elle et tous les autres otages. Ça courrait dans tous les sens, vers les montagnes.

Lire la suite

J’ai lu pour vous 1984 de Georges ORWELL

J’ai lu pour vous 1984 de Georges ORWELL Écrit en 1948, par Georges ORWELL, 1984 dénonce les totalitarismes du XXème siècle. En utilisant la forme du roman noir,  Georges ORWELL décrit OCEANIA, une société imaginaire, totalitaire, qui a intégré et même dépassé les outils d’oppression inventés par ses illustres aînés que furent le Nazisme et

Lire la suite

J’ai lu pour vous A l’ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque

Paul et ses compagnons vivent avec la mort, omniprésente dans le livre, qui s’abat au hasard sur un ami, un inconnu. Ils visitent un camarde agonisant dans un hôpital de campagne ; un camarade certain de son sort ; certain qu’il ne sortira pas de cet endroit lugubre où se mêlent les odeurs de morphine,

Lire la suite

J’ai lu pour vous Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline

Une lecture surprenante, un style novateur, VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT déconcerte le lecteur non-avisé. Soit on aime, soit on déteste, c’est tout l’un ou tout l’autre. Je suis de la première catégorie. Résumé et avis critique Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline. Quelques mots sur l’auteur Louis-Ferdinand Céline (de son

Lire la suite

J’ai lu pour vous Absolument Dé-bor-dée de Zoé SHEPARD

Zoé SHEPARD. Voilà un auteur (je n’aime pas « une auteure ») qui n’a pas froid aux yeux. Absolument Dé-bor-dée de Zoé SHEPARD Zoé SHEPARD. Voilà un auteur (je n’aime pas « une auteure ») qui n’a pas froid aux yeux. Promise sans doute à une brillante carrière (si elle avait fait preuve d’un peu plus d’hypocrisie et de

Lire la suite

J’ai lu pour vous L’ETRANGER d’Albert CAMUS (1947)

J’ai lu pour vous L’ETRANGER d’Albert CAMUS (1947) L’étranger, que l’on ne connaît que par son nom (MEURSAULT), est un algérois moyen, menant une vie moyenne d’employé de bureau, ennuyeuse, dans un quartier quelconque de la capitale algérienne, écrasée par la blancheur du soleil. Il semble subir sa vie, une vie qu’il n’a pas choisie,

Lire la suite

J’ai lu pour vous LA PESTE d’Albert CAMUS (1947)

La Peste, roman d’Albert CAMUS, fut publié en 1947, deux ans près la fin de la guerre. C’est la chronique d’une épidémie qui s’abattit dans les années 40, sur la ville d’Oran, dans l’Algérie encore française. Des rats morts ramassés par dizaines puis, par centaines, annoncent le pire à venir pour le Docteur Bernard RIEUX,

Lire la suite

J’ai lu pour vous le docteur JIVAGO de PASTERNAK

Avant tout, un mot sur l’auteur . D’abord enthousiaste devant la vague révolutionnaire qui engloutit la Russie de 1917, Boris, artiste accompli (peintre, écrivain, musicien), n’admit pas la main mise des dirigeants sur l’art. En retrait passif de la vie politique, il ne se démarqua franchement du régime qu’à l’occasion du procès Boukharine en 1938.

J’ai lu pour vous GERMINAL d’Emile ZOLA

GERMINAL fait partie du cycle des Rougon-Macquart, inauguré par ZOLA dans l’Assommoir. Ce cycle est l’occasion de peindre un tableau du second Empire (1851-1870) et de la troisième république qui lui succède, à partir de 1871. Pourquoi GERMINAL ? C’est une référence, bien sûr, au calendrier révolutionnaire, car nous sommes ici en plein drame ouvrier.

J’ai lu pour vous EUGENIE GRANDET de BALZAC

Balzac nous peint un tableau de la province française du XIXème siècle en inscrivant dans la chronologie de l’époque chahutée une famille originale : les Grandet, le père Félix, acariâtre et avare, une mère, soumise et docile, et une fille Eugénie qui, si elle n’y prend pas gare, reproduira la vie pathétique de sa maman. Vient

Lire la suite

Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt ?

Frantz remonte lentement la Lüdwigstrasse, sans doute la plus animée des artères de sa ville d’art, sa capitale, Münich, qu’il avait abandonnée, il y avait quatre longues années, une éternité de souffrance perdues dans les tranchées boueuses du front de l’ouest, piqué par la vermine, dévoré par les poux. La victoire avait pourtant été si proche, à une portée de

Lire la suite

A-t-on retrouvé l’ébauche des évangiles ?

Mer morte, 1947. Découverte du brouillon des Évangiles. Lire aussi La Bible dévoilée. Nous sommes au petit matin du printemps 1947, tout proche des rivages rocailleux de la mer morte. Nous sommes à Qumran, à quelques encablures de Jerusalem, à une dizaine de kilomètres seulement de Jericho. Il fait déjà très chaud et la journée

Lire la suite

Faut-il réintroduire le dinosaure dans les Alpes ?

Nous sommes en novembre et le petit village des Aillons, quelques bâtisses centenaires recroquevillées au creux de la falaise de calcaire, est depuis une semaine déjà trempé par les pluies de Toussaint. Angèle, comme sa mère avant elle, droite dans ses bottes pourtant bien crottées, mène son troupeau de Tarines, bêtes de l’ordre des bovins bien connues

Lire la suite

Le pape peut-il se tromper ?

Rome, 1866. L’Europe est en ébullition. Partout, les révolutions bousculent l’ordre établi. Des idées nouvelles, filles des lumières, voient le jour : la liberté d’opinion, la liberté de conscience font trembler les têtes couronnées. Des cités ouvrières naissantes jaillissent des aspirations nouvelles au bonheur qui prennent les formes les plus diverses, parfois contradictoires  :  le désir de

Lire la suite